Château de Beaucens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Beaucens
Image illustrative de l’article Château de Beaucens
Château de Beaucens - Ruines - Desrosiers -1836 - L'art en province
Période ou style Classicisme
Début construction Xe siècle
Fin construction Non défini :
Beaucoup de transformations
Destination initiale Donjon des Aigles
Propriétaire actuel Donjon des Aigles
Protection Logo monument historique Classé MH (1927)
« Château (restes du) », notice no PA00095344, base Mérimée, ministère français de la Culture
Site web www.donjon-des-aigles.com/
Coordonnées 42° 58′ 19″ nord, 0° 03′ 35″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région historique Midi-Pyrénées
Subdivision administrative Hautes-Pyrénées
Subdivision administrative Argelès-Gazost
Commune Beaucens

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Hautes-Pyrénées)
Château de Beaucens

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Beaucens

Le château de Beaucens, ancien château du XIVe siècle des vicomtes de Castet-Loubon[1] appelé communément vicomtes de Lavedan, est inscrit au titre des monuments historiques depuis 1927[2]. Le site a été transformé en parc zoologique, le « donjon des Aigles », où l'on peut admirer des rapaces en vol autour des ruines du château, avec une vue sur la vallée des Gaves.

Quelques faits historiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Comté de Bigorre.
Article détaillé : Lavedan.
Plan du Château de Beaucens en 1866
Vues du Château de Beaucens en 1866

Le château de Beaucens était la maison vicomtale ordinaire, la plus puissante de Bigorre avec de vastes possessions dont les dix-sept bourgs de la vallée de Barèges[3]

Le château fut habité jusqu'en 1643, il appartenait alors à la Maison de Montaut-Bénac[4]

Justin-Édouard M. Cénac-Moncaut cite l'événement du tremblement de terre de 1854 : « (ainsi) Le tremblement de terre du mois de juillet 1854 a-t-il renversé un lambeau de mur du couchant et si fortement ébranlé la base d'une tour carrée de l'angle sud-ouest qu'elle s'écroulera infailliblement dans un avenir très prochain. Le donjon seul est construit en très bon appareil moyen et convenablement cimenté. »[réf. souhaitée]

Madame de Motteville séjourna au château de Beaucens [1] lorsqu'elle se rendit au mariage de Louis XIV avec Marie-Thérèse d'Autriche (1638-1683), le en l'église Saint-Jean-Baptiste de Saint-Jean-de-Luz.

En 1856 le château était la propriété d'Achille Marcus Fould (Paris, - Laloubère, banlieue de Tarbes, ), célèbre banquier et homme politique français. Ministre des Finances de la Deuxième République sous Louis-Napoléon Bonaparte et ministre d'État de 1852 à 1860 durant le Second Empire de Napoléon III[5].

Légende de l'aigle et de la truite[modifier | modifier le code]

Dans la Bigorre la légende évoque la fin d'un long siège du château levé à cause d'une truite qui a fait croire à l'assaillant que la nourriture était encore abondante et fraîche. A ce propos, la Revue d'Aquitaine et du Languedoc, vol. 8, (lire en ligne) indique : « Sur ces récits bizarres nés de la fausse interprétation des armes des villes, il existe en Bigorre un fait à peu près similaire il est fourni par l'histoire de Lourdes. Les armes de l'antique Oppidum romain se composaient d'un rocher portant un château à trois tours, celle du milieu surmontée d'un aigle ayant une truite dans le bec. Tout cela n'avait été vraisemblablement dès le principe que l'assemblage et la représentation figurée des choses les plus remarquables du lieu. Eh bien il sortit de là une curieuse légende suivant laquelle Charlemagne assiégeant le château contre un chef de Sarrasins nommé Mirât, un aigle serait venu y apporter une truite que Mirât aurait envoyée bien vite à l'Empereur, lequel au comble de l'étonnement se serait décidé à lever le siège »

Géologie[modifier | modifier le code]

Au pied du château l'on trouve « une source sulfureuse froide dont l'eau est la boisson des habitants, et une mine de plomb dans un rocher qui sert de base aux restes de l'ancien château de Beaucens. On trouve aussi une mine de cuivre sur la butte d'Aiguesalat. »[6]

Donjon des aigles[modifier | modifier le code]

Le château de Beaucens accueille depuis 1973 l'une des plus importantes collections mondiales de rapaces : milans, vautours, aigles, pygargues, faucons et buses. Les spectacles mettent notamment en scène un percnoptère, qui casse une imitation d'œuf d'autruche avec une pierre, ainsi qu'un condor, un serpentaire, des chouettes, des hiboux, des perruches et des perroquets.

Le décor[modifier | modifier le code]

Les acteurs[modifier | modifier le code]

Les vols[modifier | modifier le code]

Action - Réactions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas Corneille, Dictionnaire universel, géographique et historique. Contenant la description des royaumes, empires, estats,... ; La situation, l'estendue, les limites, les distances de chaque pays ; La religion, les mœurs, les coustumes, le commerce ; Les cérémonies, particulières des peuples, Jean Baptiste Coignard, (lire en ligne)
  2. « Château (restes du) », notice no PA00095344, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 2 juin 2012.
  3. Armand Davezac-Macaya, Essais historiques sur le Bigorre, vol. 2, A. Davezac-Macaya, (lire en ligne)
  4. Justin-Édouard Cénac-Moncaut, Voyage archéologique et historique dans l'ancien comté de Bigorre, (p://books.google.fr/books?id=ORdZR-P0u8IC&hl=fr&hl=fr&pg=PA98&img=1&zoom=3&sig=ACfU3U2ahNDmy3Cm52742_hziWSRhgROpw&ci=146%2C618%2C787%2C158&edge=0)
  5. Edmond du Sommerard, Catalogue et description des objets d'art, de l'antiquité, du moyen âge et de la renaissance, , 426 p. (lire en ligne)
  6. A.J. Killian, Dictionnaire géographique universel, contenant la description de tous les lieux du globe intéressans sous le rapport de la géographie physique et politique, de l'histoire, de la statistique, du commerce, de l'industrie, vol. 2 (lire en ligne)