Cellobiose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la biologie image illustrant un composé chimique
Cet article est une ébauche concernant la biologie et un composé chimique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Cellobiose
Structure chaise du Cellobiose
Structure chaise du Cellobiose
Identification
Nom UICPA β-D-glucopyranosyl-(1→4)-D-glucopyranose
Synonymes

Cellose
4-O-β-D-Glucopyranosyl-D-glucose
D-Glucosyl-β-(1→4)-D-glucose
Cellodextrin 2

No CAS 528-50-7 D-(+)
16462-44-5
23315-16-4
No EINECS 208-436-5 D-(+)
PubChem 10712
Apparence Solide blanc
Propriétés chimiques
Formule brute C12H22O11  [Isomères]
Masse molaire[1] 342,2965 ± 0,0144 g/mol
C 42,11 %, H 6,48 %, O 51,42 %,
Propriétés physiques
fusion 225 °C décompose[2]
Solubilité Soluble dans l'eau (14 % à 20 °C).
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le cellobiose est le produit de la dégradation de la cellulose.

Structure et propriétés[modifier | modifier le code]

Structure[modifier | modifier le code]

Le cellobiose est diholoside (figures 1 et 2) dont la formule brute est C12H22O11. Sa masse molaire est, comme tous les diholosides, de 342 g.mol−1.

Son nom officiel est le β-D-glucopyranosyl(1→4)D-glucopyranose. Il peut être symbolisé par Glc-Glc[2].

Propriétés physiques[modifier | modifier le code]

Sa solubilité dans l'eau est de 14 % à 20 °C.

Propriétés chimiques[modifier | modifier le code]

Le cellobiose est un sucre réducteur, le carbone hémiacétalique du glucose est libre.

Hydrolyse[modifier | modifier le code]

La β-glucosidase hydrolyse le cellobiose en glucose (2 moles de Glc par mole de cellobiose).

Pouvoir sucrant[modifier | modifier le code]

Le pouvoir sucrant du cellobiose en solution dans l'eau est de 30 % quand le pouvoir sucrant du sucrose est 100 %[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a et b (en) (en) Peter M. Collins, Dictionary of carbohydrates, CRC Press,‎ , 1282 p. (ISBN 0849338298), p. 234
  3. (en) Tsuneyuki Oku & Sadako Nakamura, « Digestion, absorption, fermentation, and metabolism of functional sugar substitutes and their available energy. », Pure Appl. Chem., vol. 74, no 7,‎ 2002, p. 1253–1261 (lire en ligne) [PDF]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]