Centrale nucléaire de Khmelnitski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Centrale nucléaire de Khmelnitski
Image illustrative de l’article Centrale nucléaire de Khmelnitski
Bloc n° 1 et n°2 de la centrale nucléaire de Khmelnitski.
Administration
Pays Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Oblast Oblast de Khmelnitski
Ville Netishyn
Coordonnées 50° 18′ 11″ nord, 26° 38′ 49″ est
Opérateur Energoatom
Année de construction 1981
Date de mise en service 1987
Statut En service
Réacteurs
Réacteurs actifs 2 réacteurs VVER
Puissance nominale 2 × 1 000 MW
Production d’électricité
Production annuelle d'électricité 11,03 TWh (2020)
Production moyenne 13 TWh environ
Production totale 222 TWh (2014)
Divers
Source froide Horyn
Géolocalisation sur la carte : Ukraine
(Voir situation sur carte : Ukraine)
Centrale nucléaire de Khmelnitski
Géolocalisation sur la carte : Europe
(Voir situation sur carte : Europe)
Centrale nucléaire de Khmelnitski

La centrale nucléaire de Khmelnitski se trouve à Netichyn, dans l'oblast de Khmelnitski, à 120 km au nord de Khmelnytskyï - ville d'origine des Femen - et à 275 kilomètres à l’ouest de la capitale Kiev en Ukraine. À proximité se trouve la rivière Horyn.

Le 28 novembre 1979, le ministre de l'énergie et de l'électrification de l'URSS annonce sur le site un projet de centrale de 4 000 MW. Dans les années 1980 commence la construction d'un réservoir d'eau de refroidissement d'une superficie de 22 km2[1].

Les réacteurs[modifier | modifier le code]

Khmelnitski comprend deux tranches en service équipées de réacteurs de conception russe, du type VVER. Les travaux du premier réacteur Khmelnitski 1 - un VVER de 950 MWe - débutent en 1981 pour une mise en service en 1988[2].

Les travaux d'un second réacteur Khmelnitski 2, identique au premier, démarrent en 1985. La mise en service est initialement prévue en 1991. Mais en 1990, les travaux sont arrêtés en raison d'un moratoire sur les nouvelles centrales adopté par le parlement ukrainien Verkhovna Rada à la suite de la catastrophe de Tchernobyl. L'achèvement du second réacteur a fait l'objet en 1995 d'un mémorandum entre l'Union européenne, le G7 et l'Ukraine, avec l'octroi d'un crédit de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). Après la levée du moratoire, la construction a repris et la mise en service de Khmelnitski 2 s'est produite en août 2004[3].

Nom du réacteur Modèle Puissance brute

(MW)

Puissance nette

(MW)

Début de construction Raccordement

au réseau

Mise en service

commerciale

Khmelnitski-1[4] VVER-1000/V-320 1000 950 01.11.1981 31.12.1987 13.08.1988
Khmelnitski-2[5] VVER-1000/V-320 1000 950 01.02.1985 07.08.2004 15.12.2005
Khmelnitski-3[6] VVER-1000/V-320 1000 950 01.03.1986 Construction stoppée en 1990[7]
Khmelnitski-4[8] VVER-1000/V-320 1000 950 01.02.1987 Construction stoppée en 1990[7]

Deux autres réacteurs identiques ont été mis en construction : Khmelnitski 3 depuis le , et Khmelnitski 4 depuis le 1er février 1987. Ces deux réacteurs n'ont pas été achevés en raison de la catastrophe de Tchernobyl, mais selon le quotidien suisse Le Temps, ils devraient commencer à être exploités en 2015-2016[9].

Depuis le démarrage du premier réacteur, le combustible nucléaire de l'Ukraine est fourni par la Russie.

En 2008, le groupe américain Westinghouse a signé un premier contrat d'approvisionnement en combustible de centrales nucléaires ukrainiennes[10]. Compte tenu des tensions dans les relations entre la Russie et l'Ukraine à la suite de la crise ukrainienne en 2013, et bien que le groupe nucléaire public russe Rosatom continue de livrer du combustible aux centrales nucléaires ukrainiennes[11], l’Ukraine a signé un nouvel accord de livraison de combustible avec la société américaine Westinghouse le 30 décembre 2014[12].

En août 2015, les autorités ukrainiennes ont annoncé une fuite d’eau radioactive du réacteur Khmelnitski 1. En dépit du grand danger de la radioactivité, elles signalent que la fuite ne présente pas de danger pour la santé de la population[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Construction History », sur http://www.xaec.org.ua (consulté le 28 août 2015)
  2. (en) « IAEA - Power Reactor Information System », sur http://www.iaea.org/ (consulté le 28 août 2015)
  3. (en) « Nuclear Power Plants in Lithuania & Ukraine », sur http://www.industcards.com/, (consulté le 28 août 2015)
  4. « PRIS - Reactor Details », sur pris.iaea.org (consulté le 17 avril 2020)
  5. « PRIS - Reactor Details », sur pris.iaea.org (consulté le 17 avril 2020)
  6. « PRIS - Reactor Details », sur pris.iaea.org (consulté le 17 avril 2020)
  7. a et b « Ukraine: L’achèvement de Khmelnitski 3 et 4 de nouveau d’actualité | Forum nucléaire suisse », sur www.nuklearforum.ch (consulté le 17 avril 2020)
  8. « PRIS - Reactor Details », sur pris.iaea.org (consulté le 17 avril 2020)
  9. « Nucléaire ukrainien: à quand le prochain Tchernobyl? », sur http://www.letemps.ch/, (consulté le 28 août 2015)
  10. « Nucléaire: l'américain Westinghouse va fournir du combustible à l'Ukraine jusqu'en 2020 », sur http://www.romandie.com/, (consulté le 28 août 2015)
  11. « Nucléaire: le russe Rosatom livre toujours du combustible en Ukraine », sur http://fr.sputniknews.com, (consulté le 28 août 2015)
  12. « Combustible nucléaire: Kiev annonce un accord avec Westinghouse », sur http://www.romandie.com/, (consulté le 28 août 2015)
  13. « Ukraine : nouvelle fuite d’eau radioactive dans une centrale nucléaire », sur http://francais.rt.com/, (consulté le 28 août 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]