Centrale nucléaire de Beznau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire de Beznau
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Beznau
La centrale de Beznau avec l'usine hydroélectrique au second plan en 2003.
Administration
Pays Suisse
Canton Argovie
Districts Zurzach
Coordonnées 47° 33′ 08″ nord, 8° 13′ 43″ est
Date de mise en service 1969 et 1971
Statut À l'arrêt
Réacteurs
Type Réacteur à eau pressurisée
Réacteurs actifs 2
Puissance nominale deux fois 365 MW
Production d’électricité
Production annuelle d'électricité 2 920 et 3 058 GWh
Divers
Source froide Aar

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Centrale nucléaire de Beznau

La centrale nucléaire de Beznau (en allemand Kernkraftwerk Beznau ou KKB) est située sur l’île artificielle de Beznau sur l’Aar, sur le territoire de la commune de Döttingen, dans le canton d'Argovie en Suisse. Elle est exploitée par Axpo (anciennement NOK).

D'une puissance de deux fois 365 MW, elle est depuis , la plus ancienne centrale nucléaire en activité au monde depuis la fermeture de la centrale britannique d'Oldbury[1].

Description[modifier | modifier le code]

Vue panoramique.

Plus ancienne centrale en activité au monde depuis la fermeture de la centrale nucléaire d'Oldbury (à côté de Bristol en Angleterre) en , elle a été mise en service en 1969. Elle est la seule des quatre centrales nucléaires suisses à disposer de plusieurs réacteurs, deux en l’occurrence. Ces réacteurs sont du type à eau pressurisée (REP) :

  • Beznau 1 : 365 MW, mis en service en 1969, initialement prévu pour 40 ans (2009). C'est le plus ancien réacteur nucléaire en fonctionnement dans le monde[2] ;
  • Beznau 2 : 365 MW, mis en service en 1971, initialement prévu pour 40 ans (2011).

Ces réacteurs sont de la société Westinghouse[3].

Leur puissance électrique a évolué au cours de l'exploitation :

  • 350 MW jusqu'au 30 septembre 1996 ;
  • 357 MW jusqu'au 2 janvier 2000 ;
  • 365 MW depuis le 2 janvier 2000.
Îlot nucléaire

Le cœur dispose de 121 assemblages avec 179 barres de combustible chacun. Cela représente environ 40 t de combustible. Le circuit primaire fonctionne sous une pression de 153 bars et une température moyenne de 300 °C.

Îlot conventionnel

La centrale utilise deux turbines de 190 MW.

La centrale est refroidie par les eaux de l'Aar et ne possède pas de tour de refroidissement comme la centrale de Mühleberg, autre centrale suisse sur l'Aar.

Production[modifier | modifier le code]

La centrale consomme environ 8 t de combustible par an dont une partie était constituée de combustible MOX[4] avant le moratoire de 2006.

En 2006, la puissance totale est de 730 MW ce qui en fait la troisième centrale nucléaire de Suisse en terme de puissance. En 2006, les réacteurs de Beznau 1 et 2 ont produit respectivement 2 920 et 3 058 GWh, soit 22,8 % de la production d'électricité nucléaire de la Suisse. La centrale est utilisée en base, elle produit une puissance constante et ne réalise pas de suivi de charge. En plus de l'électricité, la centrale alimente environ 18 000 habitants de la région en chaleur grâce au réseau de chaleur Refuna[5].

Maintenance[modifier | modifier le code]

En 2012, Axpo annonce vouloir investir 720 millions de francs suisses d'ici 2014 dans la sécurité de la centrale nucléaire[6] :

  • 500 millions dans une nouvelle alimentation d'urgence autarcique et résistante aux séismes ;
  • 100 millions pour remplacer les deux couvercles à pression des réacteurs, prévus en 2014 ;
  • 40 millions pour remplacer le système informatique datant de 1992 ;
  • 80 millions pour d'autres projets.

Projet[modifier | modifier le code]

La société Resun SA, créée et dont le capital est détenu par FMB et deux filiales d'Axpo, a déposé fin 2008 une demande d'autorisation cadre pour la construction d'une nouvelle centrale nucléaire sur le site de Beznau. Le projet est porté par la société du site : la centrale nucléaire de remplacement Beznau SA[7].

Le réacteur sera de la filière réacteur à eau légère. Il pourra être à eau pressurisée comme ceux déjà en service, ou à eau bouillante[8]. La nouvelle centrale sera plus puissante et nécessitera une tour de refroidissement. Le projet repose sur une technologie de tour de refroidissement hybride de faible hauteur et sans panache, ce qui permet une meilleure intégration paysagère[9].

Le 15 novembre 2010, l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) a déclaré « adéquats » les trois sites proposés — Mühleberg (BE), Beznau (AG) et Gösgen (SO) — pour la construction de trois nouvelles centrales nucléaires en Suisse, le type de réacteur restant à choisir.

À la suite des accidents nucléaires ayant touché les installations de Fukushima, le chef du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) Doris Leuthard décide le , de la suspension des procédures en cours concernant les demandes d'autorisation pour la construction des trois nouvelles centrales. Le , le Conseil fédéral confirme la sortie progressive de l'énergie nucléaire en décidant de ne pas renouveler les centrales nucléaires en service et opte pour leur arrêt définitif une fois que celles-ci auront atteint 50 ans, c'est-à-dire entre 2019 et 2034. Le , le Conseil des États a confirmé l’arrêt de la construction de nouvelles centrales nucléaires tout en exigeant la poursuite de la recherche dans le nucléaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]