Château de Châlus Maulmont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Châlus-Maulmont)

Château de Châlus Maulmont
Image illustrative de l’article Château de Châlus Maulmont
Nom local Tour du Fort
Période ou style XIIIe siècle
Type forteresse
Début construction 1265
Fin construction 1270
Propriétaire initial Géraud de Maulmont
Propriétaire actuel Famille de Maulmont
Destination actuelle vestiges
Protection Logo monument historique Classé MH (1981)
Coordonnées 45° 39′ 20″ nord, 0° 58′ 42″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Limousin
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Commune Châlus
Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne
(Voir situation sur carte : Haute-Vienne)
Château de Châlus Maulmont

Le château de Châlus-Maulmont, dénommé encore tour du Fort, est situé sur la commune de Châlus, en France[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le château de la ville basse de Châlus a été construit de 1275 à 1280 par Géraud de Maulmont (ou Maumont), conseiller de la vicomtesse de Limoges Marguerite de Bourgogne, sur des terres relevant alors de la seigneurie de Chalusset.

Il est établi sur une butte faisant face au promontoire rocheux sur lequel siège le château de Châlus-Chabrol, de l'autre côté de la petite vallée de la Tardoire.

À l'origine (XIIIe siècle), il s'agissait d'une demeure de prestige et d'ostentation autant que de défense, entourée d'un mur d'enceinte, le tout dénommé « castrum »

La demeure est un quadrilatère de 36 mètres par 13,60 mètres, cantonné de deux tours à l'est, l'une de 8,30 mètres de diamètre et de 33 mètres de haut, l'autre de 7,10 de diamètre et de hauteur inconnue ; la demeure fut démembrée pendant les guerres de religion et les courtines et la tour nord-est servirent de carrière pendant la révolution.

Châlus Maulmont servit de prison jusqu'en 1850, date à laquelle, il fut restitué au comte de Bourbon Busset (dont la branche cadette est dite Bourbon-Châlus).

En 1888, sur commande du comte de Bourbon, l'architecte archéologue limousin Jules Tixier rédige un « bulletin de santé » très complet de la forteresse. Déjà, un « effondrement considérable » était craint.

La tour Maulmont. Carte postale ancienne, vers 1900.

La seconde et dernière tour (sud-est), s’est effectivement effondrée le . Deux maisons (habitées et occupées), une grange et quelques véhicules furent ensevelis mais, par miracle, personne ne fut tué ni blessé.

Châlus-Maulmont a fait l’objet d’une décision de classement au titre des monuments historiques en date du [2]. Revenu au sein de la famille de Maulmont en 1989, Châlus Maulmont, propriété de la SCI de Maulmont , figure désormais sur la route Richard Cœur de Lion.

Châlus Maulmont, présenté par erreur comme assiégé par Richard Cœur de Lion.

C'est par erreur[3] que, jusqu'au milieu du XXe siècle, les Châlusiens (voir, par exemple, la littérature de Georges-Emmanuel Clancier) et de multiples cartes postales signalaient la tour de Châlus Maulmont comme étant le château duquel partit le carreau d'arbalète qui tua Richard Cœur de Lion, alors que les faits ont eu lieu pendant l'attaque de Châlus Chabrol en 1199.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Rémy (préf. Jean Mesqui), seigneuries et chateaux forts en Limousin Xe-XIVe siècles, Culture et Patrimoine en Limousin, , 157 pages p. (ISBN 2-911167-48-1)
  • Patrice Conte et alli dir scientifique: Martine Fabioux, Chalucet castrum limousin, Culture et Patrimoine en limousin, , 105 p. (ISBN 978-2-911167-76-8)
  • rapport d'opération I.N.R.A.P. Grand Ouest A.Montigny (dir.) 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]