Centre hospitalier intercommunal Robert-Ballanger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Centre hospitalier Robert-Ballanger
Image illustrative de l’article Centre hospitalier intercommunal Robert-Ballanger
Image illustrative de l’article Centre hospitalier intercommunal Robert-Ballanger
Vue de l’hôpital
Présentation
Coordonnées 48° 57′ 19″ nord, 2° 31′ 25″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Villepinte
Adresse Boulevard Robert Ballanger
Fondation 1955 (65 ans)
Site web ch-aulnay.fr
Organisation
Type Hôpital
Assurance maladie oui
Affiliation GHT Grand Paris Nord Est
Services
Standards 01 49 36 71 23
Service d’urgences oui
Nombre de lits 668
Direction Jean Pinson
Collaborateurs 2 236
Géolocalisation sur la carte : Seine-Saint-Denis/Ile-de-France/France
Red pog.svg
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Red pog.svg
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Red pog.svg

Le centre hospitalier intercommunal Robert-Ballanger est un hôpital des communes d'Aulnay-sous-Bois, du Blanc-Mesnil, de Sevran, de Tremblay-en-France et de Villepinte, en Seine-Saint-Denis. Il est situé à Villepinte, bien que son nom initial soit centre hospitalier d'Aulnay-sous-Bois.

Organisation[modifier | modifier le code]

L'hôpital a une capacité autorisée de 827 lits pour 668 installés (2013) et 2 240 employés[1].

Anciennement présidé par François Asensi, député-maire de Tremblay-en-France, il a été à l'initiative de la coopération public-privé avec l'hôpital privé du Vert-Galant et de la création en 2007 d'une maison médicale destinée à parer les périodes de suractivité du service des urgences et d'offrir une permanence de soins dans un secteur en sous-effectif médical[réf. nécessaire].

L’hôpital est présidé depuis 2013 par Jean Pinson[2],[3].

Historique[modifier | modifier le code]

L'hôpital a été construit de 1934 à 1939, sur des terrains cédés par la famille d'Albert Dauvergne, alors qu'il était maire de Villepinte, mais n'a été ouvert qu'en 1955[4] car ses bâtiments ont été occupés et transformés en caserne par l'armée allemande pendant l'Occupation, puis par l'armée américaine à la Libération, de 1944 à 1946[5].

Robert Ballanger, alors député-maire d'Aulnay-sous-Bois, est l'initiateur de la création du SEAPFA, syndicat d'équipement et d'aménagement des Pays de France et de l'Aulnoye en 1971.

C'est en 1956 que se déroule l'ouverture officielle de l'hôpital avec 300 lits pour 100 000 habitants.

En 1974, un incendie se déclenche et réduit à néant les divers blocs.

Quelques dates :

  • 1978 : Ouverture de l'USN de chirurgie ;
  • 1981 : Inauguration du plateau technique ;
  • 1985 : Ouverture des USN de médecine ;
  • 1987 : Ouverture du bâtiment mère et enfant ;
  • 1998 : Plan de restructuration et d'extension élaboré ;
  • 2014 : Ouverture d'un nouveau centre de Soins Suite et Réadaptation (SSR) et d'un nouveau bâtiment mère et enfant.

Aujourd'hui, le centre hospitalier dessert les villes d'Aulnay-sous-Bois, Le Blanc Mesnil, Sevran, Tremblay-en-France et Villepinte, soit environ 255 000 habitants.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

La série Hippocrate (depuis 2018) est tournée dans une aile désaffectée du centre hospitalier[6],[7]. L'équipe de tournage a dû reconstituer un environnement hospitalier, en aménageant des chambres, salles de réunions ou encore des box d'urgence. Le réalisateur confie même avoir parfois emprunté du vrai matériel médical à l'hôpital voisin, toujours en activité[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'hôpital en chiffres sur son site officiel
  2. « Direction et management », sur www.ch-aulnay.fr (consulté le )
  3. https://fr.linkedin.com/in/jean-pinson-698249a7
  4. Hôpital général Robert Ballanger sur le site Topic Topos, consulté le 27 janvier 2016.
  5. « Présentation historique de l'hôpital sur son site »
  6. Jérémy Mingot, « Hippocrate (Canal+) : la série a-t-elle été tournée dans un vrai hôpital ? », sur www.programme-tv.net, (consulté le )
  7. a et b Christophe Narbonne, « Thomas Lilti : « La deuxième saison d’Hippocrate est en route » », sur Premiere.fr, (consulté le )