Cercle des poètes zutiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cercle des poètes Zutiques)
Aller à : navigation, rechercher
Vignette publicitaire d'époque collée dans l'Album zutique au verso de la page de titre (cf. ci-dessous) et sur laquelle est inscrit à l'encre le mot « zutisme ».
L'immeuble ou se trouvait autrefois l'« Hôtel des Étrangers » en 2010, qui portait encore cette enseigne en 1990.

Le Cercle des poètes zutiques (dit aussi Les Zutistes) était un groupe informel de poètes, peintres et musiciens français qui se réunissait à l'Hôtel des Étrangers, à l'angle de la rue Racine et de la rue de l'École-de-Médecine, à Paris à partir de septembre-octobre 1871.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sans programme ni manifeste, ce rassemblement d'artistes doit être vu comme une dissidence des « dîners des Vilains Bonshommes »[1], organisés à Paris, parfois en un hôtel rue Cassette, depuis la fin 1869, interrompus par la guerre franco-prussienne, la chute du Second Empire, la Commune, et l'avènement de la République[2]. Alors que ces dîners reprirent au cours de l'été 1871, une partie des poètes décida de se retrouver dans une pièce située peut-être à l'entresol[3] de l'Hôtel des Étrangers, laquelle était louée par Ernest Cabaner, qui était employé dans cet hôtel comme barman et y jouait du piano.

La trace la plus expressive et significative de l'existence de ces réunions se trouve dans la découverte tardive de l'Album zutique (cf. plus loin) qui témoigne sur une trentaine de feuillets du passage d'une vingtaine de poètes et artistes dans ces lieux, sous la forme de vers et de dessins, parfois datés et souvent autographes. Selon Bernard Teyssèdre, l'animateur du cercle est Charles Cros.

Le sonnet initial, intitulé Propos du Cercle, comporte les signatures de quatorze amis : Cabaner, le docteur Antoine Cros, ses deux frères Charles Cros et Henri Cros, André Gill, Jacquet, le sculpteur Jean Keck, Albert Mérat, Henri Mercier, Miret [?], le peintre Pernoutet, Arthur Rimbaud, Léon Valade, Paul Verlaine.

Albert Mérat fréquenta peu la bande, et ne produisit aucun texte : ami de Valade, il ne pouvait souffrir Rimbaud. Ce dernier, sans le sou et pour lequel tout le groupe se cotise, dormit quelquefois dans la chambre : c'est là que le retrouve Ernest Delahaye, assoupi sur une banquette en novembre 1871.

Selon toute vraisemblance, les Zutistes commencèrent à se réunir au cours des tous derniers jours de septembre 1871 : en effet, avant cette date, Rimbaud n'est pas à Paris (il en repartira en mars 1872). Après juillet 1872, lui et Verlaine ne participent plus aux réunions.

D'autres signatures apparaissent au fil des pages où l'on reconnaît Germain Nouveau, Raoul Ponchon, Camille Pelletan, Gustave Pradelle, Charles de Sivry, Paul Bourget, Jean Richepin et un certain J.M.

La durée de vie du cercle est courte puisque ses membres entreprirent de le saborder au plus tard en , sans doute du fait de défections successives.

L'Album zutique[modifier | modifier le code]

Page de titre de l’Album zutique, dessinée par Antoine Cros.

Des réunions du groupe, on a donc conservé l'Album zutique, sorte de livre de bord, fonctionnant à la fois comme un laboratoire ouvert aux expérimentations poétiques et un défouloir, dans lequel les amis caricaturaient férocement les poètes parnassiens, par des poèmes parodiques et des dessins parfois très lestes, avec une attention toute particulière accordée à François Coppée, véritable tête de turc du groupe. D'autres poètes « officiels » en prennent aussi pour leur grade comme Armand Silvestre, Léon Dierx, Alphonse Daudetetc.

Cet album se présente sous la forme d'un in-quarto à l'italienne, couverture cartonnée noir, d'environ trente feuillets manuscrits, les autres pages étant restées vierges.

Après avoir transmis l'Album en 1872 au groupe des « Vivants » composé de Germain Nouveau, Jean Richepin, Raoul Ponchon et Paul Bourget — auxquels il faut ajouter le nom de Maurice Bouchor (qui ne signe aucun poème de l'Album), Charles Cros, nostalgique, réutilisera l'appellation « zutique » à l'occasion de la création d'un nouveau cercle, en 1883.

L'Album échoua à Coquelin Cadet, qui dut donc fréquenter cette bande d'amis, et qui le transmit à sa filleule, laquelle le revendit au libraire Eulart. L'éditeur René Bonnel s'en porta acquéreur au printemps 1932. Désireux de le rééditer, il se heurta à Paul Claudel qui possédait à l'époque le droit moral sur l'œuvre de Rimbaud. Dépité, Bonnel le revendit au fameux libraires d'anciens Auguste et Georges Blaizot qui le firent passer en salle des ventes en mai 1938 et qui trouva preneur pour 25 000 francs auprès de Pierre-Georges Latécoère[4] : à ce moment-là, de nombreux visiteurs purent admirer l'Album et prendre des notes, dont Pascal Pia. Celui-ci tenta de produire un premier état de l'ouvrage pour Marc Barbezat à Lyon en 1943. Au cours des années 1950, le propriétaire de l'objet en fit des photographies qu'il communiqua à quelques spécialistes dont Henri Matarasso (Mercure de France, ) et de nouveau Pia (fac-similé annoté et transcrit en 1962).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Pascal Pia, l'« album des Vilains Bonshommes » disparut durant le siège de Paris.
  2. Edmond Lepelletier, Paul Verlaine : sa vie, son œuvre, Paris, Mercure de France, 1907.
  3. Cette localisation repose sur les souvenirs d'Ernest Delahaye, qui souligne toutefois qu'il n'en est pas certain — cf. Préface de Jean-Jacques Lefrère, à B. Teyssedre, Arthur Rimbaud et le foutoir zutique.
  4. Bernard Teyssèdre, Rimbaud et le foutoir zutique, Paris, Léo Scheer, 2012, chapitre 3.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Album zutique : présentation, transcription typographique et commentaires, par Pascal Pia, Paris, Cercle du livre précieux / Jean-Jacques Pauvert, 1962 — reprint à Genève, Éditions Slatkine, 1981, (ISBN 2051003564).
  • Denis Saint-Amand, La Littérature à l'ombre. Sociologie du Zutisme, Paris, Éditions Classiques Garnier, 2012.
  • Bernard Teyssèdre, Rimbaud et le foutoir zutique, Paris, Léo Scheer, 2012.
  • Seth Whidden (dir), La Poésie jubilatoire. Rimbaud, Verlaine et l'Album zutique, Paris, Éditions Classiques Garnier, 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]