Centre pénitentiaire pour femmes de Rennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centre pénitentiaire de Rennes
Image illustrative de l'article Centre pénitentiaire pour femmes de Rennes
Entrée de la prison.
Localisation
Situation Rennes, Bretagne
Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 06′ 03″ N 1° 40′ 27″ O / 48.100865, -1.674348° 06′ 03″ Nord 1° 40′ 27″ Ouest / 48.100865, -1.6743  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Centre pénitentiaire de Rennes

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Centre pénitentiaire de Rennes

Géolocalisation sur la carte : Rennes

(Voir situation sur carte : Rennes)
Centre pénitentiaire de Rennes
Installations
Type Prison pour femmes
Superficie 46 000 m²
Capacité 298
Fonctionnement
Opérateur Ministère français de la Justice
Date d'ouverture 1878

La prison des femmes de Rennes est le seul établissement pénitentiaire réservé exclusivement aux femmes en France après la fermeture de la maison d'arrêt Lyon-Montluc en 2008. Elle est la plus grande prison pour femmes d'Europe. Jusqu'en 1992, le centre pénitentiaire pour femmes de Rennes était la seule prison conçue pour accueillir les femmes définitivement condamnées, en particulier celles condamnées à de longues peines. Aujourd'hui, d'autres centres de détention disposent à côté de leur quartier pour hommes, d'une section pour femmes comme à Bapaume, Joux-la-Ville ou Marseille.

Situation[modifier | modifier le code]

Le Centre pénitentiaire de Rennes est situé au no 18 bis rue de Châtillon et les bâtiments de la prison se trouvent près de la gare ce qui est un avantage pour le maintien des relations familiales. La prison de Rennes ayant été pendant longtemps le seul établissement pour peine réservé aux femmes, les détenues qui y sont transférées viennent de toute la France et leurs familles n’habitent généralement pas la région.

Histoire[modifier | modifier le code]

Napoléon III (1808-1873) prend la décision d’établir une prison pour les femmes en France. L’architecte parisien Alfred-Nicolas Normand (1822-1909)[1] et son homologue rennais Charles, Louis Langlois (1811-1896)[2], dressent les plans de cette nouvelle maison centrale en 1860. La construction de l’édifice s’effectue en plusieurs étapes et débute en 1863 par l’enceinte, suivie en 1867 par le bâtiment de détention et en 1872 pour celui de la chapelle. Enfin de 1873 à 1876, s’élèvent les bâtiments de l’administration, perpendiculaires à l’entrée. La mise en service de la prison a lieu en 1878 sous la dénomination de « Maison Centrale de Force et de Correction ». C’est le premier établissement pénitentiaire destiné à accueillir uniquement des femmes, ce qui marque un grand progrès. Elles étaient auparavant envoyées dans des quartiers d’établissement d’hommes où elles vivaient dans des conditions effroyables et sans la moindre hygiène. Le centre pénitentiaire de Rennes accueillent les femmes condamnées de la centrale de Montpellier à sa fermeture en 1933, puis celles d'Haguenau et de Doullens au début de la guerre en 1940. Pendant la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses résistantes sont incarcérées à la prison des femmes de Rennes. Cent-trois femmes politiques arrivées par convoi au début de l'année 1944, se révoltent. Le 6 mars 1944, le directeur de la prison fait appel aux gardes mobiles de réserve (GMR) qui sont reçus à coup de projectiles. Menacées d'être fusillées, les résistantes se rendent et subissent la mise aux cachots avec privation de colis, parloirs et courriers[3]. Jusqu'en 1943, vingt-six détenues politiques sont remises aux allemands pour des attentats contre l'occupant. Mais les 5 avril, 2 mai et 16 mai 1944, les deux cent quarante-cinq résistantes condamnées par les tribunaux d'exception français et emprisonnées à la maison Centrale de Rennes, sont livrées par le régime de Vichy aux nazis. Elles sont toutes déportées vers le camp de concentration de Ravensbrück[4]. À la Libération, sont regroupées les condamnées politiques aux travaux forcés. Un nouvel aménagement de la prison a lieu de 1953 à 1959 avec principalement l'ajout d'un étage supplémentaire intégré dans les niveaux existants et un dernier bâtiment est érigé en 1960 à destination du personnel. Les travaux réalisés dans l'ancienne infirmerie, permettent de recevoir en 1962, des détenues du FLN.

La mémoire du Centre pénitentiaire de Rennes retient les noms de Thérèse Humbert, les sœurs Papin, Violette Nozière qui épouse le fils du greffier-comptable de la prison, Valérie Subra et Florence Rey. Ces femmes ont acquis une notoriété bien malgré elles, conséquence de la médiatisation de leurs affaires et de leurs procès.

Architecture[modifier | modifier le code]

Les bâtiments de la prison se trouvent dans un domaine de 9 hectares. La prison occupe une surface bâtie de 46 000 m2 et se présente sous la forme d’un vaste bâtiment hexagonal bordé d’arcades, au centre duquel se trouve un jardin et une fontaine. Les différentes divisions comprennent les cellules individuelles des détenues, une pièce de vie commune, une cabine téléphonique ainsi que des douches. Les bâtiments comprennent également une chapelle, des cuisines, une boulangerie, une infirmerie, une blanchisserie, des ateliers de travail, des locaux réservés à l’enseignement, des appartements pour les visites dans l’intimité, une salle pour les spectacles organisés par ou pour les détenues, une médiathèque aménagée par les détenues[5], un vaste gymnase également construit par les détenues[6] et les locaux de l’administration pénitentiaire.

Ces infrastructures font que l’on évoque régulièrement le déménagement de la prison et sa transformation en centre de congrès.

Organisation de la prison[modifier | modifier le code]

Le Centre pénitentiaire pour femmes de Rennes[7] a une capacité d’accueil de 298 places et ne connait pas la surpopulation carcérale. Il comprend :

  • Un quartier maison d’arrêt, où sont enfermées les femmes en détention préventive qui attendent leur procès. La maison d'arrêt comprend 28 cellules à deux lits, soit une capacité d’accueil de cinquante-six places.
  • Un centre de détention, où sont incarcérées les femmes condamnées de 5 ans à la perpétuité, d’une capacité d'accueil de deux cent trente-trois places, est réparti en douze divisions. Chaque division est doté de 16 à 19 cellules, d’un espace commun, d’une cuisine et d’un espace buanderie-séchoir. Les cellules sont individuelles et occupent une surface de 7,60 m2.

Le Centre comporte un quartier d’accueil de quinze places, réservé comme son nom l’indique, à la période d’accueil des détenues transférées.

  • Un quartier nurserie qui peut accueillir cinq mères et leurs bébés (moins de 2 ans), occupé indifféremment par les femmes provenant de la maison d’arrêt ou du centre de détention.
  • Un quartier de semi-liberté pour les détenues bénéficiant d’un aménagement de peine de quatre places.

Les détenues du centre de détention sont seules dans leurs cellules. Elles sont relativement libres de se déplacer au sein de la prison. Les portes des cellules sont ouvertes pendant la journée ce qui leur permet de circuler au sein de leurs divisions et de participer à des activités socio-culturelles, d’étudier ou de travailler.

Vie quotidienne, études et travail en prison[modifier | modifier le code]

La prison des femmes de Rennes est spécialisée dans l’exécution des longues peines. La plupart des détenues sont condamnées à des peines allant de 15 ans à la perpétuité. Ces détenues sont transférées vers le centre pénitentiaire de Rennes après leur condamnation, depuis les maisons d’arrêt où elles étaient incarcérées jusqu’à leurs procès. Elles ne peuvent donc espérer de libération avant plusieurs années. Cela pose des contraintes en matière de maintien des relations familiales (en particulier pour les mères qui doivent pouvoir continuer à jouer leur rôle vis-à-vis de leurs enfants), mais également de formation et de réadaptation sociale pour des détenues souvent fragilisées socialement et issues de milieux défavorisés et enfin, de soins de santé pour une population carcérale âgée.

Dans un établissement pour longues peines comme la prison des femmes de Rennes, la priorité est mise sur la réinsertion via les études et le travail. Signalons à ce propos, le rôle important des conseillères d’insertion et de probation. La majorité des détenues sont occupées durant la journée. Elles peuvent suivre des cours (notamment de français), poursuivre un parcours scolaire et recevoir diverses formations professionnelles. Elles peuvent obtenir un emploi rémunéré en travaillant à l’entretien de la prison (nettoyage, cuisine …) ou dans les ateliers de travail. Les détenues réalisent par exemple les uniformes des surveillants, mais des entreprises extérieures leur font également confiance. À côté des ateliers de couture et de confection qui fournissent des emplois peu qualifiés, l’Ina a ainsi ouvert un atelier où des détenues restaurent des archives télévisées[8]. De même une société d’assistance téléphonique a ouvert un centre d’appel téléphonique dans la prison, projet qui a suscité de vives polémiques. Les syndicats ont exprimé leur désaccord face à la concurrence de cette main-d'œuvre aux faibles coûts salariaux[9].

Depuis le mois de juin 2012, les détenues ont accès à Internet, dans le cadre des formations scolaires ou professionnelles. L'approche du Web est restrictive et ne concerne que 450 sites Internet consultables, autorisés par l'administration pénitentiaire. Les communications avec l'extérieur sont interdites. Pour accéder à la salle informatique, les détenues doivent s'inscrire et ne peuvent venir qu'une à deux fois par semaine[10].

La première revue féminine faite par les détenues du Centre pénitentiaire de Rennes voit le jour le 18 janvier 2013, sous le titre de « Citad'elles »[11]. Ce magazine trimestriel gratuit de trente-six pages, est destiné aux prisonnières et surveillantes, avec un tirage de cinq-cents exemplaires. Ce projet s'est réalisé grâce au partenariat de plusieurs associations et institutions, de la Ligue de l'enseignement d'Ille-et-Vilaine et la Direction pénitentiaire[12].

La prison des femmes de Rennes est régulièrement présentée comme un établissement carcéral modèle[13]. Elle se distingue en particulier par son faible taux de récidive par rapport à d’autres établissements pénitentiaires.

Unités de vie familiale[modifier | modifier le code]

Le centre pénitentiaire pour femmes de Rennes a été pionnier dans l’établissement d’Unités de vie familiale (UVF) qui permettent aux femmes incarcérées de rencontrer leurs proches et de partager des moments d’intimité, sans surveillance[14]. Les unités de vie familiale sont constituées d’appartements d’environ 55 m2 comportant deux chambres, un séjour, une cuisine et une salle de bains, ainsi qu’une portion de cour extérieure, entourée de hauts grillages. Les détenues qui remplissent certains critères peuvent y recevoir les membres de leur famille, et notamment leurs enfants, à condition toutefois, si ceux-ci sont mineurs, qu’ils soient accompagnés d’un adulte. Ces visites de durée variable, comprise entre 6 et 72 heures, peuvent être interrompues à tout moment par la détenue. Les unités de vie familiale ont totalisé en 2008, 171 visites, au bénéfice de 51 détenues, et leur durée s’est ainsi répartie[15] :

  • 45 visites de 6 heures
  • 38 visites de 24 heures
  • 74 visites de 48 heures
  • 14 visites de 72 heures

Population pénale[modifier | modifier le code]

La population pénale féminine du Centre pénitentiaire de Rennes[16], se répartissait ainsi au 1er janvier 2009, sur un total de 298 places :

  • 19 prévenues
  • 98 condamnées à une peine criminelle
  • 138 condamnées à la réclusion criminelle

Parmi les condamnées à la réclusion criminelle :

  • 38 l’étaient à une peine comprise entre 10 et 15 ans
  • 48 à une peine comprise entre 15 et 20 ans
  • 44 à une peine comprise entre 20 et 30 ans
  • 8 à la réclusion criminelle à perpétuité

Le taux d’occupation au 1er mars 2009, pour le quartier de la maison d’arrêt est de 68 %, et celui pour le centre de détention est de 94 % [17].

Comme le montrent ces chiffres, les femmes détenues au Centre de Rennes sont dans l’ensemble, condamnées à de lourdes peines. D’une façon générale, les détenues proviennent de milieux défavorisés et sont très désocialisées lors de leur incarcération. Elles ont souvent dû faire face, davantage que les hommes, à des situations de violences familiales ou conjugales. La gravité de l’acte commis s’inscrirait en outre fréquemment, sur le fond d’une histoire familiale qui se répète d’une génération à l’autre et qui s’accompagne d’une perte de repères.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Historique de la Centrale de Rennes, consulter :
    Notice no IA35024681, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
    Laure V. et Charlène B., travaux des TPE en classe de Première ES2 au lycée Ile-de-France de Rennes (2000 - 2001) : « La Prison des femmes dans la ville de Rennes »
    Informations du ministère de la Justice : Centre pénitentiaire pour femmes
    Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, Site officiel
  2. Charles, Louis Langlois (1811-1896) : inspecteur de la Société Française d'Archéologie des édifices diocésains - Architecte des Bâtiments de l'État.
  3. Jaladieu 2002, p. 81 à 97
  4. Boivin 2004
  5. Michel Tanneau, « La ministre rencontre les détenues au travail », Ouest-France,‎ 11 septembre 2009 (lire en ligne)
  6. Document de l'Institut national de l'audiovisuel  : Jacques Deveaux, « La prison des femmes de Rennes permet aux détenues de construire un gymnase à l'intérieur de l'enceinte », France 2,‎ 11 avril 1995 (lire en ligne)
  7. Informations du ministère de la Justice : Centre pénitentiaire pour femmes
  8. Document de l'Institut national de l'audiovisuel  : Jeanne Roth et Serge Lenauld, « Restauration des films de l'Ina par des prisonnières », France 3 Rennes,‎ 31 janvier 2004 (lire en ligne)
  9. Nouvel Obs.com, « Call center en prison : les syndicats s'alarment », Le Nouvel Observateur,‎ 21 novembre 2008 (lire en ligne)
    Le Parisien.fr, « Opérateurs téléphoniques : et maintenant, des centres d'appels en prison », Le Parisien,‎ 19 novembre 2008 (lire en ligne)
  10. Ouest-France.fr, « Prison des femmes de Rennes : les détenues ont accès à Internet », Ouest-France,‎ 20 juin 2012 (lire en ligne).
  11. Ouest-France.fr, « Rennes. Les détenues lancent leur magazine », Ouest-France,‎ 21 janvier 2013 (lire en ligne)
  12. Huffington Post.fr, « Le magazine des femmes en prison, Citad'elles : une initiative que l'on doit à la prison de Rennes », Le Huffington Post,‎ 17 janvier 2013 (lire en ligne)
  13. Alain Le Bloas, « Prisons : Alliot-Marie veut s'inspirer du modèle rennais », Le Télégramme,‎ 11 septembre 2009 (lire en ligne)
  14. Nathalie Bougeard, « L'expérience des unités de vie familiale à la prison des femmes de Rennes », Lien Social, no 826,‎ 1er février 2007 (lire en ligne)
  15. Rapport d’activité no 156 déposé au Sénat le 11 décembre 2009, sur le thème « Les femmes dans les lieux de privation de liberté ». Mission de délégation aux droits des femmes, conduite par Madame Michèle André, présidente. Voir le compte-rendu du déplacement au centre pénitentiaire de Rennes, le jeudi 12 mars 2009.
  16. Consulter le rapport d’activité no 156 déposé au Sénat le 11 décembre 2009, de Madame Michèle André, sénatrice du Puy-de-Dôme (Auvergne), au nom de la délégation aux droits des femmes, sur le thème : « Les femmes dans les lieux de privation de liberté ».
  17. Rapport d’information no 1900 de Monsieur Guénhaël Huet, député de la Manche (2e circonscription), sur le projet de loi pénitentiaire, enregistré à la Présidence de l’Assemblée Nationale le 8 septembre 2009.