Centrale nucléaire d'Astraviets

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Centrale nucléaire d'Astravets
Image dans Infobox.
La centrale en construction en 2016
Administration
Pays
Voblast
Coordonnées
Construction
2013 - 2020
Mise en service
11/2020
Statut
en construction
Réacteurs
Fournisseurs
Type
Réacteurs actifs
1
Puissance nominale
2 × 1 200 MW

Coût
~ 10 milliards de dollars
Site web
Localisation sur la carte de Biélorussie
voir sur la carte de Biélorussie
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Europe
voir sur la carte d’Europe
Red pog.svg

La centrale nucléaire d'Astraviets est située à Astraviets dans le voblast de Hrodna en Biélorussie. Elle est mise en service depuis novembre 2020.

Historique[modifier | modifier le code]

Le projet a été annoncé par le président Alexandre Loukachenko en 2007 à la suite du conflit d'énergie entre la Russie et la Biélorussie. Les travaux étaient initialement prévus pour durer quatre à huit ans et coûter 2,5 à 2,8 milliards de dollars[1].

Le 18 juillet 2012, l’entreprise russe Atomstroyexport et le gouvernement biélorusse ont signé un contrat-cadre à Minsk pour un coût de construction alors estimé à 10 milliards de dollars[2].

La construction du premier réacteur de la centrale a officiellement débuté le 6 novembre 2013. Les essais à chaud du premier réacteur ont été achevés en avril 2020. Sa mise en service est annoncée pour 2020 et celle du second réacteur pour 2021[3].

Le 7 août 2020, l'entreprise publique russe Rosatom annonce qu'elle vient de débuter le chargement du combustible nucléaire dans l’unité 1 de la centrale nucléaire biélorusse d'Astraviets[4]. La première réaction en chaine a lieu le 11 octobre 2020, puis ce premier réacteur, dénommé Belarusian-1, est couplé au réseau le 3 novembre 2020[5].

Située à 50km de Vilnius, la centrale suscite l'inquiétude de la Lituanie. Or depuis la catastrophe de Fukushima, en 2011, l’AIEA recommande qu’aucune centrale nucléaire ne soit construite à moins de 100 km d’un centre urbain[6].

Les pays voisins comme la Lituanie, l'Estonie et la Lettonie, refusent d'acheter l'électricité qu'elle produit en raison des risques qu'elle génère pour la sécurité nucléaire mondiale[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La Biélorussie veut sa centrale nucléaire », sur www.liberation.fr, (consulté le 22 mars 2015)
  2. « Biélorussie: la première centrale nucléaire officiellement en construction », sur nuklearforum.ch, (consulté le 22 mars 2015)
  3. (en) « "Hot tests completed at Ostrovets unit 1" », World Nuclear News., (consulté le 3 juin 2020)
  4. « Début du chargement de combustible à l'usine nucléaire d'Ostrovets en Biélorussie », sur Yourtopia : Actualités du monde, (consulté le 10 août 2020)
  5. BELARUSIAN-1 base de données PRIS de l’AIEA, 12 novembre 2020
  6. « Quand une centrale nucléaire toute neuve réveille la hantise de Tchernobyl », sur ouest-france.fr, (consulté le 3 juin 2020)
  7. La Lettonie refuse l’électricité provenant d’une centrale nucléaire biélorusse, Sputnik France, 1/11/2020

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]