Château d'Aubigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château d'Aubigny (Calvados) et Château d'Aubigny (Cahagnes).
Château d'Aubigny
Image illustrative de l'article Château d'Aubigny
Début construction XVIe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Propriétaire actuel Mme Marie-Odile d'Ornellas
Protection  Inscrit MH (1993)[1]
Coordonnées 49° 06′ 06″ nord, 6° 16′ 23″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Duché de Lorraine
Région Grand Est
Département Moselle
Commune Coincy

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
Château d'Aubigny

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Château d'Aubigny

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château d'Aubigny

Le château d'Aubigny est situé sur l’ancienne commune de la Moselle d'Aubigny rattachée à la commune de Coincy après la Révolution

Le château d’Aubigny, avec sa cour et les dépendances adjacentes, ainsi que le jardin, avec leurs murs de clôture et portails, fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château d'Aubigny et sa ferme sont mentionnés dans les archives dès le début du XVe siècle La seigneurie d’Aubigny est tenue de 1404 à 1701 par les familles de Vy et de Roucel. En 1682, Jean-Nicolas de Roucel, dans son aveu et dénombrement présenté à la Chambre royale de Metz, précisa qu’il y possédait une maison forte.

Le château fut dévasté par les « Suédois » en 1630 pendant la guerre de Trente Ans et reconstruit au XVIIIe siècle.

Au XVIIIe siècle, la seigneurie passa aux familles Clinchant d’Aubigny et de Baignault, puis à la famille Le Duchat d'Aubigny qui était encore propriétaire du château au début du XIXe siècle. En 1814, la famille de Belchamps hérite le château (par échange avec le domaine de la Grange-aux-Bois). En 1830, madame de Belchamps fait supprimer les tours du château et refait la salle à manger. Elle meurt subitement en juillet 1869.

Pendant la guerre de 1870, le château est transformé en hôpital prussien. Un film Aubigny, Mémoires de 1870 relatant de cette période a été réalisé par les descendants des Belchamps[3]. François-Nicolas-Félix de Belchamps décède en 1893 et laisse deux filles dont la seconde se mariera à un militaire, officier du général Mac-Mahon à Alger, M. de Vaugrenant. Leur fille Marguerite, né en 1867, hérite à la mort de M. de Vaugrenant en 1920 du domaine. Elle épousera le général de Cugnac[4]. Le général de Cugnac est originaire des Deux-Sèvres, c’est lui qui commanda pendant la Première Guerre mondiale, la 77e division d’infanterie alors que son épouse était en garnison à Paris. Il devint président départemental du Souvenir français et de la Fédération des sociétés sportives de la Moselle. En cette dernière qualité, il reçut à Aubigny, lors des fêtes données à Metz, les maréchaux Lyautey et Foch. Il mena ce dernier faire un périple à travers le canton.

Entre les deux derniers conflits, le général de Cugnac fut de toutes les cérémonies patriotiques et religieuses du canton. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Marguerite de Cugnac était à Poitiers alors que son mari était au front. À l’été 1940, les autorités allemandes confisquent le domaine et en font une Mädchenschule (de). Les propriétaires revinrent à l’automne 1944. De retour, elle a entièrement refait l’intérieur du château qui avait été pillé et changé en caserne de jeunes filles. Des meubles et des tableaux du château ont été trouvés partout dans le canton. En 1949, le général fêta ses noces de diamant. Il reçut aussi à Aubigny le colonel de Gaulle et bien d’autres personnalités. Il décéda en 1956. Sa fille Chantal de Cugnac s’est mariée à M. de Vasselot de Régné. Ils ont eu quatre enfants dont l’une a épousé M. de Montalembert qui à sa mort en 2006 a légué le château à sa fille ainée Mme d’Ornellas.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le logis à un étage et un étage de combles est couvert d’un toit à faible pente. Une fenêtre à meneau sur un côté signe l'existence du château antérieur. Le château a connu une restauration importante en 2012. Le toit a retrouvé sa toiture du XVIIIe siècle. Des tuiles canal rouge ont remplacé la toiture de tuile bleu foncé.

Parc[modifier | modifier le code]

De grands ifs taillés en cônes et des bordures de buis délimitent les parterres du jardin clos de murs, tandis que quatre grilles de fer forgé équilibrent la composition en ouvrant des perspectives. Ce jardin de buis est unique en Moselle et l’on dit que les ifs sont entretenus depuis plus de 300 ans.

Les jardins d'Aubigny peuvent être visités pendant la belle saison, notamment lors des journées du patrimoine (3e week-end de septembre).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice no PA00125534, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  3. Site du film Aubigny, Mémoires de 1870
  4. Son beau-frère, le général de Vaulgrenant, fut gouverneur militaire de Metz.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Aubigny, Mémoires de 1870, septembre 2011.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Haefeli, Les fermes-châteaux du pays messin, 1972.
  • Henry Bourceret, Châteaux de la Moselle, coll. Art et Tourisme, p. 6.

Articles connexes[modifier | modifier le code]