Centrale thermique de Gennevilliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Centrale électrique thermique de Gennevilliers
Image dans Infobox.
La centrale électrique de Gennevilliers vue depuis le pont d'Argenteuil en 1991.
Administration
Pays
Région
Département
Coordonnées
Propriétaire
Construction
Mise en service
1922
Statut
Détruite en 2006
Caractéristiques
Type d'installation
Thermique
Énergie utilisée
Charbon/Fioul
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La centrale électrique thermique de Gennevilliers fut, à l'époque de sa mise en service, la centrale la plus importante de France et la plus grosse du monde.

Elle était située en bordure de Seine tout près du pont d’Argenteuil, à Gennevilliers dans les Hauts-de-Seine.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1919 la centrale électrique thermique sort de terre grâce à l’Union de l’électricité. Cette centrale devient vite la plus importante de France et la plus grosse du monde. Située en bordure de Seine tout près du pont d’Argenteuil, son emplacement était déjà prévu avant la guerre faisant partie d’un vaste programme d’électrification de la région parisienne.

En 1922, elle est mise en service avec cinq turbo-alternateurs de 40 000 kW afin d'unifier la distribution d'électricité du secteur ouest de Paris et sa banlieue. En 1928, sont ajoutés deux groupes de 50 000 kW et de huit chaudières. De 1928 à 1935 sont rajoutées quatre nouvelles chaudières. Les plus anciennes sont remplacées.

Durant la guerre, la centrale subit des bombardements les et et elle est très endommagée. En 1947, une nouvelle chaufferie est construite.

Démantèlement[modifier | modifier le code]

L'activité de la centrale thermique de Gennevilliers cesse en 1985.

Les travaux de démantèlement se sont déroulés très progressivement, en commençant dès le début des années 1990 par le ferraillage des cheminées et des réservoirs du parc de stockage du fioul lourd. En 2005 l'ensemble des bâtiments furent démolis, dont la chaufferie principale dynamitée en trois étapes en fin d'année, les travaux de déblaiement s'achevèrent en 2006, mettant ainsi un terme au démantèlement de la centrale électrique de Gennevilliers. Cette démolition a généré 30 000 tonnes de ferrailles évacuées par voie d'eau[1].

Dans le cadre de l'extension de la zone portuaire, une partie des terrains est désormais occupée par une plate-forme intermodale de conteneurs. Le reste est toujours exploité par EDF notamment celui où est implantée la turbine à combustion (TAC) 9000F de Gennevilliers alimentée au gaz naturel. Cette turbine, installée en 1992, a été conçue et fabriquée par Alsthom[2] Belfort pour fonctionner au gaz ou au fioul ; en cas de démarrage d'urgence depuis l'arrêt complet, elle peut fournir sa pleine puissance de 200 MW seulement 12 minutes après l'ordre de démarrage (6 minutes pour atteindre la vitesse nominale de 3 000 tr/min et 6 minutes pour la prise de charge).

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]