Centrale nucléaire de Würgassen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’industrie image illustrant l’énergie
image illustrant le nucléaire image illustrant l’Allemagne
Cet article est une ébauche concernant l’industrie, l’énergie, le nucléaire et l’Allemagne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Centrale nucléaire de Würgassen
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Würgassen
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Coordonnées 51° 38′ 21″ Nord 9° 23′ 29″ Est / 51.6392, 9.39139
Réacteurs
Puissance nominale 1 x 640 MW
Production d’électricité
Divers

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Centrale nucléaire de Würgassen

La centrale nucléaire de Würgassen (en allemand : Kernkraftwerk Würgassen) (KWW) a été l'une des premières centrales à eau légère installée en Allemagne.

La centrale de Würgassen, d’une capacité de 640 mégawatts électriques (MWe), a été mise en service en 1972 et arrêtée 22 ans plus tard, en 1994.

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction a commencé en 1968 et le réacteur a été mis en service industriel en 1972. Le réacteur de Würgassen (de) a été opérationnel jusqu'en 1994 et il a produit au total 72 922 gigawatts-heures (GWh) d'énergie électrique.

Le propriétaire et exploitant était PreussenElektra (de) qui a, par la suite, été intégré dans E.ON.

Problème technique et démantèlement[modifier | modifier le code]

En , au cours d'une inspection du TÜV (Technischer Überwachungs-Verein, un organisme de contrôle et de normalisation allemand), une avarie a été constatée sur un cylindre du réacteur. L'autorité allemande ayant exigé la réparation, et celle-ci s'étant avéré trop coûteuse, il a été décidé d'arrêter le réacteur, ce qui a été une perte importante de revenus pour la commune.

Le démantèlement commencé en 1997 doit s'achever en 2010. Alors que la construction a coûté 400 millions de marks, le démantèlement devrait coûter environ 700 millions d'euros.