Centre international de plongée des Glénan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Centre International de Plongée des Glénan

Cadre
Forme juridique Loi 1901
But école de plongée
Zone d’influence monde entier
Fondation
Fondation à Île Saint-Nicolas (Glénan)
Fondateur Roger Weigèle
Identité
Président Frank SAMSON
Directeur général Laetitia DUGRAIS
Slogan CIP Glénan - Plonger en Bretagne
Site web cip-glenan.fr

Le Centre International de Plongée des Glénan (ou CIP Glénan) a été créé en 1960 sur l'île Saint-Nicolas selon l'idée de Roger Weigèle[1], plongeur au "Groupe Atlantique de Plongée de Quimper" (GAP). Cette base, tenue par des moniteurs bénévoles et à sa création sous la direction de Roger Weigèle, instructeur national, accueillit d'abord des plongeurs locaux. Roger Weigèle, avec d'autres, plongeait dès 1953 dans l'archipel, les statuts de l'association ont été déposés en Préfecture de Quimper le 30 avril 1957. En 1968, le GAP devint le CIP Glénan. En étant parmi les premiers clubs de plongée au monde, le CIP Glénan joua un rôle majeur durant ces premières décennies et eut des liens notamment avec la Cousteau Society et le Club Méditerranée. Plusieurs moniteurs du CIP ont été permanents sur la Calypso. Roger Weigèle et d'autres moniteurs de plongée ont participé à la création de clubs de plongée à travers le monde au sein du Club Méditerranée. Plusieurs moniteurs et plongeurs se sont formés également au CIP Glénan et ont oeuvrés dans plusieurs organisations telle que Under the Pôle liée à l'étude et à l'exploration sous marine des Océans. De plus certains Moniteurs ont participé aux expéditions de Jean Louis Etienne à travers le monde.

Le club de voile Les Glénans et le CIP Glénan contribuent à l'essor de l'archipel[2].

Développement[modifier | modifier le code]

Locaux et matériel[modifier | modifier le code]

Le club est d'abord installé dans une ferme avant d'acheter un hangar en 1964, nommé "Les quatre vents". Ancien poste de sauvetage en mer de saint Nicolas. Il a progressivement été équipé d'une cheminée, d'un plancher à l'étage, d'un réfectoire, d'une cuisine puis d'un bar : le "Sac de nœuds". En 1978-1979, de nouveaux locaux sont construits par le conseil général du Finistère pour accueillir les plongeurs ; depuis, ceux-ci profitent notamment d'une salle de cours, d'un réfectoire, d'une cuisine et de sanitaires.

Le premier compresseur utilisé à Saint-Nicolas, en 1961, était un "Alysé", remplacé l'année suivante par un modèle plus performant "H10 Luchard". Deux compresseurs, partiellement subventionnés par la municipalité de Fouesnant et par le conseil Départemental du Finistère, sont maintenant utilisés.

Bateaux[modifier | modifier le code]

Le premier bateau du club fut le « Goyen »[1], acquis en 1960 : une vedette à deux moteurs de 13,50 mètres. « Le Point d'Interrogation », un ancien sardinier breton, est le deuxième bateau du club. Plus long (17 mètres) et plus large, il remplaça le « Goyen » et fut en service jusqu'en 1972. En 1973, un autre ancien sardinier de 16,50 mètres arrive au club : le « Pierre-Marie. Le « Lifloric »[3], yole américain à deux mâts, d'abord propriété de Humphrey Bogart, fut acquis en 1974. Le Lifloric disparut accidentellement en 1977 au Bahamas. Le CIP Glénan acheta en 1995 un ancien coquillier l'Excalibur, conservé jusqu'en 2001. Actuellement, le club dispose principalement de deux bateaux : le « Men Du » long de 13,70 mètres est un ancien bateau de pêche ; le « Bakounine », 12 mètres de long, a quant à lui été conçu pour la plongée.

Formations proposées[modifier | modifier le code]

Le CIP Glénan dispense des formations reconnues par la FFESSM[4] :

  • Baptême de plongée
  • Niveau I
  • Niveau II
  • Niveau III
  • Niveau IV
  • Préparation au MF1 (FFESSM)
  • Réactions et Interventions Face à un Accident de Plongée (RIFAP)
  • Secourisme sécurité civile, formation professionnelle
  • A partir de 2019, le centre s'ouvrira aux formations internationales PADI

À ces formations s'ajoutent des stages d'explorations des fonds sous-marins de l'archipel, ainsi que des stages aux sujets plus spécifiques comme la biologie marine[5], les épaves, la plongée en circuit fermé et l'utilisation du nitrox.

Depuis 2016, le CIP Glénan dispose d'instructeurs qui forment les élèves plongeurs aux différents niveaux internationaux PADI (Open Water, Advanced Open Water, Rescue) ainsi qu'à la plongée technique (PADI TEC REC & recycleur).

Le centre a formé des plongeurs pour différentes expéditions, dont :

De 1966 à 1991, le centre forme les membres du club de la communauté européenne de Bruxelles et de la fédération d'Allemagne aux brevets d'encadrant et de moniteurs nationaux.[9]

Handisport[modifier | modifier le code]

Sites de plongées[modifier | modifier le code]

L'île Saint-Nicolas, où est le CIP Glénan, fait partie de la zone Natura 2000 des Glénan qui totalise à elle seule 59 sites de plongée dont 15 avec des épaves. Au nord de Penfret, la pointe de Pen Men est le site le plus fréquenté. Cette pointe rocheuse abritée accueille une faune et une flore diversifiées.[10]

Parmi les épaves, il y a celle de l' Orseolo Pietro : un cargo italien long de 142 mètres pour 18 mètres de large. Il fut utilisé durant la Seconde Guerre mondiale par l'Allemagne.[11]

Le War Captain, le Galaxie, L'agnus Deï,L'Arab, l'Alja etc...

Programmes scientifiques[modifier | modifier le code]

Biologie sous-marine[modifier | modifier le code]

Trois ans après sa création, en 1963, un premier programme scientifique est mené sous la tutelle du CNRS. Des stages d'initiation à la biologie marine sont réalisés et une thèse est également préparée sur l'île[12]. Le professeur Claude Chassé[13], Annie Castric, Jean-Paul Guiguer et professeur Drach[14] font partie de ces chercheurs.

Physiologie[modifier | modifier le code]

Gestion[modifier | modifier le code]

Chefs de centre[modifier | modifier le code]

  • Roger Weigèle (1960-1977)[15]
  • Jean-Claude Brive (1977-1980)
  • Jean-François Trehiou (1980-1989)
  • Laurent Cayatte (1989-2018)
  • Laëtitia Dugrais (2018-)[16]

Présidents[modifier | modifier le code]

Parmi les présidents de l'association CIP Glénan, on peut notamment citer

  • Jean-Claude Guerrier (1980 à 1985)
  • Roger Weigèle (1985 à 1999)
  • Frank Samson (1999)[17]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roger Weigèle, L'homme qui soulevait des voitures avec ses dents, copy-media, , 283 p. (ISBN 978-2-9539894-0-3), p. 45, 47
  2. « Aux Glénan, plaisance, varech et crustacés », sur Le Monde.fr (consulté le 5 juillet 2018)
  3. « Le Lifloric », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
  4. « Plongée en bouteille », sur ffessm.fr (consulté le 3 juillet 2018)
  5. « L'école de plongée des Glénan a 50 ans », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2018)
  6. Franck Machu, Un cinéaste nommé Cousteau: Une oeuvre dans le siècle, , 488 p. (ISBN 2268070565, lire en ligne)
  7. « Lettre de soutien de Jean-Louis Etienne », sur aepg, (consulté le 5 juillet 2018)
  8. « À grand départ en mer, grand chantier pour le WHY ! », sur underthepole.com, (consulté le 5 juillet 2018)
  9. « Création du C.I.P. », sur cip-glenan.fr (consulté le 3 juillet 2018)
  10. « Document d'objectifs Natura 2000 : archipel des Glénan », sur premar-atlantique.gouv.fr (consulté le 8 juillet 2018)
  11. (en) « The Glenan International Diving Centre - CIP | EnezGreen », sur www.enezgreen.com (consulté le 15 juillet 2018)
  12. « Le Centre International de Plongée depuis 30 ans par Roger Weigèle » (consulté le 5 juillet 2018)
  13. Claude Chassé, Michel Glémarec, Peuplement marin du plateau continental ouest et sud armoricain, Brest, (lire en ligne)
  14. Philippe LÉOST, « Revue Cap Caval - numéro spécial Glénan », sur www.glenan.fr (consulté le 5 juillet 2018)
  15. Jean-Luc Cochennec, « Roger Weigèle, l'homme fort des Glénan », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  16. « Plongée. Le centre des Glénan a une nouvelle directrice », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  17. « Nominations, Mérite Maritime », sur merite-maritime29.org (consulté le 5 juillet 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]