Château de Bouillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un château image illustrant la Wallonie
Cet article est une ébauche concernant un château et la Wallonie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Château de Bouillon
Image illustrative de l'article Château de Bouillon
Vue sur la Semois
Type château fort
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1975, no 84010-CLT-0001-01)
Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine exceptionnel (2013, no 84010-PEX-0001-02)
Coordonnées 49° 47′ 36″ nord, 5° 03′ 58″ est
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région historique duché de Bouillon
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg
Commune Bouillon

Géolocalisation sur la carte : Province de Luxembourg

(Voir situation sur carte : Province de Luxembourg)
Château de Bouillon

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Château de Bouillon

Le château de Bouillon est un château fort construit au dixième siècle situé dans la ville belge de Bouillon en province de Luxembourg et Région wallonne.

Sis sur un éperon rocheux surplombant la Semois et dominant la ville moderne, il a appartenu à Godefroy de Bouillon qui en a hérité de son oncle. Il l'a revendu afin de financer son départ pour la première croisade vers la Terre sainte. Avec les châteaux de Beersel, de Corroy, de Horst, de Gand, de Lavaux et de Vêves, il constitue un des plus beaux châteaux médiévaux de Belgique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières fortifications s'originent dans le VIIIème siècle. Le donjon du château est construit entre 1080 et 1090. Suivant l'engagère conclue entre le prince-évêque de Liège et Godefroy de Bouillon en 1096 et la mort du dernier en 1100, le château devient la propriété des princes-évêques de Liège qui étaient aussi devenus ducs de Buillon et la reste jusqu'a la conquête française en 1794. En 1134 Raymond de Bar prend le château en surprise, mais il le perd le même année après une siège par le prince-évêque. Sous les guerres de Louis XIV, les fortifications sont amenagées par Vauban. Le donjon est détruit pendant l'occupation néerlandaise dès 1813. En 1815, le duché et le château deviennent néerlandais, et en cours de la révolution belge en 1830 ils passent à la Belgique. La forteresse est déclassée par les autorités belges en 1853. Après la bataille de Sedan en 1870, l'armée prusse utilise quelques parts du château comme hôpital. Aujourd'hui le site est ouvert aux visiteurs et abrite un musée.[1][2][3]

Château imprenable[modifier | modifier le code]

Le château fort et le vieux pont sur la Semois

Cette forteresse fut édifiée pour protéger le duché de Basse-Lotharingie, stratégiquement situé sur l'axe Reims-Liège-Aix-la-Chapelle. Le château fort, qui abrita jusqu'à 200 soldats, avait la réputation d'être imprenable. Aussi, l'ennemi préférait appliquer la technique du siège pour affamer les défenseurs, surtout en hiver. Mais dans le château, on avait tout prévu. On disposait d'un accès à une source d'eau potable et les stocks de vivre étaient hissés le long d'une galerie de 30 m de profondeur. La poulie était actionnée par des soldats qui couraient en rond dans une sorte de manège en bois. L'intendant du château exerçait une fonction essentielle : c'était lui qui calculait la quantité de nourriture nécessaire pour pouvoir tenir un siège.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Royal Syndicat d'Initiative de Bouillon ASBL - Organisation officielle - Château, présentation » (consulté le 15 février 2017)
  2. Le patrimoine monumental de la Belgique, vol. 14 : Wallonie, Luxembourg, Neufchâteau, Liège, Pierre Mardaga, éditeur, (ISBN 2-8021-0090-4, lire en ligne), p. 53-58
  3. Château de Bouillon. Guide touristique