Centre de délassement de Marcinelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Centre de délassement de Marcinelle
Piscine en plein air Marcinelle Charleroi.jpg
Vue aérienne de la piscine du centre.
Présentation
Type
Architectes
Jacques Depelsenaire, Willy Van Gils (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Construction
Rénovation
Localisation
Adresse
Avenue des Muguets, 16Voir et modifier les données sur Wikidata
6001 Charleroi, Hainaut
Flag of Belgium (civil).svg Belgique
Coordonnées
Carte

Le Centre de délassement de Marcinelle (officiellement Centre social de délassement Edmond Leburton) est un centre de loisirs situé à cheval sur les communes de Charleroi et Gerpinnes, en Belgique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début des années 1950, Lucien Harmegnies, échevin de Marcinelle, veut protéger 150 ha d'espaces verts contre l'urbanisation en cours. Pour répondre à ce souhait, Edmond Leburton, ministre de la Santé publique de 1954 à 1958, lance une étude pour l'aménagement d'un centre de récréation en plein air dans le bois du Prince[1].

Comme architecte-coordinateur Jacques Depelsenaire s'associe avec d'autres tels que Jacques Dupuis et Willy Van Gils pour explorer le potentiel du site. L'étude propose un complexe de récréation sportive et culturelle d'environ 14 ha. Entre 1958 et le début de années 1970 sont réalisés, outre un club de tennis de six courts et un minigolf, trois bâtiments : le centre de jeunesse, le centre nautique et le restaurant. L'ensemble constitue l'œuvre phare du début de la carrière de Jacques Depelsenaire[1].

En 2011, un projet propose de transformer les lieux en parc d'attractions sur le thème de la bande dessinée[2]. Le projet est abandonné en 2013 à la suite d'une étude mettant en avant l'impossibilité de réalisation du projet[3].

Le centre nautique est restauré entre 2010 et 2014 par un collectif d'architectes, RESERVOIR A[4],[5],[6].

Activités[modifier | modifier le code]

Le centre comprend une piscine avec deux bassins, un mini-golf, des courts de tennis et plusieurs étangs[7].

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Centre de jeunesse[modifier | modifier le code]

Centre nautique[modifier | modifier le code]

Restaurant[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Strauven, Le Maire et Dailly 2017, p. 272.
  2. « L'avenir du centre de délassement de Marcinelle en question », sur Rtbf.be, (consulté le )
  3. « Charleroi: que va devenir le Centre de délassement de Marcinelle? », sur Rtbf.be, (consulté le )
  4. Strauven, Le Maire et Dailly 2017, p. 274.
  5. « Inauguration de la piscine du Centre de Délassement », sur TeleSambre.be, (consulté le )
  6. « Réouverture du centre de délassement de Marcinelle », sur Rtl.be, (consulté le )
  7. « Centre de Délassement de Marcinelle », sur Opt.be (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Iwan Strauven (dir.), Judith Le Maire (dir.) et Marie-Noëlle Dailly (dir. et photogr.), 1881-2017 Charleroi métropole, Bruxelles/Paris/impr. en Belgique, Mardaga et Cellule architecture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, coll. « Guide d'architecture moderne et contemporaine » (no 4), , 367 p. (ISBN 978-2-8047-0367-7).