Château de Bourbon-l'Archambault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Archambault (homonymie).

Château de Bourbon-l’Archambault
Image illustrative de l’article Château de Bourbon-l'Archambault
Nom local Château des sires de Bourbon
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction Xe siècle
Fin construction XVIIe siècle
Propriétaire initial Aymar de Bourbon
Destination initiale Résidence seigneuriale
Propriétaire actuel Fondation Saint-Louis
Destination actuelle Ruiné
Protection Logo monument historique Classé MH (1862)[1]
Coordonnées 46° 35′ 18″ nord, 3° 03′ 31″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Commune Bourbon-l'Archambault

Géolocalisation sur la carte : Allier

(Voir situation sur carte : Allier)
Château de Bourbon-l’Archambault

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Bourbon-l’Archambault

Le château de Bourbon-l’Archambault est un ancien château fort du XIIIe siècle, remanié à plusieurs reprises, dont les vestiges se dressent sur la commune de Bourbon-l'Archambault dans le département de l'Allier et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

La seigneurie puis duché de Bourbon a donné son nom à la province du Bourbonnais, qui correspond à peu de chose près à l'actuel département de l'Allier et au sud-est du département du Cher.

Le château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste des monuments historiques de 1862[1].

Situation[modifier | modifier le code]

Tours nord de la forteresse de Bourbon-l'Archambault.
Forteresse de Bourbon-l'Archambault

Le château de Bourbon-l’Archambault est situé dans le département français de l'Allier sur la commune de Bourbon-l'Archambault, à vingt-cinq kilomètres à l'ouest de Moulins. La haute silhouette du château des anciens sires de Bourbon se dresse sur un éperon barré dominant un bourg castral connu depuis le Xe siècle et devenu chef-lieu de canton.

Histoire[modifier | modifier le code]

La villa antique de Bourbon appartenait à la cité des Bituriges. Siège d'une viguerie du Berry au Xe siècle, elle devient capitale de la seigneurie de Bourbon, mais elle est délaissée par les ducs au profit de Moulins au XIVe siècle. Les seigneurs prennent le nom de leur capitale et en retour lui laissent le nom d'Archambault ou Archambaud, que portèrent neuf d'entre eux entre le Xe siècle et le XIIe siècle.

Les Archambault[modifier | modifier le code]

La lignée des sires de Bourbon est connue depuis Aymar de Bourbon († 953). Le premier Archambault de Bourbon vivait en 959, Archambaud le Franc, le second en 1018, le 3e en 1064, le 4e en 1075, le 5e en 1096, le 6e en 1099, le 7e en 1177, le 8e en 1200, le 9e en 1249[3]. Cette première lignée bâtit une importante principauté féodale aux confins de trois grands ensembles territoriaux (Berry, Autunois, Auvergne) en s'alliant à Cluny (fondation du prieuré de Souvigny, dépendant de Cluny, par Aymar en 913) et, dès le XIIe siècle, aux Capétiens. Le sire de Bourbon Aimon II "Vaire-Vache" entre dans la vassalité directe du roi de France Louis VI. Un premier castrum à Bourbon est mentionné par Eginhard, ainsi que dans la chronique du Pseudo-Frédégaire, qui relatent sa destruction par Pépin le Bref en 761 aux prises avec le duc d'Aquitaine pour la possession de Narbonne. Le château en bois est reconstruit plusieurs fois (il est cité en 947), puis fut rebâti en pierre à partir du XIIe siècle, agrandi sous Philippe-Auguste et flanqué de tours rondes à partir du XIIIe siècle.

Mahaut de Bourbon (v. 1160 † 1228), héritière de cette famille chevaleresque, apporta le château à la maison de Dampierre, par son mariage avec Guy II de Dampierre, connétable de Champagne.

Les Dampierre et les Bourgogne[modifier | modifier le code]

armoiries de Dampierre-Bourbon

Entre le XIIIe et le XIVe siècle, le château devint une puissante forteresse ; on y dénombre quinze tours. Les Dampierre se fondent dans la maison de Bourgogne. Le mariage de Béatrice de Bourgogne, héritière de la seigneurie de Bourbon, avec le prince Robert, 6e fils du roi Louis IX, donne naissance à une nouvelle maison de Bourbon, désormais de sang royal.

Les ducs de Bourbon[modifier | modifier le code]

Louis Ier de Bourbon, premier duc de Bourbon, fils de Béatrice de Bourbon et de Robert de Clermont et petit-fils de saint Louis, entreprend, à la suite des travaux déjà réalisés par son père, d'agrandir à nouveau sa forteresse. Il fait édifier une chapelle en 1310, placée sous le vocable de Notre-Dame, pour abriter les saintes reliques apportées par Robert de Clermont à Bourbon pour son épouse. Non loin de Bourbon, Louis Ier fait construire un donjon sur l'Allier, à proximité d'Yzeure (seigneurie importante en Autunois), à Moulins[4]. Louis II en fera sa capitale. Neuf ducs se succèdent : Louis Ier, Pierre Ier, Louis II, Jean Ier, Charles Ier, Jean II, Charles II, Pierre II et Charles III. Jean II commandita la construction d'une seconde chapelle palatine, consacrée à saint Louis, qui reprendra les plans et le style de la Sainte Chapelle de Paris. Le dernier duc, très riche et puissant, fut nommé connétable de France à la suite de la victoire de Marignan. L'affaire de la "trahison" du connétable Charles de Bourbon se mêle aux revendications de Louise de Savoie, Bourbon par sa mère Marguerite, et aboutit au rattachement du duché de Bourbonnais, considéré comme fief mouvant de la couronne depuis Louis II (beau-frère de Charles V), au domaine royal en 1531.

Maison d'Orléans-Valois (domaine royal)[modifier | modifier le code]

La confiscation par François Ier en 1523 se fit au bénéfice de sa mère, Louise de Savoie, comtesse douairière d'Angoulême, devenue en 1515 duchesse d'Angoulême et d'Anjou et comtesse du Maine ; elle-même revendiquait le duché de Bourbon pour son fils. À la mort de Louise de Savoie en 1531, le duché est rattaché au domaine royal. C'est la fin du Bourbonnais comme État princier féodal. François Ier recrée un apanage de Bourbon en 1544 au profit de son dernier fils, Charles de France, duc d'Angoulême et d'Orléans (1522-1545), mais ce dernier meurt sans héritier l'année suivante. Le duché retourne à nouveau à la couronne. Il sera une deuxième fois créé un duché de Bourbon en apanage de la couronne pour le futur roi de France Henri III (alors duc d'Anjou avant son accession au trône). Il porta le titre de Henri Ier de Bourbon. Le duché retourne alors à la couronne jusqu'en 1661, quand Louis XIV, une dernière fois, érige le Bourbonnais en duché au profit de la maison cadette de Bourbon-Condé.

Bourbon-l'Archambault devient un château royal, mais il n'est plus besoin de forteresses médiévales au XVIe siècle et le château est abandonné. Il n'est plus habité que par les chanoines desservant les Saintes Chapelles qui s'étaient construit deux petites maisons dans l'enceinte de la basse-cour au XVIe siècle.

La maison de Bourbon-Condé[modifier | modifier le code]

Princes de Condé, ducs de Bourbon (1661-1830)

Après plus d'un siècle dans les mains de la Couronne, le Bourbonnais est de nouveau érigé en duché en 1661, au profit de la branche de Condé de la maison de Bourbon et du « Grand Condé », victorieux à Rocroi en 1642, Louis II de Bourbon-Condé, prince de Condé, duc d'Enghien, etc., pair de France, premier prince du sang.

Le château servit alors pour loger les princes et princesses venant prendre les eaux dans cette bourgade au cours du XVIIe siècle ; ils étaient attirés par la réputation de ces eaux pour le soin de certaines maladies ; elles concurrençaient alors celles de Vichy. Madame de Montespan y mourut le .

Un incendie ravagea une partie du château au XVIIIe siècle. Le prince de Condé le fit restaurer en état de conservation, sans y ajouter d'embellissements, hormis une horloge sur la tour Qui-qu'en-grogne, visible depuis le bourg de Bourbon-l'Archambault[5].

Pendant la Révolution[modifier | modifier le code]

Les Condé ayant fait partie des premiers émigrés en août 1789, leurs biens furent confisqués, seules les trois tours du front nord ne furent pas soumises aux ventes par adjudication. Le directoire de district de Cérilly fit adjuger les restes des Saintes Chapelles et du château le 8 pluviôse an II. Les tours furent utilisées comme supplément de la maison d'arrêt[6]. La tour Qui-Qu'en-Grogne fut elle-même conservée à cet effet[7].

Après la Révolution[modifier | modifier le code]

Au retour des Bourbon-Condé, à la faveur de la Restauration, le domaine est récupéré par cette maison.

La maison d'Orléans[modifier | modifier le code]

Duc d'Aumale, propriétaire du château (1830-1897)

Au XIXe siècle, la forteresse échoit, par testament du dernier prince de Condé, au jeune duc d'Aumale Henri d'Orléans (1822-1897), alors âgé de huit ans, avec le château de Chantilly et plusieurs autres domaines importants de la maison de Condé. Peu de temps après cet héritage, les exécuteurs testamentaires voulurent vendre ces ruines pour 2000 francs, mais de la forteresse d'origine, presque entièrement rasée, furent sauvées trois tours grâce à l'action du poète Achille Allier, dont la fameuse « tour Qui-qu'en-Grogne ».

Le duc d'Aumale laisse s'y organiser un petit musée dans les ruines pittoresques.

À la mort du duc d'Aumale, dernier propriétaire unique de Bourbon, le château et son domaine entrèrent dans les biens de la maison d'Orléans, en indivision entre tous les héritiers, descendants de Louis-Philippe. Le domaine fut administré au nom du duc d'Orléans, Philippe d'Orléans, « chef de la maison de France » et prétendant orléaniste à la couronne. Plusieurs mariages entre membres de cette famille donnèrent à Henri, comte de Paris, l'essentiel des parts des biens de sa famille, dont le château de Bourbon.

La fondation Saint-Louis[modifier | modifier le code]

Pour préserver l'avenir de ce bien dans l'héritage royal, le « comte de Paris » décide de l'inclure dans une fondation familiale, la fondation Saint-Louis, en 1974. Il en devient le président d'honneur, fondation destinée à préserver les monuments les plus importants des Orléans en les soustrayant aux risques de dispersion qu'engendrent parfois les partages d'héritages. Il avait onze enfants, dont un décédé sans postérité.

Cette fondation a été présidée par Jean d'Albert de Luynes-Dunois, 12e duc de Luynes, de 1999 à 2008.

Description[modifier | modifier le code]

La tour Qui qu'en Grogne

La tour Qui qu'en Grogne est une tour circulaire transformée et fortifiée sous Louis II. On y accède par quelques marches depuis la cour de l'école de musique (ancienne école des filles de Bourbon). Un escalier à vis dessert les étages supérieurs et permettait notamment de rejoindre le chemin de ronde. Tour de défense fermant la basse-cour au sud, elle constituait également un point d'observation intéressant de la population habitant le bourg. La salle du premier étage, qui aurait été utilisée comme prison, a conservé des anneaux scellés dans le mur. Le clocheton édifié sur sa plateforme date du XVIIIe siècle[8].

La tour Qui qu'en Grogne a été classée monument historique par arrêté du 14 juin 1961[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Château », notice no PA00093010, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  3. Sources : Art de vérifier les dates.
  4. Georges Touchard-Lafosse, La Loire historique, pittoresque et biographique, Tours, Lecesne, 1851, p. 640.
  5. Pierre Gélis-Didot, Georges Grassoreille, Le château de Bourbon-l'Archambault, Paris, G. Chamerot, 1887, p. 30.
  6. Marcel Génermont, « La protection des monuments historiques », Bulletin de la Société d'émulation du Bourbonnais, 1924, p. 91.
  7. Pierre Gélis-Didot, Georges Grassoreille, Le château de Bourbon-l'Archambault, Paris, G. Chamerot, 1887, p. 34.
  8. Deshoulières, Bourbon-l'Archambault, dans Archives 1913, p. 43 à 46.
  9. « Ancien château », notice no PA00093011, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M.-A. Chazaud (archiviste du département de l'Allier), Étude sur la chronologie des sires de Bourbon (Xe – XIIIe siècle), Moulins, Société d'émulation de l'Allier, 1865 : disponible en ligne
  • Mgr Xavier Barbier de Montault, Le château de Bourbon-l'Archambault (Allier), Moulins, Imprimerie C. Desrosiers, 1876, iv-148 p. et pl.
  • Pierre Gélis-Didot, Georges Grassoreille, Le château de Bourbon-l'Archambault, Paris, G. Chamerot, 1887, 106 p.
  • Max Fazy, Catalogue des actes concernant l'histoire du Bourbonnais jusqu'au milieu du XIIIe siècle, accompagné du registre des documents narratifs, Moulins, Imprimerie du Progrès de l'Allier, 1924, xix-683 p.
  • Max Fazy, Histoire des sires de Bourbon jusqu'à la mort d'Archambaud VIII (1249) et de la formation territoriale du Bourbonnais, Moulins, Imprimerie du Progrès de l'Allier, 1924, xlv-243 p.
  • Yves Bruand, Le château de Bourbon-l'Archambault, dans Congrès archéologique de France. 146e session. Bourbonnais. 1988, p. 97-109, Société française d'archéologie, Paris, 1991
  • Pierre Gélis-Didot, Georges Grassoreille, Description du château de Bourbon-l'Archambault (Allier), p. 155-164, 253-264, dans L'Ami des monuments, 1887, tome 1 (lire en ligne)
  • E. Capelin, XVIIIe excursion à Bourbon-l'Archambault, p. 65-83, dans Bulletin de la Société d'émulation du Bourbonnais, 1920, tome 23 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]