Ch'io mi scordi di te?

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ch'io mi scordi di te? ... Non temer, amato bene (Vais-je t’oublier ? ... ne crains rien, mon amour), K. 505, est une aria de concert par Wolfgang Amadeus Mozart pour soprano, piano obbligato et orchestre, composée en décembre 1786 à Vienne. Il s’agit d’un chef-d’œuvre du genre.

Au début de l’année 1786, Mozart avait composé une partition, inspirée du même texte, en tant qu'air d'insertion pour le personnage d'Idamante dans une version révisée de son opéra Idomeneo (1781), destinée à un spectacle privé au palais du prince Auersperg à Vienne[1]. Pour cette adaptation, Mozart retravailla le rôle d’Idamante (à l’origine un castrat) pour une voix de ténor.

L’opus K. 505 a été composé pour Nancy Storace[2], probablement pour son concert d'adieu, à Vienne, le 23 février 1787 au Theater am Kärntnertor. Mozart lui-même a très probablement joué la partie de piano. Le livret a longtemps été attribué à Lorenzo Da Ponte[3], mais, à l'exception du récitatif court, il correspond exactement au livret original de Varesco pour Idomeneo, daté de 1781.

Mozart intègre l'œuvre dans son catalogue le 27 décembre 1786 avec la remarque: « pour Mlle Storace et moi ». Il interprète à nouveau cette aria de concert, avec Josepha Duschek, le 12 mai 1789 au Gewandhaus de Leipzig durant son voyage à Berlin.

Instrumentation[modifier | modifier le code]

L’œuvre est composée pour deux clarinettes, deux bassons, deux cors, cordes, mezzo-soprano et piano.

Livret[4][modifier | modifier le code]

Ch'io mi scordi di te?
Che a lui mi doni puoi consigliarmi?
E puoi voler che in vita…
Ah no! Sarebbe il viver mio di morte assai peggior.
Venga la morte, intrepida l'attendo.
Ma, ch'io possa struggermi ad altra face,
ad altr'oggetto donar gl'affetti miei, come tentarlo?
Ah, di dolor morrei!

Non temer, amato bene,
per te sempre il cor sarà.
Più non reggo a tante pene,
l'alma mia mancando va.
Tu sospiri? O duol funesto!
Pensa almen, che istante è questo!
Non mi posso, oh Dio! spiegar.
Stelle barbare, stelle spietate,
perchè mai tanto rigor?
Alme belle, che vedete
le mie pene in tal momento,
dite voi, s'egual tormento
può soffrir un fido cor?



Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]