Château d'Aulnois-sous-Laon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château d'Aulnois-sous-Laon
Image illustrative de l'article Château d'Aulnois-sous-Laon
Période ou style Médiéval
Type Maison forte
Début construction Fin XIIIe siècle ou début XIVe siècle
Destination initiale Résidence seigneuriale
Propriétaire actuel Personne privée
Protection  Inscrit MH (1927)[1]
Coordonnées 49° 36′ 45″ nord, 3° 36′ 05″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Province Picardie
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Commune Aulnois-sous-Laon

Géolocalisation sur la carte : Aisne

(Voir situation sur carte : Aisne)
Château d'Aulnois-sous-Laon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château d'Aulnois-sous-Laon

Le château d'Aulnois-sous-Laon est une ancienne maison forte, de la fin du XIIIe siècle ou XIVe siècle[3] ou du début XIVe siècle[3], qui se dresse sur la commune d'Aulnois-sous-Laon dans le département de l'Aisne en région Hauts-de-France.

Le château fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 24 octobre 1927[1].

Situation[modifier | modifier le code]

Le château d'Aulnois-sous-Laon est situé dans le département français de l'Aisne sur la commune d'Aulnois-sous-Laon, au sud-est du bourg.

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille d'Aulnois est mentionnée depuis la fin du XIIe siècle[3]. Le fief échoit à une branche cadette de la famille de Coucy et aux Sarrebruck au cours du XVe siècle[3]. De 1430 à 1440[3], le château est occupé par les Bourguignons. François de Bourbon-Conti, seigneur d'Aulnois, voit son château ruiné par les guerres de religions et en partie ruiné par les troupes de Balagny en 1589 puis celle venant de Laon en 1591.

Description[modifier | modifier le code]

Le château d'Aulnois-sous-Laon se présente, au XXIe siècle, sous la forme d'une enceinte quadrangulaire fossoyée que domine dans l'angle nord un donjon cylindrique. On accède à l'intérieur par une porte qui s'ouvre au sud et qui est barrée d'une herse et défendue par un mâchicoulis en arc.

Le donjon, haut de 20 mètres, a des étages voûtés sur croisées d'ogives. Deux portes à linteau droit sur corbeau situées au dernier niveau de ce dernier permettaient d'accéder sur un chemin de ronde, aujourd'hui disparu.

Un contrefort muni d'une échauguette, et dont il ne subsiste que le culot, étayait la courtine nord-est. Un grand bâtiment, avec ses contreforts d'angle qui portaient des tourelles en tas-de-charge, s’appuie sur le mur sud-est. Les autres côtés sont pourvus également de contreforts sur lesquels des tourelles prenaient appui. L'ensemble de l'édifice est construit en pierres de granit éclatées, disposées en lits réguliers, que joint un épais mortier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, , 1304 p. (ISBN 2865350703)

Articles connexes[modifier | modifier le code]