Certification MASE

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Manuel d’Amélioration Sécurité des Entreprises est un référentiel commun Mase (tous secteurs d'activités) et UIC (secteur de la chimie). Il est né en France au début des années 1990. C’est un système de management inscrit dans une démarche d’amélioration continue des performances Sécurité Santé et Environnement (SSE ou HSE en anglais) des entreprises. Il repose sur cinq grands axes : l’engagement de la direction, la compétence et la qualification professionnelle du personnel, l’organisation du travail, l'efficacité du système de management et l’amélioration continue. MASE est un réseau d'associations locales (sans but lucratif). Son objectif est de promouvoir la mise en place dans les entreprises d'un système de management SSE adapté et efficace et de favoriser un langage commun entre les entreprises utilisatrices et les entreprises intervenantes.

MASE est le seul système qui mesure son efficacité. Tous les 6 mois, les entreprises certifiées MASE reportent une série d'indicateurs (dont l'accidentologie). Les chiffres déclarés sont ensuite vérifiés lors des audits de certification et comparés au compte employeur garantissant ainsi la justesse des indicateurs présentés.

Avec plus de 5 000 entreprises adhérentes, MASE est la première certification SSE en France. Elle est la seule à revêtir un caractère réglementaire concernant les interventions sur les sites SEVESO Seuil Haut de France Chimie[1] (ex Union des Industries Chimiques - UIC) suite à l'accident de l'usine AZF en 2001.

Le , le référentiel GEHSE et MASE ont signé un accord pour une convergence des certifications donnant ainsi naissance à une certification unique dans l'industrie et les services.

Le , MASE (pour la France) et le système VCA (pour les Pays-Bas et la Belgique) ont signé un accord européen de reconnaissance de leur certification. Les certifications MASE (V2014) et VCA-Petrochemical (V2017/6.0) sont reconnues avoir un niveau d'exigence similaire.

En France, MASE bénéficie également du soutien de l'UFIP (Union Française des Industries Pétrolières), l'UIMM (Union des Industrie Métallurgiques et Minières), de l'OPPBTP (Organisme Professionnel de prévention du Bâtiment et des Travaux Publics), du SNCT (Syndicat National de la Chaudronnerie, Tuyauterie et la maintenance industrielle) et de l'AEA (Association Exigence Ascenseurs), de la FEDOM (Fédération des entreprises d'outre-mer) et de l'ICSI (Institut pour un Culture de sécurité Industrielle).

Au Sénégal, la Sécurité Sociale est membre de MASE.

L'ICSI (institut pour une culture de sécurité industriel) cite à plusieurs reprises le MASE dans sa littérature dans le cadre des actions pour développer la culture de sécurité commune entre les donneurs d'ordre et les sous-traitants (notamment dans son cahier "Partage des modèles de sécurité entre donneurs d’ordres et entreprises intervenantes" [2]).

La certification MASE[modifier | modifier le code]

Cette certification est délivrée par des comités MASE locaux (7 en France continentale, 3 en outre-mer et 2 en Afrique) après un audit réalisé par un organisme extérieur. Le système de management mis en place est pérenne dans le temps. Le système veut favoriser le partage des efforts entre les partenaires (les entreprises utilisatrices et intervenantes) et la relation de confiance qu’elle instaure. Les échanges entre les CSE (comités sociaux et économiques) et les entreprises sont aussi favorisés. Les résultats des entreprises certifiées sont mesurés et mettent en évidence que les systèmes pérennes permettent d'améliorer les résultats sur le terrain.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Entreprises extérieures », sur France Chimie (consulté le 24 janvier 2019)
  2. « Les cahiers de la sécurité industrielle : des publications Icsi », sur www.icsi-eu.org (consulté le 24 janvier 2019)