Travailleur de la connaissance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cerveau d’œuvre)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le management image illustrant un métier
Cet article est une ébauche concernant le management et un métier.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Un travailleur de la connaissance (en anglais « Knowledge worker ») est un employé dont le travail consiste à développer et utiliser du savoir en back office plutôt que de produire des marchandises ou des services.

Définition[modifier | modifier le code]

Notion du métier[modifier | modifier le code]

Le travailleur de la connaissance peut être différentié par son caractère créatif et non-routinier dans la façon de résoudre des problèmes. La majorité de son temps de travail est consacré au support back office d'une organisation.

Notion de cerveau-d’œuvre[modifier | modifier le code]

Le cerveau-d’œuvre (ou Knowledge worker) est une unité de connaissance utilisée pour la fabrication d’une œuvre. Il désigne la part de la connaissance dans le prix de revient d’un objet fabriqué. Par exemple dans une facture de consultation médicale, on a l’habitude de distinguer le coût de la prescription médicale de celui des médicaments.

D'après Michel Volle, nous vivons la troisième révolution industrielle, basée sur une économie dite de la connaissance. L'emploi est consacré aux tâches qui demandent discernement et initiative : « l'emploi passe de la main-d'oeuvre au cerveau-d'oeuvre »[1].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1957, Peter Drucker a affirmé que « l'actif le plus valorisable d'une organisation sera ses travailleurs intellectuels et leurs productivités »[2].

Avec l'émergence de l'internet, la nullité du coût marginal de reproduction des informations remet actuellement en cause de nombreux métiers liés au savoir XXIe siècle.

Rôles[modifier | modifier le code]

Le travailleur du savoir regroupe notamment les professions d'écrivains, d'ingénieurs, d'informaticiens, de physiciens, d'architectes, de scientifiques, de médecins, de comptables, d'avocats, de publicitaires, de journalistes, d'éditeurs, de bibliothécaires, d'hommes politiques, de managers, d'enseignants, de formateurs, de chercheurs, ou d'académiciens.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Michel Volle: "Nous vivons la troisième révolution industrielle" », sur LExpansion.com (consulté le 18 avril 2016)
  2. Drucker. P.F. (1999). Management Challenges for the 21st Century. Harper Collins