Château de Balzac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Château de Balsac.
Château de Balzac
Image illustrative de l'article Château de Balzac
Le château vu de l'ouest
Type Manoir
Début construction 1600
Propriétaire initial Guillaume Guez de Balzac
Destination actuelle habitation privée
Protection  Inscrit MH (2007)[1]
Coordonnées 45° 42′ 28″ nord, 0° 06′ 33″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Région historique Angoumois
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Commune Balzac

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Balzac

Géolocalisation sur la carte : Charente

(Voir situation sur carte : Charente)
Château de Balzac

Le château de Balzac est situé sur la commune de Balzac, en Charente, près d'Angoulême.

Historique[modifier | modifier le code]

Guillaume Guez est trésorier principal à l'extraordinaire des guerres en Angoumois, Aunis et Saintonge, nouvellement anobli, quand il fait construire ce château vers 1600. Il prend alors le nom de cette terre. En 1647 saint Romuald note sa magnificence[Information douteuse] [?].

Marie de Médicis, après s'être évadée de son exil à Blois en 1619, y séjourna six mois ce qui en fit un lieu de rencontre des notoriétés de l'époque.

Le cardinal de Richelieu y est venu pendant 10 jours.

Jean-Louis Guez de Balzac, son fils, couramment appelé Guez de Balzac, né le 31 mai 1597[3] et mort le 8 février 1654 vécut au château de Balzac jusqu'en 1612 puis revint à Angoulême passer la fin de sa vie. Cet écrivain français du XVIe siècle contribua à la réforme de la langue française. Des poètes, écrivains, épistoliers, vinrent le voir et relatèrent leurs séjours à Balzac.

En 1729 ses descendants vendirent les terres du grand et petit Balzac.

Les actuels propriétaires, la famille Boissinot depuis 1974, ont entrepris une restauration d'une très grande fidélité en se basant des écrits de Guez de Balzac et de ses visiteurs[4],[5].

Architecture[modifier | modifier le code]

À l'origine, bâti à l'emplacement d'une autre construction, il comportait un corps de logis et deux ailes en équerre avec un pavillon d'angle à haute toiture pyramidale. Les lucarnes à fronton et le balcon en fer forgé sont de cette époque, comme l'ancienne cuisine, la salle à voûte en arc de cloître du rez-de-chaussée de l'aile nord, une porte et des restes de fresques dans le corridor de l'aile sud.

Il a été doté de trois nouvelles façades autour de la cour carrée au XVIIIe siècle, ce qui crée un couloir alors que dans l'ancienne disposition les pièces se commandaient : on devait les traverser pour passer de l'une à l'autre.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les pièces possèdent leur dallage et leur parquet d'époque

Les fresques de l'entrée ont été en grande partie restaurées.

Au XVIIIe siècle les transformations ont comporté l'installation d'une salle à manger et d'un salon aux boiseries caractéristiques gommant les angles de la pièce pour des arrondis avec portes de placards concaves.

La cuisine établie au XVIIe siècle dans ce qui fut une chapelle possède encore le bénitier Elle s'enorgueillit d'une grande cheminée, un imposant potager et une pierre d'évier.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le château qui surplombe la Charente est au milieu d'un parc de 4 ha longé par un canal. Sur ce canal sont aménagés un vivier et un lavoir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Château de Balzac », notice no PA00104236, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Coordonnées prises sur Géoportail
  3. Le Robert historique donne 1595.
  4. Élise Renoleau, « Balzac: la vie de château côté jardin », Charente libre,‎ (lire en ligne)
  5. Justine Dincher, « Visite chez les Guez de Balzac », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Châteaux, manoirs et logis : La Charente, éditions Patrimoine et Médias, , 499 p. (ISBN 2-910137-05-8), p. 205

Liens externes[modifier | modifier le code]