Centre dramatique national des Alpes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Centre dramatique national des Alpes de Grenoble (CDNA) anciennement Comédie des Alpes (1960-1975), fut initié par Bernard Floriet et René Lesage, et a fusionné en 2014 avec la MC2.

Le CDNA était hébergé à la Maison de la Culture de Grenoble dès sa création en 1968. La Maison de la Culture a été renommée Le Cargo en 1985, sous la direction de Jean-Claude Gallotta, puis MC2: en 2004. Elle a été conçue par André Wogenscky et inaugurée par André Malraux le 13 février 1968. De 1998 à 2004, elle a été fermée pour travaux. L’extension et la rénovation ont été réalisées par Antoine Stinco, architecte spécialisé dans les équipements culturels et salles de spectacles.

Historique[modifier | modifier le code]

Jean Dasté avait déjà envisagé de créer un premier centre dramatique national à Grenoble en 1945, mais suite au refus de ses demandes de subventions par la municipalité, le projet n’aboutit pas et Jean Dasté part à Saint-Étienne[1].

En 1960, est créée la Comédie des Alpes par Bernard Floriet et René Lesage, tous les deux issus de l’association ACTA (Association Culturelle par le Théâtre et les Arts). La Comédie des Alpes fait ses premières créations dans l’amphithéâtre du lycée Stendhal (centre-ville de Grenoble). La troupe est ensuite hébergée à la Maison de la Culture dès sa création en 1968.

En 1975, le contrat de la Comédie des Alpes avec le Secrétariat d’État à la culture n’ayant pas été renouvelé, la Comédie des Alpes devient le Centre Dramatique National des Alpes (Société coopérative ouvrière de production anonyme à capital et personnel variables[2]). La direction en est confiée à Gabriel Monnet et au Théâtre Partisan, dirigé par Georges Lavaudant.

Des années 1980 à 1990, le CDNA connait une période trouble, notamment liés à la cohabitation avec la Maison de la Culture[3]. En 1981, lorsque Georges Lavaudant devient directeur de la Maison de la Culture suite à la démission de Bernard Gilman, sa nomination est controversée, à cause de sa qualité de directeur du CDNA. À son départ en 1985, les directions du CDNA et de la Maison de la Culture sont à nouveau séparées. Bruno Boëglin prend la tête du CDNA, assisté l’année suivante par Joël Chausson, envoyé par le ministère. En 1988, Chantal Morel et Ariel Garcia-Valdes leur succèdent[4].

En 1990, avec l’arrivée de Roger Caracache à la direction du CDNA et de la Maison de Culture, la situation du CDNA se stabilise[5]. Roger Caracache est le seul directeur à ne pas avoir été un artiste, la compagnie fonctionnait alors avec des metteurs en scène associés. En 1990, le CDNA prend le statut de SARL, dont le directeur est nommé par l’État pour trois ans, avec trois mandats successifs maximum.

Le CDNA disparaît le 1er janvier 2014, lors de sa fusion avec la MC2:, suite à une décision du Ministère de la Culture, alors dirigé par Aurélie Filippetti. Le projet de fusion est principalement porté par Michel Orier, directeur général de la Création artistique au ministère de la Culture et ancien directeur de la MC2 de 2002 à 2012. Les deux structures fusionnées deviennent un EPCC (établissement public de coopération culturelle)[6].

Direction[modifier | modifier le code]

Productions du CDNA[modifier | modifier le code]

(Spectacles produits par le CDNA et mis en scène par les directeurs : n’inclut pas les spectacles coproduits par le CDNA)

1960-1975 : La Comédie des Alpes. Mises en scène de René Lesage, décors de Bernard Floriet.[modifier | modifier le code]

1960-1961[modifier | modifier le code]

1961-1962[modifier | modifier le code]

  • La farce de Maître Pathelin, La farce du pâté, Le grand Siècle, montage de pièces classiques
  • Dame la lune et le brave soldat de Marc Netter
  • La Danse de la mort de August Strindberg
  • Histoire pour rire de Jean Tardieu / René de Obaldia

1962-1963[modifier | modifier le code]

1963-1964[modifier | modifier le code]

1964-1965[modifier | modifier le code]

1965-1966[modifier | modifier le code]

1966-1967[modifier | modifier le code]

1967-1968[modifier | modifier le code]

  • En Attendant Godot de Samuel Beckett (tournée aux États-Unis)
  • Les Musiques Magiques de Catherine Dasté (tournée en Algérie)
  • Une Lettre perdue de Ion Luca Caragiale

1968-1969[modifier | modifier le code]

  • L’Étourdi de Molière
  • 6 810 000 litres d'eau par seconde de Michel Butor
  • Moi, Superman de Guillaume Kergourlay
  • Zoo Story-Le rêve de l'Amérique d'Edward Albee
  • La Nuit des Assassins de José Triana
  • Le Mariage de Figaro de Beaumarchais
  • Fin de partie – Acte sans Paroles de Samuel Beckett

1969-1970[modifier | modifier le code]

  • La Nuit des Assassins de José Triana
  • Passion, poison et pétrification de George Bernard Shaw
  • Un léger accident de James Saunders
  • Un mot pour un autre ; Il y avait foule au manoir ; Monsieur moi ; Oswald et Zénaïde ; Le Guichet de Jean Tardieu
  • Le menteur de Corneille

1970-1971[modifier | modifier le code]

1971-1972[modifier | modifier le code]

  • Qui a peur de Virginia Woolf ? d'Edward Albee
  • Histoire de Vasco de Georges Schehadé

1972-1973[modifier | modifier le code]

1973-1974[modifier | modifier le code]

  • Dom Juan de Molière
  • Ils viennent jusque dans nos draps d'après Jacques Cousseau
  • Inahi le pêcheur de lune d’Étienne Catallan

1975-1976 : mise en scène de Gabriel Monnet (directeur du CDNA)[modifier | modifier le code]

1976-1978 : mises en scène de Georges Lavaudant (co-directeur du CDNA avec Gabriel Monnet)[modifier | modifier le code]

1979-1986 : mises en scène de Georges Lavaudant (directeur du CDNA)[modifier | modifier le code]

1986-1987 : mises en scène de Bruno Boëglin (directeur du CDNA)[modifier | modifier le code]

  • 1986 : Six personnages en quête d'auteur de Luigi Pirandello
  • 1987 : Gertrud de Hjalmar Söderberg

1988-1989 : mises en scène de Chantal Morel et Ariel Garcia-Valdes (co-directeurs du CDNA)[modifier | modifier le code]

1990-1991 : mise en scène de Michel Dezoteux (metteur en scène associé du CDNA)[modifier | modifier le code]

Pas de production exclusive. Coproduction du CDNA pour Brecht-machine (textes de Bertolt Brecht, Heiner Müller, Karl Valentin)

1992-1993 : mises en scène de Thierry Bédard, Bruno Meyssat et Thierry Roisin (metteurs en scène associé du CDNA)[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Minima moralia, l'indulgence et la cruauté, Thierry Bedard
  • 1992 : Documentaire, par Bruno Meyssat
  • 1993 : Les Disparus, Visions posthumes ou prémonitoires de quelques passagers du Titanic, Bruno Meyssat
  • 1993 : Noé, Thierry Roisin
  • 1994 : Les Lois fondamentales de..., de Carlo Maria Cipolla, par Thierry Bedard
  • 1994 : La Légende de Saint-Julien l'Hospitalier, de Gustave Flaubert, par Thierry Roisin

1994-1997 : mises en scène de Laurent Pelly (metteur en scène associé)[modifier | modifier le code]

  • 1994 : Loretta Strong de Copi
  • 1994-1995 : L'Heureux Stratagème de Marivaux
  • 1996 : La Baye de Philippe Adrien

1997-2007 : mises en scène de Laurent Pelly (directeur du CDNA)[modifier | modifier le code]

  • 1997 : Souingue !
  • 1997 : Des héros et des dieux – Hymnes homériques (Avignon)
  • 1997 : Orphée aux Enfers
  • 1997 : La Danse de mort d'August Strindberg
  • 1998 : Vie et mort du roi Jean (Avignon)
  • 1998 : Et Vian ! En avant la zique !
  • 2000-2001 : C’est pas la vie ?
  • 2002 : Le Voyage de monsieur Perrichon d'Eugène Labiche
  • 2002 : J'en ai marre de l'amour
  • 2003 : Vendre
  • 2003 : Les Chaises d'Eugène de Ionesco
  • 2004 : Le Roi Nu d'Evguéni Schwartz
  • 2005 : Foi, amour, espérance, une petite danse de mort en cinq tableaux d’Ödön von Horváth
  • 2005 : I cosmonauti russi de Battista Lena
  • 2006 : Le Songe d'August Strindberg
  • 2006 : Les Aventures d'Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll
  • 2006 : Une visite inopportune de Copi
  • 2006 : Les Malices de Plick et Plock de Christophe

2008-2014 : mises en scène de Jacques Osinski (directeur du CDNA)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Pascale Goetschel, Renouveau et décentralisation du théâtre 1945-1981, PUF, 2004, p. 52-53.
  2. Archives du CDNA, BNF, voir recueil « Comédie des Alpes, Grenoble [Document d'archives] », côte WNB 1162 (1975/76).
  3. Voir par exemple « Sueurs froides à la maison blanche : la Maison de la Culture de Grenoble : éléments pour un débat », dans Les Cahiers de la Pensée sauvage, n° spécial no 1, février 1981
  4. A son départ, en 1989, Chantal Morel publie un document à charge à l’encontre du CDNA, intitulé « retour de mission », et dans lequel elle dénonce le « maintien de gens incompétents, une organisation administrative relevant plus d’une usine de boutons-culottes que du théâtre, le manque de réflexion, disons-le carrément, le manque d’intérêt entraînant les solutions les plus coûteuses par incompétence intellectuelle, (…) une ignorance complète de la situation actuelle du théâtre et de l’existence de réseaux de diffusion moins prestigieux » en précisant que c’est là « le symbole de la crise traversée par les CDN ». Voir https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-thibaudat/blog/090317/chantal-morel-du-centre-dramatique-au-petit-38-itineraire-dune-irreductible-2
  5. TEMKINE Raymonde, Le Théâtre en l’état, Théâtrales, 2015.
  6. Pour plus de précisions : https://www.senat.fr/questions/base/2013/qSEQ130305345.html et http://www.petit-bulletin.fr/grenoble/infos-article-45136-Petit+drame+entre+amis+au+Centre+dramatique+national+des+Alpes.html