Centrale nucléaire de Tianwan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire de Tianwan
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Tianwan
Site nucléaire de Tianwan
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Coordonnées 34° 41′ 13″ N 119° 27′ 35″ E / 34.686944, 119.45972234° 41′ 13″ Nord 119° 27′ 35″ Est / 34.686944, 119.459722
Année de construction 1999
Date de mise en service 17 mai 2006
Réacteurs
Puissance nominale 2 x 1 000
Production d’électricité
Divers
Source froide Mer Jaune

Géolocalisation sur la carte : Chine

(Voir situation sur carte : Chine)
Centrale nucléaire de Tianwan

La Centrale nucléaire de Tianwan (田湾核电站 en chinois) est située sur le littoral de la mer jaune à environ 30 km de la ville de Lianyungang.

Description[modifier | modifier le code]

Cette centrale comporte deux réacteurs du type VVER de 1060 MWe opérationnels et deux autres en construction :

  • Tianwan-1 : type VVER-1000/428, construction démarrée en 1999, mise en service en 2006 ;
  • Tianwan-2 : type VVER-1000/428, construction démarrée en 2000, mis en service en 2007 ;
  • Tianwan-3 : type VVER-1000/428, construction démarrée en décembre 2012 ;
  • Tianwan-4 : type VVER-1000/428, construction démarrée en septembre 2013.

Ce sont des réacteurs à eau légère pressurisée (REP) de conception russe.

L'achèvement de la construction du deuxième réacteur était prévu pour 2007.

Le 19 août 2009, la Chine a décidé d'ajouter sur le même site deux nouveaux réacteurs, d'une capacité d’un gigawatt chacun avec le début des travaux prévu en octobre 2010, afin de porter la capacité du site à 8 GW. (source Enerpresse 9890).

Pour la première fois au monde, les deux réacteurs (chinois VVER-1000 construits par un consortium russe) ont été équipés d'un récupérateur de corium ; Dans ce cas c'est une seconde cuve garnie d'un épais « matériau sacrificiel » qui a été placée sous la cuve principale, pour rendre le corium moins fluide et favoriser sa refroidissabilité[1]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Journeau (2008), Contribution des essais en matériaux prototypiques sur la plate-forme Plinius à l'étude des accidents graves de réacteurs nucléaires, mémoire d'habilitation à diriger des recherches en mécanique énergétique (université d'Orléans), Commissariat à l'énergie atomique, Cadarache, LEMAG ; Juin 2008, CEA-R-6189, ISSN:0429-3460, PDF, voire p14/227 et schéma p 19, voir aussi Svetlov et al., 2003

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]