Cellule (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cellule.
image illustrant une commune du Puy-de-Dôme
Cet article est une ébauche concernant une commune du Puy-de-Dôme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Cellule
Mairie de Cellule.
Mairie de Cellule.
Blason de Cellule
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Riom
Intercommunalité Riom-Communauté
Code postal 63200
Code commune 63068
Démographie
Gentilé Cellulois
Population 1 159 hab. (2013)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 53″ Nord 3° 08′ 23″ Est / 45.9481, 3.1397
Altitude Min. 310 m – Max. 364 m
Superficie 8,74 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Chambaron-sur-Morge
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 15.svg
Cellule

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 15.svg
Cellule

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Cellule

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Cellule

Cellule est une ancienne commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme et la région administrative Auvergne-Rhône-Alpes, devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle de Chambaron-sur-Morge. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Ses habitants sont appelés les Cellulois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cellule est une petite commune qui se situe au nord de Riom, au nord du département du Puy-de-Dôme[1] ; elle est arrosée par le Chambaron, affluent de la Morge.

La commune est répartie entre le bourg principal de Cellule et deux hameaux, Saulnat et Pontmort.

Sept communes sont limitrophes[2] :

Communes limitrophes de Cellule
Beauregard-Vendon La Moutade Le Cheix
Davayat Cellule Varennes-sur-Morge
Saint-Bonnet-près-Riom Pessat-Villeneuve

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route départementale 2009, ancienne route nationale 9, axe de Gannat et Aigueperse à Riom et Clermont-Ferrand. Celle-ci sépare le chef-lieu de la commune et le hameau de Pontmort, dont l'accès par la RD 17 est en tronc commun sur plusieurs mètres avec la RD 2009 au passage sous la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Nîmes-Courbessac. Cette RD 17 relie Davayat à l'ouest et Varennes-sur-Morge à l'est ; une RD 17a dessert le hameau de Pontmort. La RD 422 relie Cellule à la RD 2009 au sud de cette même commune ; la RD 423 relie Pontmort à Pessat-Villeneuve tandis que la RD 424 relie Pontmort à La Moutade.

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

La gare de Pontmort est desservie par des trains TER Auvergne reliant les gares de Gannat (plus rarement Montluçon) et de Clermont-Ferrand.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Des transports scolaires sont assurés entre Cellule, Pontmort, Saulnat et la commune voisine de Davayat, en période scolaire[C 1]. Une ligne scolaire, gérée par la communauté de communes, assure la desserte vers les collèges et lycées de Riom[C 2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le plan local d'urbanisme a été approuvé par le conseil municipal du [C 3].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 419 logements, contre 327 en 2007. Parmi ces logements, 92,6 % étaient des résidences principales, 2,4 % des résidences secondaires et 5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 95,5 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 4,5 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 89,2 %, en baisse sensible par rapport à 2007 (90,8 %). La part de logements HLM loués vides était de 0,5 % (contre 0,7 %)[a 2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune chef-lieu, Cellule, possédait plusieurs transcriptions : Cellolio au XIIIe siècle, Celuille au XIVe siècle, Celloule au XVe siècle puis Celeulle au XVIe siècle. Ces orthographes sont issues de la même racine, cella, désignant « un lieu retiré, soit une cave (cellier), soit une pièce consacrée à la prière et la retraite solitaire (cellule de moine) »[C 4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Située dans la plaine de la Limagne, Cellule est une petite commune éclatée en trois hameaux : Cellule, Saulnat et Pontmort. Jusqu'au XIXe siècle, le bourg était chef-lieu de La Moutade et du Cheix-sur-Morge, qui étaient rattachés à Cellule.

La commune était connue grâce au séminaire des pères du Saint-Esprit fondé en 1856, dont le rayonnement s'étendait au monde entier avec ses missionnaires qui partaient dans les colonies. Les pères spiritains sont partis et l'établissement est devenu aujourd'hui un foyer d'accueil pour handicapés. Les locaux ont servi de cadre au tournage du film La Meilleure Façon de marcher[C 5].

Le , les communes de Cellule et La Moutade fusionnent pour former Chambaron-sur-Morge[C 6],[3]. Les deux communes ont choisi de fusionner face à la baisse des dotations de l'État. La mairie de la nouvelle commune sera installée dans les locaux de la mairie de La Moutade[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de trois adjoints, d'un conseiller municipal délégué et de dix conseillers municipaux[C 7].

Liste des maires délégués[modifier | modifier le code]

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016 en cours Philippe Gaillard[5]    

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[C 8]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1795 Michel Montel    
1795 1800 agents municipaux    
1800 1812 Jean Demay    
1812 1829 Paul-Amable Ferrand de Fontorte    
1829 1830 Marien Vidal    
1830 1831 Antoine Duchamp   Avocat à Riom
1831 1836 Robert Fargette   Cabaretier
1836 1837 Claude Garron   Avocat à Riom
1837 1855 Antoine Duchamp    
1855 1870 Louis Dupuy    
1870 1876 Gabriel Mignot    
1876 1878 Louis François Guillaume Huguet   Avocat à Riom
1878 1880 Henri de Fretat    
1880 1887 Gilbert Taragnat    
1887 1900 Joseph Moignon    
1900 1904 Blaise Court    
1904 1916 Gabriel Mignot    
1916 1921 Marien Deat   fonction de 1916 à 1919
1921 1950 Jean Demay    
1950 1977 Jean Lescure    
1977 1983 Paul Gaillard    
mars 1983 2005 Colette Demay   Vice-présidente de Riom-Communauté
chargée de la culture
2005 mars 2014 Pierre Chaput    
mars 2014 décembre 2015 Philippe Gaillard[6]    

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Au niveau administratif, Cellule dépendait en 1793 du district de Riom, puis de l'arrondissement de Riom depuis 1801[7] ; ainsi que du canton d'Artonne en 1793 puis de Riom-Est de 1801[7] à mars 2015 : à la suite du redécoupage cantonal appliqué en 2015, la commune est rattachée au canton de Riom[8].

Au niveau judiciaire, Cellule dépend de la cour administrative d'appel de Lyon, de la cour d'appel de Riom, du de Clermont-Ferrand, de la cour d'assises du Puy-de-Dôme à Riom, du tribunal d'instance de Riom, des tribunaux administratif, de grande instance et de commerce de Clermont-Ferrand[9].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 159 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 324 1 514 1 689 1 756 2 027 2 112 2 103 2 120 2 158
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 139 2 201 1 987 949 977 976 942 866 883
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
830 570 650 659 659 639 671 561 505
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
430 461 450 534 726 670 911 973 1 151
2013 - - - - - - - -
1 159 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,1 %)[a 3] est en effet inférieur au taux national (23,6 %) et au taux départemental (25,8 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,65 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

Pyramide des âges de Cellule en 2012 en pourcentage[a 4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,2 
3,7 
75 à 89 ans
4,8 
10,6 
60 à 74 ans
12,7 
18,7 
45 à 59 ans
19,1 
32,1 
30 à 44 ans
29,7 
11,9 
15 à 29 ans
10,4 
22,8 
0 à 14 ans
23,1 
Pyramide des âges du Puy-de-Dôme en 2012 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,3 
6,9 
75 à 89 ans
10,8 
15,7 
60 à 74 ans
16,2 
20,8 
45 à 59 ans
20,3 
19,8 
30 à 44 ans
18,2 
19,2 
15 à 29 ans
17,7 
17 
0 à 14 ans
15,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Cellule dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère l'école élémentaire publique Marius-Pourtier[12].

La commune possède, depuis 1999, un regroupement pédagogique avec Davayat. Aussi, les élèves de maternelle (petite, moyenne et grande section), de CP et de CE1 suivent les cours à Davayat, les CE2, CM1 et CM2 à Cellule[C 9].

Il existe aussi l'école élémentaire privée Sainte-Philomène[12]. Elle assure les cours de la maternelle au CM2, les lundis, mardis, jeudis et vendredis[C 10].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège Champclaux de Châtel-Guyon ou au collège Michel-de-l'Hospital à Riom[13] puis, à Riom, au lycée Virlogeux pour les filières générales et STMG ou au lycée Pierre-Joël-Bonté pour la filière STI2D[14].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage s'élevait à 39 230 €, ce qui plaçait Cellule au 3 629e rang des communes de plus de 49 ménages en métropole[15].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 771 personnes, parmi lesquelles on comptait 69,6 % d'actifs dont 66,3 % ayant un emploi et 3,4 % de chômeurs[a 5].

On comptait 272 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 513, l'indicateur de concentration d'emploi est de 53,1 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[a 6].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Cellule comptait 35 entreprises : une dans l'industrie, quatorze dans la construction, dix-sept dans le commerce, les transports et les services divers et trois dans le secteur administratif[a 7].

En outre, elle comptait 37 établissements[a 8].

Commerce[modifier | modifier le code]

La base permanente des équipements de 2014 ne recense aucun commerce[16].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Au , la commune ne comptait ni hôtels[a 9], ni campings[a 10], ni aucun autre hébergement collectif[a 11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église.

Cellule ne compte aucun édifice inscrit ou classé aux monuments historiques.

Dans l'église, le bas-relief, du XVe siècle, est classé monument historique au titre objet le [17].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

Dossier relatif à la commune (page consultée le 28 décembre 2015) :

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  4. POP T3 – Population par sexe et âge en 2012.
  5. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 – Emploi et activité.
  7. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  8. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  9. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au .
  10. TOU T2 – Nombre et capacité des campings au .
  11. TOU T3 – Nombre d'autres hébergements collectifs au .

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. « Transports primaires » (consulté le 28 décembre 2015).
  2. « Transports Secondaires » (consulté le 28 décembre 2015).
  3. « Plan Local d'Urbanisme » (consulté le 28 décembre 2015).
  4. Dominique Hopp, « [Le nom de Cellule] : Petite Histoire »,‎ (consulté le 28 décembre 2015).
  5. Dominique Hopp, « [Les cent cinquante ans du séminaire] La ville : 1856-2006 »,‎ (consulté le 28 décembre 2015).
  6. « Commune Nouvelle » (consulté le 28 décembre 2015).
  7. « Conseil Municipal » (consulté le 28 décembre 2015).
  8. Dominique Hopp, « [Les maires de la commune depuis 1972 (sic)] : La ville »,‎ (consulté le 28 décembre 2015).
  9. « Ecole publique » (consulté le 28 décembre 2015).
  10. « Ecole privée » (consulté le 28 décembre 2015).

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Cellule », sur Lion 1906.
  2. Carte de Cellule sur Géoportail.
  3. Direction des collectivités territoriales et de l'environnement, « Arrêté no 15-01709 prononçant la création de la commune nouvelle « CHAMBARON-SUR-MORGE » » [PDF], Recueil des actes administratifs no 78, Préfecture du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 28 décembre 2015), p. 234-238.
  4. Julien Privat et Fabien Gandilhon, « Puy-de-Dôme : Fusion de Cellule et La Moutade au 1er janvier 2016 », sur France 3 Auvergne,‎ (consulté le 28 décembre 2015).
  5. Communes déléguées.
  6. Liste des maires 2014 [PDF], site de la préfecture du Puy-de-Dôme, 9 avril 2014 (consulté le 24 juin 2014).
  7. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  9. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », Ministère de la Justice (consulté le 28 décembre 2015).
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  11. « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Département du Puy-de-Dôme (63) », Insee (consulté le 28 décembre 20152).
  12. a et b « Annuaire : Résultats de recherche », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 28 décembre 2015).
  13. « SECTORISATION - DEPARTEMENT du PUY-DE-DÔME » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  14. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  15. Revenus fiscaux localisés des ménages [zip], Insee, données 2011.
  16. « Base permanente des équipements : commerce » [zip], Insee,‎ .
  17. « bas-relief : l'Annonciation », base Palissy, ministère français de la Culture.