Centrale solaire Noor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale solaire Noor
Localisation
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Province Ouarzazate
Coordonnées 30° 59′ 40″ nord, 6° 51′ 48″ ouest
Caractéristiques
Type d'installations Centrale solaire thermodynamique
Énergie utilisée Solaire
Technologie thermo-solaire
Capacité électrique 500 MW
Administration
Date de mise en service 4 février 2016
Statut en service

Géolocalisation sur la carte : Maroc

(Voir situation sur carte : Maroc)
Centrale solaire Noor

La centrale solaire Noor (arabe : محطة نور للطاقة الشمسية), est une centrale solaire thermodynamique entrée en service en près de Ouarzazate au Maroc.

Avec 160 MW, la centrale devient la 7e centrale solaire thermodynamique la plus grande au monde, après 5 centrales américaines aux premiers rangs, puis la centrale Solaben en Espagne.

Son extension, programmée en trois étapes, portera sa puissance à 580 MW, en faisant une des plus grandes centrales solaires au monde, avec Solar Star en Californie[1].

Noor I[modifier | modifier le code]

Technique adoptée par la centrale pour capter l'énergie solaire

Noor I est constituée d'un champ de 480 hectares de miroirs courbes (cylindro-paraboliques) avec une capacité de 160 MW. Le projet, dont le coût dépassera 600 millions €, est géré par l'Agence marocaine de l'énergie solaire et construit par un consortium majoritairement saoudien[2].

Les travaux ont commencé le 10 mai 2013, après une cérémonie présidée par le roi Mohammed VI. La Banque africaine de développement[3] et la Banque européenne d'investissement participent au financement[4].

La centrale est dotée d'une capacité de stockage de 3 heures de production, grâce à des sels fondus[5].

L'accord tarifaire signé le 19 novembre 2012 avec l'ONEE (Office national de l'électricité et de l'eau potable) garantit un prix de vente de 1,62 Dirhams par kWh (0,19 US$ par kWh) pour la production de la centrale[6].

La centrale a été inaugurée par le Roi en février 2016[7].

Noor II, III et IV[modifier | modifier le code]

Le 4 février 2016, lors de l'inauguration de Noor I, le roi Mohammed VI a inauguré le lancement des travaux de construction de la seconde étape, portant à 500 MW la puissance de l'ensemble pour un coût estimé à 2 milliards €, avec le soutien de bailleurs de fonds tels que la banque publique allemande KfW (650 millions €) et la Banque mondiale (400 millions €). L’Agence française de développement (AFD), la Banque européenne d’investissement (BEI), ou encore la Banque africaine de développement (BAD), ont également accordé au Maroc des prêts de centaines de millions de dollars. Les centrales Noor II et III devraient avoir des capacités de stockage de huit heures. À terme, le projet solaire global Noor ambitionne de produire 2 000 MW d’ici 2020, répartis sur cinq sites[8]. La Banque africaine de développement a accordé pour son financement, en décembre 2014, deux prêts d'un montant total de 176 millions €[3].

Noor II utilisera la technologie thermo-solaire avec capteurs cylindro-paraboliques, comme Noor I, sur une surface de 680 hectares ; sa puissance sera de 200 MW et sa capacité de stockage de 8 heures ; son coût est estimé à 810 millions €. Noor III utilisera la technologie thermo-solaire avec tour, avec une puissance de 150 MW et une capacité de stockage de 8 heures ; son coût est estimé à 645 millions €. La dernière phase, Noor IV, sera photovoltaïque ; ces quatre unités feront de Noor Ouarzazate le plus grand site de production solaire multitechnologique au monde avec une capacité de 580 MW[9].

Plan national marocain des énergies renouvelables[modifier | modifier le code]

Cette première centrale solaire marocaine s'inscrit dans le cadre du plan national des énergies renouvelables qui s'est fixé l'objectif de fournir 42 % du courant électrique à partir de sources renouvelables (dont 2 GW de sources solaires) en 2020. Au complexe Noor en construction à Ouarzazate s'ajouteront quatre autres centrales solaires actuellement en projet dans le pays : Ain Bni Mathar, Foum Al Oued, Boujdour et Sebkhat Tah[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]