Centrale nucléaire de Cernavodă

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Centrale nucléaire de Cernavodă
Image dans Infobox.
La centrale nucléaire, le réacteur 1 figurant à l'extrême droite
Administration
Localisation
Coordonnées
Opérateur
Nuclearelectrica (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mise en service
2 décembre 1996
Réacteurs
Puissance nominale
2 x 650 MW

Source froide
Site web
Localisation sur la carte de Roumanie
voir sur la carte de Roumanie
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Europe
voir sur la carte d’Europe
Red pog.svg

La centrale nucléaire de Cernavodă est localisée à Cernavodă en Roumanie. Il s'agit de la seule centrale nucléaire roumaine, comptant deux réacteurs de type CANDU de 650 MW chacun, mis en service en 1996 et 2007, qui ont produit 18,5 % de l'électricité du pays en 2018.

Le projet de construire deux réacteurs supplémentaires a connu de nombreuses vicissitudes après un début de chantier interrompu en 1992. Après un accord avec l'entreprise chinoise China General Nuclear Power Corporation (CGN) en 2014, la Roumanie a rompu l'accord avec CGN en janvier 2020 pour se retourner vers les États-Unis.

Caractéristiques des réacteurs[modifier | modifier le code]

À l'origine (années 1980), il était prévu d'y construire cinq réacteurs nucléaires.

La centrale est équipée de deux réacteurs de type CANDU de 650 MW chacun, connectés au réseau en juillet 1996 et août 2007 ; ils ont produit 10,35 TWh en 2019, soit 18,5 % de la production d'électricité du pays[1].

L'eau de refroidissement est prélevée dans le Danube.

Projet Cernavodă 3 et 4[modifier | modifier le code]

La construction des tranches 3 et 4 de la centrale de Cernavodă, interrompue depuis 1992, a connu de nombreuses vicissitudes : en 2008, un tour de table avait été finalisé avec Nuclearelectrica, entreprise publique propriétaire de la centrale, et six investisseurs européens pour le financement du projet, qui a obtenu toutes les autorisations requises et finalisés les études de faisabilité, mais en 2011-2013 tous les actionnaires, sauf Nuclearelectrica, se sont retirés. Un nouvel appel à candidature en 2014 a permis de sélectionner le Chinois China General Nuclear Power Corporation (CGN), avec lequel les négociations détaillées étaient toujours en cours en 2017[2]. En , le conseil d'administration de Nuclearelectrica, dont l'État possède 82,5 % du capital, approuve la signature d'un accord avec CGN pour la création d'une coentreprise chargée de la construction des deux réacteurs[3].

Après avoir annoncé en janvier 2020 la rupture de l'accord avec CGN, la Roumanie établit en juillet 2020 un « Comité de coordination stratégique » afin de relancer le projet de construction de Cernavodă 3 et 4[4]. En octobre 2020, le Département de l'Énergie des États-Unis annonce la conclusion d'un accord de coopération avec la Roumanie pour mettre l'expertise technique américaine à la disposition de la Roumanie en vue de la construction de Cernavodă 3 et 4 et de la réhabilitation de Cernavodă 1[5]. Selon l'ambassadeur des États-Unis à Bucarest Adrian Zuckerman, la compagnie d'ingénierie américaine Aecom sera chargée de ce projet d'un montant total de 8 milliards de dollars qui sera mis en œuvre avec le soutien de compagnies roumaine, canadienne et française et un accord de financement devrait être conclu dans la foulée avec l'Exim Bank américaine[6]. Le 26 octobre 2020, le premier ministre français Jean Castex signe avec le premier ministre roumain Ludovic Orban une déclaration d’intention pour la coopération dans le domaine de l’énergie nucléaire[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]