Centrale Montemartini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Façade de la Centrale Montemartini

La Centrale Montemartini est une ancienne centrale thermique de Rome, construite dans la première moitié du XXe siècle et située dans le quartier d'Ostiense, désaffectée et transformée en musée archéologique depuis 1997. Il présente principalement des sculptures grecques ou romaines, issues des réserves des musées du Capitole.

Vue de la salle des machines ; au fond, la reconstitution du fronton du temple d'Apollon Sosianos
Dans la salle des chaudières : Aphrodite acéphale type Vénus d'Arles, copie romaine d'un original grec de Praxitèle

La centrale, inaugurée en juin 1912, présentait la particularité d'être la propriété de la ville de Rome et non celle d'une compagnie privée. Le projet, né en 1908, avait fait partie du programme électoral du Blocco Popolare (bloc populaire) d'Ernesto Nathan, élu maire en 1908, et avait été approuvé par un référendum municipal en 1909. De type mixte vapeur-Diesel, elle bénéficiait d'une situation privilégiée, proche du Tibre pour son approvisionnement en eau et d'un axe central de circulation, la via Ostiense. En 1913, elle prit le nom de l'un des principaux artisans de sa constructions, l'économiste Giovanni Montemartini, auteur d'un livre sur la Municipalisation des services publics.

Dans les années 1930, la centrale fut plus ou moins nationalisée par le gouvernement fasciste et inaugurée une nouvelle fois en 1933 par Benito Mussolini, à l'occasion du remplacement de ses moteurs Diesel. Un réaménagement fut également décidé dans la perspective d'une Exposition universelle prévue pour 1942, et dont la centrale devait fournir l'électricité. Les travaux furent interrompus par la Seconde Guerre mondiale et ne furent menés à bien qu'en 1952. Ils achevèrent de donner à la centrale sa configuration actuelle. Néanmoins, les équipements de la centrale s'avèrent rapidement obsolètes et l'installation est abandonnée au milieu des années 1960.

Restaurée en 1989–1990, la centrale Montemartini accueillit en 1997 une exposition temporaire intitulée « Sculptures de l'Ancienne Rome. Les collections des musées du Capitole à la centrale électrique Montermartini » : les musées du Capitole étaient alors en rénovation, ce qui avait exigé la mise en réserve d'une bonne partie des collections. L'exposition visait à en montrer une partie resituée dans son décor architectural originel, comme celui du temple d'Apollon Sosianos. La reconstitution de vastes ensembles monumentaux exigeait de grands espaces comme ceux de la centrale Montemartini. Les conservateurs du musée prirent également le pari de maintenir les principaux équipements de la centrale : chaudières, turbines, générateurs, etc. La juxtaposition des œuvres d'art antiques et de l'architecture industrielle moderne connut un grand succès, qui poussa à transformer la centrale en musée permanente, élément à part entière du complexe des musées du Capitole.

Collections[modifier | modifier le code]

Les collections se répartissent principalement dans trois pièces : la salle des colonnes, consacrée à la Rome républicaine, la salle des machines, qui présente les grands ensembles monumentaux, et la salle des chaudières, qui accueille des œuvres provenant des jardins et résidences impériales.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marina Bertoletti, Maddalena Cima et Emilia Tadamo, Centrale Montemartini, Electa, 2006 (2e édition revue et augmentée) (ISBN 88-370-4624-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :