Centrair Pégase C101

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrair C101 Pégase
Vue du planeur
Planeur Pégase 90 101-A à Beynes.

Constructeur Drapeau : France Centrair
Classe de compétition Classe Club
Nombre construit environ 700[réf. souhaitée]
Équipage 1
Dimensions
Profil OAP 1-2
Envergure 15 m
Longueur 6,8 m
Hauteur 1,42 m
Surface alaire 10,5 m2
Allongement 21,43
Masses et charge
Masse à vide 245-256 kg
Ballast 120 kg
Masse maximale 455 kg
Performances
Vitesse maximale Sans pennes : 250 km/h. Avec pennes : 220 km/h
Vitesse de décrochage À inclinaison nulle et 340 kg : 63 km/h
Vitesse de manœuvre 170 km/h
Finesse 41
Taux de chute minimal 0,6 m/s
Facteur de charge +5 g/−2,65 g170 km/h)

Le Centrair C101 Pégase est un planeur monoplace de classe standard, abondamment utilisé dans les clubs français, en raison de son origine française et de sa polyvalence (simplicité de pilotage, performance, sécurité). Il est également utilisé pour former les officiers pilotes de l'armée de l'air[1],[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le Centrair C101 Pégase a été conçu par Marc Ranjon[3] et fabriqué par la société Centrair (en)[4] à partir de 1981. Il reprend dans sa conception le fuselage de l'ASW 20[3]. Les ailes ont été conçues par l'ONERA qui détermina les meilleurs profils par calcul informatique de l'emplanture jusqu'au saumon[5], et qui étudia aussi des pennes optionnelles.

À partir de 1990, Les pégases (dit « modèles 90 ») sont équipés d'un intérieur différent (manche plus court, tableau de bord moins volumineux notamment) et quelques modifications structurelles mineures qui ont également causé une augmentation de la masse à vide du planeur (environ 20 kg). La différence majeure consiste toutefois en l'adoption d'un branchement automatique des commandes de vol lors du montage du planeur.

Le Pégase bénéficia d'une politique de la Fédération française de vol à voile (FFVV) favorisant son achat par les clubs français. Par conséquent, de nombreux exemplaires volent en France, et un exemplaire dépasse même les 9000 heures (F-CEXV basé sur l'aérodrome de Challes les Eaux).[réf. nécessaire]

Différentes versions[modifier | modifier le code]

Le Pégase fut décliné en plusieurs versions :

Qualités[modifier | modifier le code]

Sa structure est réalisée en stratifiée fibre de verre-résine époxy. La voilure a un profil laminaire évolutif et les aérofreins sortent uniquement à l'extrados. L'empennage est en forme de T. Par défaut, il dispose de ballasts dans la voilure.

Très répandu en France, ce planeur est largement apprécié pour une utilisation en club pour sa grande polyvalence : très facile d'utilisation et de comportement sain, c'est un planeur qui convient parfaitement aux débutants et aux pilotes occasionnels.

Par ailleurs, sa capacité à être ballasté et ses performances en font un planeur de performance apprécié, certes moins performant que ses concurrents de l'époque (Discus et LS4 par exemple), mais tout de même capable d'effectuer des performances importantes pour l'époque.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Simons M, Segelflugzeuge 1965-2000, Eqip, 2004
  • Manuels de vols de planeurs Pégase

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Www.defense.gouv.fr/content/download/395982/5935085/file/Télécharger le rapport public BEAD-air-A-2012-016-A.pdf
  3. a et b http://www.sailplanedirectory.com/PlaneDetails.cfm?planeID=255
  4. Puis SN Centrair
  5. Bernard Chabbert, « Le vol à voile », La Recherche, vol. 14, no 146,‎ , p. 934-944 (lire en ligne)
  6. a, b, c et d SN Centrair, Manuel de vol planeurs Centrair 101 - 101 P - 101 A - 101 AP, Le Blanc, Indre, France, SN Centrair, , 3 - révision 5 éd., 56 p. (lire en ligne)