Château Frontenac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frontenac.
Château Frontenac
Château Frontenac2010.jpg

Le Château Frontenac et la terrasse Dufferin

Localisation
Adresse
1, rue des Carrières
Québec (Québec)
Pays
Coordonnées
Architecture
Ouverture
1892
Architecte
Statut patrimonial
Style
Équipements
Chambres
611
Gestion
Propriétaire
Site web
Localisation sur la carte de la ville de Québec
voir sur la carte de la ville de Québec
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Québec
voir sur la carte du Québec
Red pog.svg

Le Château Frontenac est un célèbre hôtel de Québec situé dans le Vieux-Québec surplombant le fleuve Saint-Laurent depuis la terrasse Dufferin. Il a été désigné lieu historique national du Canada en 1981.

Situation[modifier | modifier le code]

Statue de Frontenac à l'Assemblée nationale du Québec.

Le Château Frontenac a été nommé ainsi en l'honneur de Louis de Buade, comte de Frontenac, qui fut gouverneur de Nouvelle-France de 1672 à 1682 et de 1689 à 1698[1].

L'hôtel est situé dans la Haute-Ville de l'arrondissement historique du Vieux-Québec. Il domine le cap Diamant et sa situation sur la terrasse Dufferin offre un panorama sur le fleuve Saint-Laurent. Outre la terrasse, l'hôtel est bordé au nord par la rue Saint-Louis et au sud par la rue Mont-Carmel ; d'autres bâtiments occupent le même quadrilatère fermé par la rue Haldimand à l'ouest. La place d'Armes s'étend au nord et la place des Gouverneurs au sud. La rue des carrières et la terrasse Dufferin relient le château à la citadelle de Québec, au sud. Face au château, un funiculaire relie le quartier Petit Champlain.

Le château a été construit non loin du lieu historique de la citadelle de Québec, à l'emplacement de l'ancien château Haldimand et à côté de la terrasse Dufferin recouvrant le site archéologique du fort et du château Saint-Louis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

L'architecte Bruce Price.

À la fin du XIXe siècle, la ville de Québec désire se doter d'un grand hôtel. En 1890, l'architecte Eugène-Étienne Taché, à qui l'on doit notamment l'Assemblée nationale du Québec, présente son plan du Fortress Hotel, édifice imposant comprenant un hôtel de luxe et un grand opéra, dont le plan symétrique flanqué de trois tours rondes rappelle les châteaux français[2].

Le Château Frontenac est le premier d'une longue série d'hôtels de style « château » construits par les compagnies ferroviaires canadiennes à la fin du XIXe et au début du XXe siècle afin de populariser les voyages par train ; ces hôtels sont en fait devenus des symboles nationaux par leur élégance et leur confort[3]. La première phase de la construction du château Frontenac, commandé par le chemin de fer Canadien Pacifique, commence en 1892[3]. Les plans sont de l'architecte américain Bruce Price, qui avait déjà réalisé la gare Windsor de Montréal[1]. L'architecte s’inspire du projet d'Eugène-Étienne Taché[2], en optant toutefois pour un plan en fer à cheval[4]. Les travaux de l'aile Riverview (littéralement « Vue-sur-le-fleuve ») sont terminés en 1893 et l'hôtel connait un succès immédiat[4].

L'aile Citadelle est ajoutée en 1899[4]. L'aile Mont-Carmel est construite de 1908 à 1909 selon les plans de W.S. Painter[4],[3]. L'hôtel est à nouveau agrandi en 1919[3]. L'aile Saint-Louis et la tour centrale sont ajoutées entre 1920 et 1924 selon les plans des frères Edward et William Sutherland Maxwell[4]. L'hôtel est endommagé dans un incendie en 1926 mais l'intérieur est reconstruit peu après[4].

Conférences de Québec[modifier | modifier le code]

Athlone, King, Roosevelt et Churchill à la conférence de Québec.

La conférence de Québec de 1943 à laquelle Winston Churchill et Franklin D. Roosevelt ont discuté de stratégie pour la Seconde Guerre mondiale a été tenue à la Citadelle tandis qu'une grande partie du personnel restait tout près, au Château Frontenac (William Lyon Mackenzie King a été invité à quelques réunions par courtoisie envers le Canada).

Maurice Duplessis y a vécu pendant qu'il était premier ministre du Québec.

Il est maintenant exploité et dirigé par la compagnie hôtelière Fairmont.

La dernière phase des travaux sur le château s'échelonne de 1992 à 1993, suivant les plans du Groupe Arcop[3].

Le Château Frontenac devient un lieu historique du Canada le ; la désignation se réfère uniquement au plan au sol en 1981[3]. L'aile Claude-Pratte est inaugurée en juin 1993[4].

Architecture[modifier | modifier le code]

Article connexe : Architecture québécoise.

Le château Frontenac compte cinq ailes et une tour centrale[3]. Son plan asymétrique comporte une cour intérieure et sa volumétrie est irrégulière[3]. L'architecte s'est en effet inspiré du relief et a conçu un édifice pouvant être agrandi[2]. L'hôtel est construit en pierres de taille grises et en briques de Glenboig oranges, cachant une ossature d'acier[3].

Plusieurs de ses éléments sont typiques du style Château, tels que la toiture à forte pente, les tours massives et les tourelles circulaires et polygonales, les pignons et lucarnes ornés, les hautes cheminées, la rangée de faux-mâchicoulis au-dessus des fenêtres du troisième étage, les matériaux de grande qualité et son cadre spectaculaire[3]. Les toits sont en cuivre[4].

Les armoiries que l'architecte Eugène-Étienne Taché avaient conçus pour Frontenac[2] ont été intégrées à plusieurs endroits de l'hôtel, notamment sur le mur extérieur de l'arche d'entrée. Une pierre datée de 1647, provenant du château Saint-Louis et gravée d'une croix de Malte, est incrustée dans l'arche menant vers la cour[4]. Les vitraux de type Rondel ont été conçus par Edward Maxwell[3].

L'architecture générale de la tour principale du Château Frontenac présente de grandes similitudes avec celle du Château de l'Isle Savary, situé sur la commune de Clion-sur-Indre (France), dont Louis de Buade a été l'un des propriétaires.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le Château Frontenac porte l'épithète d'« Hôtel le plus photographié dans le monde »[5]. Il est aussi un des monuments les plus associés avec la ville de Québec et le Québec dans son ensemble. Selon le Guide Michelin, les meilleurs points de vue pour observer le château sont la terrasse de Lévis, la citadelle de Québec ou de l'Observatoire de la Capitale situé au 31e étage de l'édifice Marie-Guyart[4].

L'hôtel compte 611 chambres[6].

Panorama de la ville de Québec depuis Lévis. Le Château Frontenac, avec le Complexe G, à gauche, est l'élément dominant du panorama urbain de la ville.

Hommages[modifier | modifier le code]

Le château Frontenac fut représenté sur une pièce d'un dollar, en 1981, des dollars du carnaval de Québec. Ces pièces de monnaies symboliques étaient vendues chez les commerçants du Vieux-Québec durant la tenue du carnaval et leur valeur se terminait à la fin de l'édition du carnaval de l'année de frappe de la pièce[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Historique De L'hôtel », sur Fairmont Le Château Frontenac (consulté le 27 mai 2012)
  2. a, b, c et d Luc Noppen et Lucie K. Morisset, Québec de roc et de pierres : La capitale en architecture, Éditions MultiMondes,‎ , 155 p. (lire en ligne), p. 76-77
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Lieu historique national du Canada du Château-Frontenac », sur Lieux patrimoniaux du Canada (consulté le 27 mai 2012)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Anne Teffo, Québec, Michelin,‎ , 420 p. (lire en ligne), p. 288
  5. Stéphanie, Martin, « Au cœur du Château Frontenac », Le Soleil, Québec,‎ (lire en ligne)
  6. « Hébergement », sur Fairmont Le Château Frontenac (consulté le 27 mai 2012)
  7. « Pièce d’un dollar de 1981 des Dollars du Carnaval de Québec », sur http://numicanada.com (consulté le 14 février 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]