Centre interarmées des actions sur l'environnement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le centre interarmées des actions sur l'environnement (CIAE) est un organisme interarmées du ministère des Armées français. Créé le 1er juillet 2012, il est basé au quartier Général Frère de Lyon. Il dépend du Commandement du Renseignement. Les missions du CIAE sont réparties en deux catégories[1] :

  • Action civilo-militaires (ACM)
  • Opérations militaires d'influence (OMI)

Le premier chef de corps du CIAE est le colonel Renaud Ancelin.

Un effort est réalisé par la France qui souffre d'un certain retard dans ces domaines qualifiés tantôt d'opérations d'influence, tantôt d'opérations psychologiques. Un officier du CIAE explique en 2015 que « L'influence militaire ne s'est pas professionnalisée. Faute de volonté, d'imagination et surtout, à cause de la représentation socioculturelle que les chefs militaires actuels se font de la guerre, la noblesse du combat face à face et la recherche d'héroïsme étant la base du récit militaire enseigné dans les écoles d'officiers. L'influence reste donc une affaire de personnes et dépend encore de l'état d'esprit d'un chef militaire, de la performance d'individus chargés de ces opérations particulières au sein d'une force. »[2]

En 2015, le journal Le Monde explique que le CIAE a mis en place une cellule spéciale pour lutter contre la propagande djihadiste de manière offensive[3]. L'article explique que des militaires infiltrent les cellules djihadistes pour lutter contre leur discours. Cette information a été démentie par le journaliste spécialisé Jean-Dominique Merchet qui explique que le CIAE se contente de faire de la veille sur la propagande, et qu'il ne mène pas d'actions offensives[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « DSI Hors Série », sur www.guerres-influences.com, (consulté le 3 août 2017).
  2. « HS DSI », sur www.guerres-influences.com, (consulté le 3 août 2017).
  3. Nathalie Guibert, « Contre l’Etat islamique, l’armée active une cellule de contre-propagande », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  4. « Propagande sur le web : l’armée tâtonne », L'Opinion,‎ (lire en ligne).