Centrale nucléaire de Mihama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Centrale nucléaire de Mihama
Image illustrative de l’article Centrale nucléaire de Mihama
Vue aérienne de la centrale en 1975
Administration
Pays Japon
Préfecture Fukui
Coordonnées 35° 42′ 13″ nord, 135° 57′ 49″ est
Opérateur compagnie électrique Kansaï
Année de construction 1967
Date de mise en service 28 novembre 1970
Statut À l'arrêt
Réacteurs
Réacteurs actifs 0
Puissance nominale 1 x 340 MW
1 x 500 MW
1 x 826 MW
Production d’électricité
Divers
Source froide Mer du Japon

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Centrale nucléaire de Mihama

La centrale nucléaire de Mihama (en japonais : 美浜発電所 (Mihama hatsudensho)) est exploitée par la Compagnie électrique du Kansaï (KEPCO).

Elle est située à proximité de la ville de Mihama, dans la préfecture de Fukui au Japon.

Description[modifier | modifier le code]

La centrale de Mihama est équipée de trois réacteurs nucléaires à eau pressurisée(PWR) de conception Westinghouse Electric Company et construits par Mitsubishi Heavy Industries.

Les trois réacteurs sont à l'arrêt depuis la catastrophe de Fukushima. Les réacteurs 1 & 2 sont définitivement mis à l’arrêt ; l'opérateur, la Compagnie électrique du Kansaï (KEPCO), prévoit de redémarrer le réacteur 3 en 2020[1],[2].

Réacteur nucléaire Puissance nette (MWe) Construction (an-mois) Divergence (an-mois) Connexion (an-mois) Kp net 2004 (%) Kp net cumulé (%) Fournisseur
MIHAMA-1 320 1967-2 1970-7 1970-8 62,8 51 WEST
MIHAMA-2 470 1968-5 1972-4 1972-4 71,3 61 WEST
MIHAMA-3 780 1972-8 1976-1 1976-2 62,8 74 M

Incident[modifier | modifier le code]

Le , un accident dans la centrale cause la mort de quatre personnes et fait sept blessés. La cause de l'accident est une fuite de vapeur non radioactive dans un bâtiment où sont situées les turbines du réacteur numéro 3. Par la suite, une autre victime meurt de ses blessures, portant le bilan à cinq morts[3].

À la date de l'accident, c’est le plus meurtrier pour le Japon dans une centrale nucléaire. L'opérateur de la centrale reconnaît une négligence de la sécurité de ses installations[4]. La canalisation rompue ne remplissait pas les normes de sécurité et n'avait pas été contrôlée en détail depuis 27 ans.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]