Centre d'études diplomatiques et stratégiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centre d’études diplomatiques et stratégiques Paris - CEDS
Nom original CEDS
Informations
Fondation 1986
Fondateur Pascal Chaigneau
Type École doctorale
Régime linguistique Anglais, français
Localisation
Coordonnées 48° 52′ 19″ N 2° 18′ 02″ E / 48.872013, 2.30056948° 52′ 19″ Nord 2° 18′ 02″ Est / 48.872013, 2.300569
Ville Paris
Pays Drapeau de la France France
Campus 37-39 boulevard Murat, Paris 16e
Direction
Président Odile Launey[réf. souhaitée], également présidente de l'EBSP[réf. souhaitée]
Directeur Bruno Neil[réf. souhaitée], également directeur de l'EBSP[réf. souhaitée]
Chiffres clés
Enseignants 68[1]
Divers
Particularités Partenaire de l'École de guerre
Site web http://www.ceds.fr/

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Centre d’études diplomatiques et stratégiques Paris - CEDS

Le Centre d'études diplomatiques et stratégiques (CEDS) est une école doctorale privée[2] parisienne en diplomatie et relations internationales.

Présentation[modifier | modifier le code]

Basée à Auteuil (Paris) au 37-39 boulevard Murat, l'école appartient au groupe European Business School Paris. Le CEDS est, comme l'École supérieure de journalisme de Paris, une émanation de l'École des hautes études internationales. Le fondateur du CEDS est Pascal Chaigneau, enseignant à HEC Paris et à l'université Paris-Descartes, conseiller du commerce extérieur de la République française[3].

Le CEDS est accrédité Premier College par l'Accreditation Service for International Colleges (en)[4],[5] (l'ASIC est un organisme d’accréditation d’universités et établissements d’enseignement supérieur britanniques).

Initialement non académique, le CEDS se spécialise dans la formation continue au niveau exécutif (Executive Education) de diplomates, d'officiers supérieurs, de hauts fonctionnaires ainsi que d'hommes d'affaires liés à la carrière diplomatique[6]. Il a formé entre autres le commandant du Frigate Command de la Marine grecque passé par ailleurs par la Harvard Kennedy School of Government et la Naval Postgraduate School (en) de Monterrey[7]. Le CEDS est partenaire de l'École de guerre avec laquelle il dispense plusieurs enseignements conjoints[8].

Formations postgraduate : diplôme, master degree, Phd (doctorat)[modifier | modifier le code]

Les programmes :

  • Master en Études diplomatiques supérieures, en partenariat avec l'École de guerre de Paris (École militaire)
  • Diplôme de troisième cycle en relations internationales approfondies (ce diplôme est validé après la soutenance d'un mémoire et peut être équivalent à un master M2).
  • Double PhD-Doctorat (480 ECTS) en relations internationales et en diplomatie, entre le CEDS Paris (France) et l'Anglia Ruskin University (Royaume-Uni).

Autres partenariats :

Relation spécifique avec le corps diplomatique[modifier | modifier le code]

À l'instar des Centres culturels français, le CEDS est un relais de facto de l'action française à l'étranger[10][réf. insuffisante]. Il reçoit notamment Jack Lang le 25 septembre 2009 pour inaugurer une formation en relations internationales mise conjointement en place par l'Institut français d'Athènes. Son conseiller académique est Carlos Antonio Carrasco, ex-ambassadeur de Bolivie[11],[12] et ancien ministre[13],[14],[15]. Pascal Chaigneau a été lui-même nommé consul général de Bolivie, titre qu'il conserve à titre honoraire[16],[17] La France possède le deuxième réseau diplomatique mondial par le nombre de représentations en 2011 d'où l'intérêt du CEDS à délivrer sa formation diplomatique à Paris autour de voyages d'étude aux sièges de l'OTAN à Bruxelles et de l'ONU à Genève[18]. Michel Raimbaud[19] (ambassadeur de France au Soudan, en Mauritanie et au Zimbabwe) y est professeur titulaire. L'École est entre autres « partenaire des Nations unies »[20][réf. insuffisante].

Corps professoral et recherche[modifier | modifier le code]

Recherche[modifier | modifier le code]

Le CEDS édite la publication annuelle Enjeux diplomatiques et stratégiques[21]. Il édite également ses thèses de doctorat sous forme de livres d'une façon indépendante[22],[23] ou bien via la maison d'édition l'Harmattan en anglais, dans la série Diplomacy and Strategy[24] Des étudiants du CEDS publient occasionnellement des essais dans la revue électronique e-International Relations (en)[25]. Le CEDS délivre des séminaires à l'International Institute for Strategic Studies[26].

Corps professoral[modifier | modifier le code]

Le CEDS est lié formellement au Collège interarmées de Défense et à l'ECOSOC des Nations unies. Il compte ainsi parmi ses enseignants le lieutenant colonel Raymond Carter[27] et le général Jacques Walch[28]. La plupart de ses intervenants militaires sont passés par l'IHEDN. Les ambassadeurs Michel Raimbaud (France), Carlos Carrasco (Bolivie) et Patrick Boursin (France) y enseignent également[1], ainsi que Georges Ayache[29], ancien diplomate, et Andrei Gratchev, ancien conseiller du président Gorbatchev et membre du World Political Forum[1],[30],[31].

Liens avec la Françafrique et sa Franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Le continent africain représente le premier pourvoyeur d'étudiants hauts fonctionnaires du CEDS[32]. Toutefois ces études ne prouvent pas que Pascal Chaigneau est franc-maçon lui-même, ni que le CEDS est un acteur de la Françafrique. Sans aucun lien avec la Françafrique, une antenne régionale du CEDS ( www.cedsdakar.fr ) est créée en Afrique notamment à Dakar au Sénégal.

Guy Mvelle Minfenda, dans sa thèse de doctorat de sciences politiques dirigée par Pascal Chaigneau, note par ailleurs

« C’est ainsi qu’à côté ou en parallèle de ces acteurs officiels de l’aide on retrouve une panoplie d’intervenants [qui] jouent au moins un rôle ou influencent le processus décisionnel dans le politique de l’aide. Il s’agit : des opérateurs économiques, les mercenaires du développements, les Barbouzes, les agents de l’économie de l’ombre, les sociétés philosophiques (franc-maçonnerie et Rose-croix)…Ils agissent de plus en plus pour leur compte, à la marge ou à la périphérie des Etats pour les uns ou en formulant une vigoureuse critique de la coopération traditionnelle pour les autres. Les acteurs du pouvoirs central ainsi décrits, bien que jouant selon les textes le rôle principal, sont accompagnés par bien d’autres[33]. »

L'Express rapporte le 12/04/2004 « La plupart des chefs d'État d'Afrique centrale sont initiés. Les obédiences africaines et françaises entretiennent des liens étroits »[34],[35]. Le mensuel prétend notamment qu'Idriss Deby est un franc-maçon proche de la Grande loge nationale de France[36] ; Pascal Chaigneau lui remet en février 1999 un doctorat honoris causa du CEDS[37]. La branche dakaroise du CEDS crée en 2009 une École panafricaine de l'intelligence économique[38],[39].

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Les anciens auditeurs du CEDS sont au nombre d'environ 2 000.

Claude Pernès — ingénieur, homme politique, diplômé du CNAM, ancien maire de Rosny-sous-Bois et pionnier du Grand Paris[40],[41] — en fait partie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Professeurs et conférenciers du CEDS.
  2. Les prix de l'inscription annuelle et de la soutenance sont mentionnés au bas de chacun des programmes de formation.
  3. archive sur AfDev
  4. http://www.asic.org.uk/collegeinfo.php?college_id=721
  5. profil sur enseignement-prive.fr
  6. discussion sur armees.com
  7. [profil du capitaine de vaisseau Konstantinos Karageorgis sur le site de la Marine de Guerre grecque | http://www.hellenicnavy.gr/dts_com_en.asp]
  8. Mention du partenariat avec le CID, aujourd'hui École de guerre.
  9. Communiqué du 09/05/2005 par lequel le comité ONG recommande le statut consultatif spécial auprès de l'ECOSOC pour le CEDS[réf. insuffisante].
  10. 14 juin 2011 : Décoration par l’ambassadeur de France des insignes de Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres au Dr. Fotis Papathanassiou, directeur général de la Fondation Theocharakis, Président de l’Association des Amis de l’Opéra d’Athènes, et directeur de l’antenne grecque du CEDS.
  11. 19 avril 2004 : archive de la présentation des lettres de créance de Carlos Antonio Carrasco au gouverneur général du Canada.
  12. JORF no 245 du 21 octobre 1994 page 14950 - Remise de lettres de créance - NOR: MAEP9450033G.
  13. Declaraciones del ex ministro de Educación, Carlos Antonio Carrasco 9/05/2011, dans le quotidien bolivien Los Tiempos.
  14. « Profil de Son Exc. Carlos Antonio Carrasco à la Mission permanente d'observation des États d'Amérique latine de l'UNESCO » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  15. Élu membre associé en 1998 par l'Académie des sciences d'outre-mer, qui mentionne qu'il est commandeur de la Légion d'honneur.
  16. « Profil de Pascal Chaigneau à l'Union des consuls honoraires en France » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  17. Journal officiel de la République française - JORF no 34 du 9 février 1995 page 2208 - Exequatur accordés à des Consuls.
  18. Enseignements 2009-2010[réf. incomplète].
  19. Interview en arabe de Michel Raimbaud sur France 24.
  20. Simulations passées en France & Monaco en 2008. 12 et 13 février 2008, Paris : deux simulations au Centre d'études diplomatiques et stratégiques (CEDS) et à l'Ecole des hautes études internationales.
  21. Éditions Economica.
  22. thèse de Maximiliano A. Martínez-Hernández, 1997 sur Google Books
  23. [ http://books.google.com/books?id=BGcZHQAACAAJ&dq=inauthor:%22Centre+d%27%C3%A9tudes+diplomatiques+et+strat%C3%A9giques%22&hl=fr&ei=4NZpTqGKKcbpgQesx-j-BQ&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=3&ved=0CDQQ6AEwAg | thèse de Vincenzo Falanga 1999 sur Google Books]
  24. [ http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=32507 | Thèse de Michael Strauss sur le bail territorial] 2010
  25. Idriss Aberkane en a publié quatre en 2011-2012.
  26. Voir notamment Présentation de Pascal Chaigneau de 2008[réf. incomplète].
  27. Raymond Carter, Fondateur de Wisdom Conseil.
  28. Profil de Jacques Walch sur France Culture.
  29. G. Ayache et P. Chaigneau, Dictionnaire biographique des relations internationales depuis 1945 Economica 2007 lien sur Google Books
  30. dossier du World Political Forum, participants à la session de 2004
  31. [ http://www.chear.defense.gouv.fr/fr/pdef/rdv0405pdf/p207rdv0405.pdf | Conférence d'Andrei Gratchev au CHEAR - DGA Ministère de la Défense le 10 mars 2005 ]
  32. brochure du CEDS 2009, p. 17
  33. Guy Mvelle Minfenda, AIDE AU DEVELOPPEMENT ET COOPERATION DECENTRALISEE Esquisse d’une désétatisation de l’Aide française Les cas du Cameroun, Congo, Gabon, RCA, Tchad et Rwanda, thèse présentée et soutenue publiquement le 18 juillet 2005 à l'université Jean Moulin Lyon 3.
  34. LEXPRESS.fr, publié le 12/04/2004
  35. Voir aussi : François-Xavier Verschave, Noir Chirac, 2002, Les Arènes, p. 17.
  36. Francs-maçons, L'Afrique aux premières loges, lexpress.fr, 14/04/2008.
  37. Vincent Hugeux, Les Sorciers blancs, enquête sur les faux-amis français de l'Afrique, Paris, Fayard, 2007, p. 275-280.
  38. http://www.veille.ma/it+Dakar-abritera-en-2009-l-Ecole+.html
  39. http://www.infoguerre.fr/edito/intelligence-economique-au-senegal/
  40. http://olivier-dosne.fr/index.php?post/2010/05/25/Hommage-a-Claude-Pernes-maire-de-Rosny-sous-Bois
  41. http://www.rosny93.fr/article_texte.php3?id_article=3488

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Géopolitique