Centrale nucléaire de Tianwan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’industrie image illustrant l’énergie
image illustrant le nucléaire image illustrant la République populaire de Chine
Cet article est une ébauche concernant l’industrie, l’énergie, le nucléaire et la République populaire de Chine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Centrale nucléaire de Tianwan
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Tianwan
Site nucléaire de Tianwan
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Coordonnées 34° 41′ 13″ Nord 119° 27′ 35″ Est / 34.686944, 119.459722
Année de construction 1999
Date de mise en service 17 mai 2006
Réacteurs
Puissance nominale 2 x 1 000
Production d’électricité
Divers
Source froide Mer Jaune

Géolocalisation sur la carte : Chine

(Voir situation sur carte : Chine)
Centrale nucléaire de Tianwan

La Centrale nucléaire de Tianwan (田湾核电站 en chinois) est située sur le littoral de la mer jaune à environ 30 km de la ville de Lianyungang.

Description[modifier | modifier le code]

Cette centrale comporte deux réacteurs du type VVER de 1060 MWe opérationnels et deux autres en construction :

  • Tianwan-1 : type VVER-1000/428, construction démarrée en 1999, mise en service en 2006 ;
  • Tianwan-2 : type VVER-1000/428, construction démarrée en 2000, mis en service en 2007 ;
  • Tianwan-3 : type VVER-1000/428, construction démarrée en décembre 2012 ;
  • Tianwan-4 : type VVER-1000/428, construction démarrée en septembre 2013.

Ce sont des réacteurs à eau légère pressurisée (REP) de conception russe.

L'achèvement de la construction du deuxième réacteur était prévu pour 2007.

Le 19 août 2009, la Chine a décidé d'ajouter sur le même site deux nouveaux réacteurs, d'une capacité d’un gigawatt chacun avec le début des travaux prévu en octobre 2010, afin de porter la capacité du site à 8 GW. (source Enerpresse 9890).

Pour la première fois au monde, les deux réacteurs (chinois VVER-1000 construits par un consortium russe) ont été équipés d'un récupérateur de corium ; Dans ce cas c'est une seconde cuve garnie d'un épais « matériau sacrificiel » qui a été placée sous la cuve principale, pour rendre le corium moins fluide et favoriser sa refroidissabilité[1]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Journeau (2008), Contribution des essais en matériaux prototypiques sur la plate-forme Plinius à l'étude des accidents graves de réacteurs nucléaires, mémoire d'habilitation à diriger des recherches en mécanique énergétique (université d'Orléans), Commissariat à l'énergie atomique, Cadarache, LEMAG ; Juin 2008, CEA-R-6189, (ISSN 0429-3460), PDF, voire p14/227 et schéma p 19, voir aussi Svetlov et al., 2003

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]