Château d'Ô (Montpellier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Château d'Ô (Orne).
Château d'Ô
Image illustrative de l'article Château d'Ô (Montpellier)
Le château d'Ô, façade sur jardin
Période ou style milieu du XVIIIe siècle
Type Folie
Architecte Charles Gabriel Le Blanc
Début construction 1743
Fin construction 1750
Propriétaire initial M. de Saint-Priest
Propriétaire actuel Conseil général de l'Hérault
Protection Logo monument historique Classé MH (16 août 1922, façades extérieures, parc et ouvrages d'art)
Coordonnées 43° 38′ 00″ nord, 3° 50′ 21″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Commune Montpellier

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château d'Ô

Géolocalisation sur la carte : Montpellier

(Voir situation sur carte : Montpellier)
Château d'Ô

Géolocalisation sur la carte : Hérault

(Voir situation sur carte : Hérault)
Château d'Ô

Le château d'Ô est une folie montpelliéraine du milieu du XVIIIe siècle située avenue des Moulins, rond-point du château d'Ô et accessible via la rue de la Carrièrasse, au nord-ouest de Montpellier, dans l’Hérault.

Historique[modifier | modifier le code]

À l'origine domaine agricole, le lieu subit des travaux vers 1730 pour y édifier une maison des champs. La propriété est acquise en 1743 par Jean-Emmanuel de Guignard, vicomte de Saint-Priest, futur intendant du roi en Languedoc[1]. Ce dernier confie à l'architecte montpelliérain Charles Gabriel Le Blanc le soin de construire l'édifice que nous connaissons aujourd'hui.

Pour le dessin du jardin, il est fait appel à Jean Antoine Giral, membre d'une dynastie d'architectes locaux. En 1762, monsieur de Saint-Priest commande de grands travaux hydrauliques afin de doter le parc de vasques, de fontaines et d'un important bassin propre à y donner des fêtes nautiques.

Passé en de nombreuses mains, le domaine est acquis en 1906 par le Conseil général de l'Hérault. Le château soigneusement restauré et le parc, lui aussi remis en état, abritent aujourd'hui un théâtre de 230 places, un amphithéâtre de 1800 et une salle de spectacle de 600 places . Le domaine est ouvert du mardi au dimanche au public.

Description[modifier | modifier le code]

L'édifice présente une grande simplicité. Un avant-corps central suffit à animer la façade qui comporte un étage noble sur rez-de-jardin. Sous le toit de tuiles creuses, le fronton de l'avant-corps montre un deuxième niveau percé d'oculus à la manière méridionale.

Le dessin du jardin et du parc laisse supposer l'intérêt que leur portait le vicomte de Saint-Priest. Vieux de deux siècles et demi, les parterres de buis taillé et les pins d'Alep abritent un ensemble de bosquets et de surprises dont la moindre n'est pas le bassin - aujourd'hui vide - où se donnaient des naumachies. Une histoire locale raconte que l'évêque de Montpellier, naviguant sur ce bassin lors d'une fête de nuit, y perdit son anneau pastoral : son hôte aurait fait entièrement vider la pièce d'eau pour le retrouver[2].

Classement[modifier | modifier le code]

L'ensemble constitué par les façades extérieures, le parc et les ouvrages d'art fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [3].

Galerie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. De 1751 jusqu'à sa mort en 1785.
  2. Référence à venir.
  3. Notice no PA00103529, base Mérimée, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Leenhardt (1864-1941) (préf. Michel Lacave (1944-...), Reprod. photomécanique de l'édit. de Montpellier), Quelques belles résidences des environs de Montpellier, vol. 2 volumes in 1, Paris-Genève, Champion-Slatkine, (réimpr. 1931 et 1932), 143-161 p., 23 cm (ISBN 285203140X, OCLC 799132118, notice BnF no FRBNF32501648, SUDOC 011741074, présentation en ligne)
  • Claude Frégnac (préf. Duc de Castries, ill. Claude Acremant), Merveilles des châteaux de Provence, Paris, Hachette, coll. « Réalités », , 327 p., 32 cm (OCLC 1517606, SUDOC 016709012, présentation en ligne)
  • Alain Dalmasso, Montpellier et sa région, Avignon, Aubanel, coll. « Les guides du sud », , 215 p., 18 cm (ISBN 978-2700600605, OCLC 2348171)
  • Collectif, Châteaux et belles demeures des environs de Montpellier, bulletin du syndicat d'initiative no 47, ville de Montpellier 1975.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Domaine d'O, théâtre et festivals à Montpellier