Centrale solaire photovoltaïque de Cestas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Centrale solaire de Cestas)
Centrale solaire photovoltaïque de Cestas
Image dans Infobox.
Vue aérienne de la centrale photovoltaïque de Cestas-Gironde (France)
Administration
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Propriétaire
Neoen
Construction
Mise en service
1er décembre 2015
Statut
En production
Caractéristiques
Type d'installation
Technologie
Photovoltaïque, avec alignements Est-Ouest des rangées de modules
Superficie
260 ha
Puissance installée
300 MWc
Production d’électricité
Production annuelle

350 GWh (prévision)

soit 40 MW en moyenne
Densité de puissance
16 W/m²
Localisation sur la carte de la Gironde
voir sur la carte de la Gironde
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Aquitaine
voir sur la carte d’Aquitaine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La centrale solaire photovoltaïque de Cestas est une centrale solaire photovoltaïque, la plus grande d'Europe lors de son inauguration le 1er décembre 2015[1], située à Cestas[2], au sud de Bordeaux sur une superficie de 260 hectares pour une puissance globale de 300 MWc.

Puissance crête et production énergétique[modifier | modifier le code]

Vingt-cinq « petites centrales » de 12 MWc sont connectées entre elles et raccordées au réseau très haute tension de RTE.

La centrale affiche une puissance de 300 MWc pour une production annuelle estimée à 350 GWh, ce qui correspond à la consommation annuelle domestique (hors chauffage[3]) de toute la commune de Bordeaux (soit environ 240 000 habitants)[4], mais moins de 0,1 % de la production électrique annuelle française[5].

Cette centrale permet à elle seule une augmentation de plus de 6 % de la production brute d'électricité photovoltaïque en France hors outre-mer par rapport à la production de 2014, qui s'était élevée à 5 500 GWh[6].

Au moment de son inauguration, Cestas était le plus grand parc solaire d'Europe[7]. La centrale compte un million de modules en silicium polycristallin.

Grâce à l'alignement Est-Ouest des modules photovoltaïques, la production par hectare (de terrain et non de panneaux) est deux à trois fois supérieure à celle d'une centrale de même taille orientée nord-sud, en permettant d'économiser l'espace entre les rangées de modules[4]. Ainsi, la densité surfacique de puissance moyenne[8] prévue est d'environ 15 W/m2, contre 3 à 8 W/m2 pour les autres projets de centrale photovoltaïque en France métropolitaine (Losse, la Colle des Mées, Toul-Rosières, etc.).

Opérateurs[modifier | modifier le code]

La société Neoen est propriétaire du sol et porteuse du projet. Elle détient 40 % de la centrale, les 60 % restants étant la propriété d'autres actionnaires. Neoen a choisi d'en confier la réalisation à un consortium mené par l'entreprise Clemessy (filiale du groupe français Eiffage, chargée de la conception, de la construction et de la maintenance de la centrale) en partenariat avec Schneider Electric et la branche française de Krinner[4],[9].

Exploitant[modifier | modifier le code]

La société Neoen a confié l'exploitation et la maintenance du site à la société Clemessy.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sa construction a démarré en novembre 2014 pour une mise en service en octobre 2015[10],[11]. L'inauguration effective a eu lieu le 1er décembre 2015. La centrale est directement reliée au réseau de transport de l’électricité. Le prix de vente de son électricité à EDF a été fixé alors à 105 €/MWh pendant vingt ans, un prix légèrement inférieur à celui estimé par la Cour des Comptes pour le réacteur EPR de Flamanville (110 à 120 €/MWh)[12] et égal au prix garanti aux réacteurs EPR de la centrale nucléaire de Hinkley Pointen cours de construction en Angleterre[13].

Neoen a utilisé pour construire cette centrale des panneaux fournis par les trois premiers fabricants mondiaux (Yingli, Trina Solar et Canadian Solar), mais a choisi des groupes français pour l’installation et les systèmes électriques : Clemessy, filiale d’Eiffage, a piloté le projet, Nexans a fourni les 4 000 km de câbles électriques et Schneider Electric le poste haute tension, les transformateurs et les onduleurs.

Un système de construction en flux tendu a été conçu, avec le transport des panneaux in situ par de petites plates-formes tirées par des tracteurs, qui ont aussi permis d'optimiser et faciliter le travail des ouvriers (jusqu'à 250 durant le pic d'activité du chantier)[4]. Jusqu'à 15 000 modules (soit près de 5 MWc) ont pu être ainsi posés par jour[4].

Investissement et prix de vente[modifier | modifier le code]

L'investissement total s'élève à 360 millions d'euros. L'électricité, non pilotable, est revendue à EDF au prix de 104,5 €/MWh. À titre de comparaison, le prix de l'électricité pilotable du futur EPR anglais est annoncé à 109 €/MWh (92,5 £/MWh)[10]. Le coût de l'électricité pilotable du nucléaire historique est d'environ 50 €/MWh, selon les estimations[14].

Critiques[modifier | modifier le code]

L'association de défense de l'environnement SEPANSO dénonce un « mastodonte industriel implanté en pleine nature » qui « contribue à l’artificialisation des sols, à la fragmentation des territoires, et à un appauvrissement de la biodiversité ». Elle remarque que « la centrale de Cestas produit en moyenne chaque année 350 GWh d’électrons dits "verts", soit environ 5 % de la production électrique d’un des 4 réacteurs du Blayais. Ce qui veut dire qu’il faudrait environ 5 340 hectares de panneaux photovoltaïques aussi denses, pour produire annuellement autant d’électricité qu’un réacteur de 900 MW ». Elle préconise que « ces panneaux doivent être installés prioritairement sur les milliers d’hectares de sols déjà anthropisés et sur les toitures, et non pas dans les espaces naturels, agricoles et forestriers »[15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Un drone filme la plus grande centrale solaire photovoltaïque d’Europe », sur Le Monde, .
  2. http://www.aquitaine.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/AE48_Photovoltaique_Defrichement_Cestas_Avis_AE_cle2ed23f.pdf
  3. Solonel J (2017) article intitulé Neoen, champion français des énergies vertes, Le Parisien |07 septembre 2017,
  4. a b c d et e Baptiste Clarke, « Titanesque ! La centrale photovoltaïque de Cestas, en Gironde » (reportage / [vidéo]) pour Actu-Environnement, 6 juillet 2015
  5. RTE - Bilan électrique 2016, Production totale de 531,3 TWh rte-france.com, consulté en juillet 2017
  6. EurObserv'ER, tableau 5, Baromètre photovoltaïque 2015, avril 2015
  7. Stéphane Hiscock, « Le plus grand parc solaire d'Europe en construction à Cestas », France Bleu, 7 novembre 2014
  8. Densité de puissance moyenne sur l'année = Énergie produite en une année / (365 × 24 × Superficie totale couverte par la centrale).
  9. « Gironde : la plus grande centrale solaire d'Europe en construction », 20 minutes, 21 mai 2015.
  10. a et b « À Bordeaux, le solaire sera moins cher que le nucléaire anglais », sur La Croix, .
  11. « En Gironde, la future plus grande centrale solaire d’Europe sort rapidement du sol », sur L'Expansion, .
  12. Cour des comptes, « LA FILIÈRE EPR », sur https://www.ccomptes.fr/, Cour des comptes, (consulté le ), p. 71
  13. Le projet d'Hinkley Point est-il toujours rentable pour EDF ? Sharon Wajsbrot, Les Échos, 25 septembre 2019
  14. « La CRE évalue à 48 €/MWh le coût de production du nucléaire d'EDF, selon le journal Contexte », Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne Accès limité)
  15. Centrale photovoltaïque de Cestas : course au gigantisme dans la forêt, SEPANSO Gironde, 23 septembre 2021.

Articles connexes[modifier | modifier le code]