Château de Beaumont-le-Richard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Château de Beaumont-le-Richard
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Fondation
XIIe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata
Style
Patrimonialité
Localisation
Adresse
Château de BeaumontVoir et modifier les données sur Wikidata
Flag of France.svg France
Coordonnées

Le château de Beaumont-le-Richard est un ancien château fort, du XIIe ou du début du XIIIe, remanié au XVIIe siècle[1], dont les vestiges se dressent, dans le Bessin, sur la commune française d'Englesqueville-la-Percée dans le département du Calvados, en région Normandie. Le château, d'architecture anglo-normande, est un des derniers exemples de logis seigneurial de cette époque encore en élévation.

Le château fait l’objet d’une protection partielle au titre des monuments historiques[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

Les vestiges du château sont situés sur une colline, à 1,2 kilomètre au sud-ouest de l'église Saint-Vigor d'Englesqueville-la-Percée, dans le département français du Calvados.

Historique[modifier | modifier le code]

La seigneurie existe depuis au moins l'an mil[réf. nécessaire]. Le premier seigneur serait cité à la fin du XIIe siècle[3],[4].

Le château doit son nom soit à Richard Ier du Hommet (c.1115-1180), 2e connétable de Normandie, Grand sénéchal de Normandie[note 1].

En 1220, Enguerrand du Hommet donne à l'abbaye de Mondaye l'église et les dîmes de Beaumont-le-Richard[6].

En 1239, Guillaume du Hommet est qualifié de châtelain de Beaumont-le-Richard[7].

En 1540, le sieur du Vaumicel (Vierville-sur-Mer), Jehan Canivet, dans le journal qu'il tient au moment des guerres de Religion, mentionne la tenue d'une réunion huguenote sur le territoire de la paroisse d'Englesqueville. Cette réunion se serait déroulée probablement au château[8].

La seigneurie est transmise de famille en famille, mais, n'étant plus une résidence pour ses seigneurs, elle a été transformée en exploitation agricole.

Description[modifier | modifier le code]

Il subsiste du château, dépourvu de donjon, deux tours rondes couvertes de calottes de pierre, les restes d'une enceinte, et la chapelle castrale placée au-dessus d'une salle voûtée qui pourrait être l'ancienne résidence seigneuriale. Arcisse de Caumont à propos du château disait « qu'il s'agissait davantage de l'habitation d'un riche baron plutôt que d'une forteresse proprement dite »[9].

Après le déclin de la seigneurie, la configuration du château a fortement changé puisqu'il a été transformé en exploitation agricole, laquelle a fonctionné jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

Deux bâtiments romans : un bloc d’habitation et une grande salle, composée d’une nef et d’un bas-côté, datés du milieu du XIIe siècle. Au rez-de-chaussée, une salle voutée. Au premier étage du bloc d’habitation, une chambre refaite au XVIIe siècle, lors de l'aménagement de l'exploitation agricole, voisine d'une antichambre ornée d’arcatures romanes.

La chapelle a été affectée au culte vers 1640.

Sur le site, il a existé un village dont certaines maisons étaient antérieures à 1600. On sait qu'à la fin du XVIe siècle un prêche calviniste s'y tenait dans un grenier, au-dessus du pressoir, près de la chapelle. Au XIXe siècle, on a retrouvé dans le cimetière, un cercueil en plomb et d'autres en pierre[10].

Protection[modifier | modifier le code]

Sont classées par arrêté du [2] :

Est inscrit par arrêté du [2] :

  • l'assiette de la parcelle comprenant, à l'exclusion des bâtiments agricoles récents et de la chapelle classée, l'ensemble des vestiges enfouis dans le sol et en élévation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean Mesqui le qualifie également de baron de Varanguebec. C'est son petit-fils, Richard II du Hommet à la suite de son mariage avec Gillette de La Haye qui lui apporte les baronnies de La Haye-du-Puits et de Varenguebec. Richard II ne sera pas connétable de Normandie[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Charles-Laurent Salch et Joseph-Frédéric Fino, Atlas des châteaux forts en France, Strasbourg, Publitotal, , 834 p., p. 158.
  2. a b et c « Château de Beaumont-le-Richard », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, Éditions Publitotal, , 1304 p. (OCLC 1078727877), p. 445.
  4. Guy Le Hallé, Châteaux forts de Basse-Normandie, t. II, Louviers, Ysec Éditions, , 160 p. (ISBN 978-2846732154), p. 60.
  5. Mesqui 1997, p. 51.
  6. « Englesqueville-la-Percée », dans Louis Le Roc'h Morgère, Bernard Gourbin, Philippe Bernouis et al., Le Patrimoine des communes du Calvados, Paris, Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1715 p. (ISBN 2-84234-111-2).
  7. Salch, 1987, p. 445.
  8. Pierre Brunet et Bernard Gourbin, Fermes-manoirs du Bessin, Bayeux, Éditions OREP, , 80 p. (ISBN 978-2-8151-0207-0), p. 32.
  9. Brunet et Gourbin 2014, p. 30.
  10. Brunet et Gourbin 2014, p. 32.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Mesqui, Châteaux forts et fortifications en France, Paris, Flammarion, coll. « Tout l'art - Patrimoine », , 493 p. (ISBN 2080122711), p. 51-52.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]