Château d'Aunay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château d'Aunay
Image illustrative de l’article Château d'Aunay
Nom local Haut Fort
Type château d'agrément
Architecte inconnu
Début construction 2e partie du XVe siècle
Fin construction XVIIe siècle
Propriétaire initial famille Pioche
Destination initiale forteresse
Propriétaire actuel famille de Bourgoing
Destination actuelle Habitation
Protection Logo monument historique Classé MH (1988)
Coordonnées 47° 07′ 00,282″ nord, 3° 41′ 58,385″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Bazois
région Bourgogne-Franche-Comté
département Nièvre
commune Aunay-en-Bazois

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Château d'Aunay

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château d'Aunay

Le château d'Aunay est un ancien château fort médiéval, devenu château d'agrément au XVIe siècle. Il se trouve sur la commune d'Aunay-en-Bazois, dans la Nièvre, région du Morvan. Il resta jusqu'en 1963 la propriété des comtes d'Aunay.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le bâtiment principal ainsi que les tours ont été construits au XVIe siècle puis remaniés au début du XVIIe siècle. Ce qui fait que son aspect militaire a pratiquement disparu. Le corps reliant les tours carrées ouest fut édifié au XVIIe siècle pour Charles de Mesgrigny, petit fils de Vauban. Les communs datent du XVIIe siècle mais ils furent remaniés dans les années 1780.

L'édifice, de plan régulier, se compose de deux étages et a été construit en moellons, enduits. La toiture est en ardoise et à longs pans.

Le château, y compris l'ensemble des boiseries, les lambris et tapisseries ornant le rez-de-chaussée et le premier étage, les communs, les fossés, la cour d'honneur, les jardins et le mur de clôture[1] sont protégés aux monuments historiques par arrêté du .

On voit encore les rainures où logeaient les bras du pont-levis, les trous pour le passage des chaînes et les fossés entourant le château.

De la première construction reste encore la cuisine voûtée d'arêtes, située à l'angle est du château, ainsi qu'une fenêtre donnant sur la cour. Les courtines furent démolies au XVIIe siècle pour faire place à deux bâtiments d'un étage à l'ouest et au nord, légèrement en retrait des tours. L'ancien porche est dans l'alignement du bâtiment nord et refait en plein cintre, le pont-levis est maintenant dormant.

Dans l'alignement des deux tours, le bâtiment ouest fut flanqué un corps de bâtiment surmonté d'un fronton classique. Cette façade est percée de larges baies à petits carreaux dans la travée desquelles s'ouvrent des œils-de-bœuf.

Dans la salle à manger se trouve un buste en plâtre non signé.

Grande Cour[modifier | modifier le code]

Elle précède le château, et elle est encadrée par deux bâtiments d'une belle longueur servant d'orangerie et de communs qui datent du XVIIe siècle. Chaque année, le 17 mai, y sont présentés des orangers bicentenaires.

Cour intérieure[modifier | modifier le code]

Deux portails de petites dimensions surmontés d'un fronton brisé encadrant un édicule donnent accès au bâtiment nord. A l'angle des deux bâtiments se trouve une loggia sur trompe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fief d'Aunay est dans la famille Pioche jusqu'au milieu du XVIe siècle[2]. Au début, les seigneurs du lieu résidaient dans la partie du château qui prit le nom de « bas-fort » après qu'une forteresse appelée « haut-fort » eut été édifiée dans la seconde moitié du XVe siècle. Celle-ci fut endommagée pendant les guerres de religion, tandis que le bas-fort fut complètement détruit. Le haut-fort fut profondément remanié au XVIIe siècle, notamment par Jacques-Louis de Mesgrigny, comte d'Aunay qui, en 1680, épousa Charlotte Le Prestre, la fille aînée du maréchal de Vauban.

Aux Mesgrigny d'Aunay succéda, en 1738, Louis Le Peletier de Rosambo. Ce dernier épousa la fille de Jean-Charles de Mesgrigny, Aimée de Mesgrigny, qui lui apporta en dot tous les biens des Mesgrigny d'Aunay [3]. Sa descendance, les Le Peletier d'Aunay, devait tenir le Château d'Aunay jusqu'en 1963.

Actuellement, la famille de Bourgoing est propriétaire du château, qui ne se visite pas[4].

Seigneurs[modifier | modifier le code]

Propriétaires depuis la Révolution[modifier | modifier le code]

  • jusqu'en 1963 : la Maison Le Peletier d'Aunay.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cadastre A.240 à 249.
  2. « Château d'Aunay-en-Bazois », sur Châteaux de Bourgogne (consulté le 8 avril 2013)
  3. « Généalogie de la famille Le Prestre de Vauban » (consulté le 25 octobre 2017), p. 32
  4. « Château d'Aunay-en-Bazois », sur Châteaux de France (consulté le 8 avril 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Colas, Châteaux en Nivernais, 1976, p. 162-165.
  • Raymond Colas, Guide des châteaux de France : La Nièvre, Éditions Berger-Levrault, 1981 ; 2e édition Hermé, Paris, 1986, p. 15-16/102.p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]