Château de Bignicourt-sur-Saulx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Château de Bignicourt-sur-Saulx
Chateau d'architecture palladienne été.jpg
Le château dans son cadre.
Présentation
Type
Destination actuelle
habitation
Architecte
Construction
1807
1812
Propriétaire
privé
Statut patrimonial
Logo monument historique Classé MH (2005, château, pigeonnier, four à pain, chapelle)
 Inscrit MH (2005, parc)
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de la Marne
voir sur la carte de la Marne
Red pog.svg

Le Château de Bignicourt-sur-Saulx est un château du XIXe siècle de la banlieue de Bignicourt-sur-Saulx.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Barbat, riche cultivateur aurait acheté en 1778 l'ancien château construit par Pierre Langault après 1658. Il est maire du village en 1800 et meurt en 1810. On ne sait pas quand l'ancien château de Pierre Langault a été détruit, entre 1806 et 1833 (date du relevé cadastral montrant le nouveau château) mais les communs n'ont pas été modifiés. Son fils, Jean-Baptiste Barbat de Bignicourt devient maire de la commune en 1816 et le resta jusqu'à sa mort en 1847. Il se marie avec Clémentine Andrieux, riche héritière rémoise, en 1818, à quarante-six ans. Le nouveau château a dû être construit avant cette date. Le bâtiment, qui remplace un château plus ancien, s'inspire des maisons édifiées dans le style palladien par les architectes parisiens à la fin du XVIIIe siècle. Une modification a été apportée dans la première moitié du XXe siècle à la façade arrière qui comportait à l'origine les mêmes escaliers que la façade d'entrée. Le décor et la distribution intérieure sont en partie conservés. Le rez-de-chaussée est réservé aux pièces utilitaires (cuisine, laiterie, cave, bûcher). Le premier étage comprend les pièces principales (grand salon, salle à manger, bibliothèque). En 1837, édification d'une petite chapelle funéraire en style néo-gothique.

Par arrêté du , le château, le pigeonnier, le four à pain et la chapelle sont classés au titre des monuments historiques, le parc étant quant à lui inscrit au titre des monuments historiques[1]. Après avoir été abandonné à différentes reprises, après la mort de la dernière descendante, Pauline de la Porte, cette propriété privée est achetée en 2002 par Fabrice Provin, qui décide de le restaurer totalement et de créer une maison d'hôtes. Le parc accueille un refuge de la LPO[2].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]