Cenacolo de Domenico Ghirlandaio (Ognissanti)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cenacolo de Domenico Ghirlandaio à Ognissanti
Domenico ghirlandaio, cenacolo di ognissanti 01.jpg
Artiste
Date
1480
Technique
peinture à fresque
Dimensions (H × L)
440 × 880 cm
Mouvement
Localisation
musée du Cenacolo d'Ognissanti (Florence), Ognissanti, Florence (Italie)
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Florence

(Voir situation sur carte : Florence)
Point carte.svg
Détail des apôtres à la droite du Christ.

Le Cenacolo de Domenico ghirlandaio à Ognissanti est une peinture à fresque de 440 × 880 cm de Domenico Ghirlandaio. Datée de 1480 environ elle est visible au réfectoire du couvent franciscain Ognissanti à Florence transformé en musée et exposant d'autres œuvres peintes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le travail a été commandé à Domenico Ghirlandaio, peintre connu sur le point d'aller à Rome pour peindre la chapelle Sixtine avec d'autres peintres florentins. La même année 1480, l'artiste travaille toujours à la fresque de Saint Jérôme dans son étude dans l'église adjacente pour la famille Vespucci.

Thème[modifier | modifier le code]

Le thème de l'œuvre est un de ceux de l'iconographie chrétienne : La Cène (terme issu du latin cena : repas du soir) est le nom donné par les chrétiens au dernier repas que Jésus-Christ prit avec les douze apôtres le soir du Jeudi saint, avant la Pâque juive, peu de temps avant son arrestation, la veille de sa Crucifixion (appelée encore Passion par les chrétiens), et trois jours avant sa résurrection.

Description[modifier | modifier le code]

La grande composition s'articule autour d'une grande table en U où sont disposés sur un seul côté et les bords Jésus et ses apôtres sauf (conformément à la tradition), Judas Iscariote, qui se trouve en face de Jésus, assis sur un tabouret.

L'appui de la fresque sur les tympans séparés par un chapiteau central donne le prétexte au peintre à définir deux ouvertures simulées en loggia permettant une vue vers le ciel, le sommet d'arbres et le vol d'oiseaux multiples.

Analyse iconographique[modifier | modifier le code]

Détail du bord droit de la table avec le paon.

La présence des nombreux oiseaux et plantes convoque leur symbolique propre[1] à travers une approche voulue agréable :

les oiseaux
  • le canard : joie céleste
  • l'épervier : attaques perfides
  • la caille : capacité du sacrifice
  • étourneau : victoire sur les épreuves terrestres
  • alouette : (nidification dans les blés) eucharistie
  • chardonneret : Passion
  • paon : immortalité
  • faisan : résurrection
les plantes
  • abricot : péché
  • orange : Paradis
  • laitue : pénitence
  • cerise : sang du Christ
  • cyprès : mort
  • palme : martyre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Panneau explicatif du musée

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]