Château Beychevelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château Beychevelle
Image illustrative de l'article Château Beychevelle
Le château Beychevelle.

Fondation 1565
Siège social Saint-Julien-Beychevelle
Pays France
Production
Appellations saint-julien
Cépages 62 % cabernet sauvignon
31 % merlot
5 % cabernet franc
2 % petit verdot
Société
Personnes clés François de Foix-Candale
Aymar Achille-Fould
Divers
Site web http://www.beychevelle.com

Le château Beychevelle, est un domaine viticole de 250 ha dont 90 ha de vignes, situé à Saint-Julien-Beychevelle en Gironde. Localisé dans l'AOC saint-julien, il est classé quatrième grand cru au classement de 1855.

Histoire du domaine[modifier | modifier le code]

Fondation et essor du domaine[modifier | modifier le code]

Illustration du Château Beychevelle en 1893.

Le premier château a été construit en 1565 par l'évêque François de Foix-Candale. Sa nièce en hérite et épouse Jean Louis de Nogaret de la Valette, premier duc d'Épernon, grand amiral de France et mignon du roi Henri III, et surtout gouverneur de Guyenne. Il devient alors propriétaire des lieux au début du XVIIe siècle. Son pouvoir dans la région est tel que les bateaux qui passaient devant le domaine devaient affaler les voiles en signe d'allégeance, donnant le nom au domaine de « Baisse voile », qui deviendra Beychevelle et donnera l'emblème du domaine[1].

Le château est réédifié en 1757 par le marquis de Brassier de Brudot, nouveau propriétaire de la propriété. La famille de Brassier, baron de Beychevelle, donne ses premières lettres de marque au vin de Beychevelle au cours du XVIIIe siècle. Cette famille ayant émigré lors de la Révolution de 1789, leurs biens, dont cette propriété furent confisqués, au profit de la Nation.

Ensuite Mme de Saint-Hérem, née Brassier, peut le racheter mais le vend en 1801 au riche armateur bordelais et « roi de la Course »[2], Jacques Conte, qui le vend en 1825 à un de ses petits-neveux[3], Pierre-François Guestier qui fait aménager des écuries.

En 1874, la propriété est acquise par le banquier Armand Heine (de), qui fait rajouter une aile au château et rénover les chais. Ces travaux sont confiés à l'architecte bordelais Henri Duphot[4],[5],[6].

Période Achille Fould[modifier | modifier le code]

Sa fille, Marie-Louise, épouse Charles Armand Achille Fould (1861-1926), petit-fils d'Achille Fould[7]. C'est alors que sur un siècle la famille Achille-Fould dès 1890, et sur trois générations avec notamment Aymar Achille-Fould, sera à l'origine du prestige de Beychevelle[8].

En 1977, la salle centrale de la demeure conserve une table en console de style de Louis XV offerte à Achille Marcus Fould par Napoléon III.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1986 à la mort d'Aymar Achille-Fould, la GMF et Suntory rachètent l'ensemble du domaine à la famille Achille-Fould[8].

Restauré dans les années 2000 dans son classicisme d'origine, Beychevelle est sans aucun doute d'un des plus beaux châteaux et parcs du bordelais.

L'actuel propriétaire du château est le Groupe Castel à 50 % en partenariat avec le groupe japonais Suntory[8].

Terroir et vigne[modifier | modifier le code]

Le domaine est sur des sols de graves garonnaises profondes. Les vignes d'une moyenne d'âge de 25 ans sont plantées à une très forte densité de 10 000 pieds/ha. L'encépagement est à 62 % cabernet-sauvignon, 31 % merlot, 5 % cabernet-franc, et 2 % petit verdot[8].

Vins[modifier | modifier le code]

Château Beychevelle est un saint-julien classique élevé 18 mois en barriques de chêne renouvelées par moitié chaque année[8] : la rondeur, la richesse d'arômes et la puissance. Le vin est produit à 40 000 à 50 000 caisses par année[8].

Beychevelle produit également un second vin appelé « Amiral de Beychevelle » et un haut-médoc « Brulières de Beychevelle »[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Vital, Les vieilles vignes de notre France, Société civile d'information et d'édition des services agricoles, , p. 100
  2. « C'était le temps où Jacques Conte, roi de la course, s'achetait le château Beychevelle », sur berthomeau.com, (consulté le )
  3. « Généalogie de Jacques Conte », sur gw.geneanet.org (consulté le )
  4. « Notice patrimoniale sur le château Beychevelle », sur dossiers-inventaire.aquitaine.fr, (consulté le )
  5. « Fiche de la ferme dépendant du château Beychevelle », sur dossiers-inventaire.aquitaine.fr, (consulté le )
  6. « Fiche des dépendances du château Beychevelle », sur dossiers-inventaire.aquitaine.fr, (consulté le )
  7. « Histoire du Château »,
  8. a b c d e f et g [PDF] Dossier de presse du domaine de Beychevelle.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Frégnac, L'Aquitaine des châteaux, Hachette Réalités, 1977, p. 100-103.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]