Celle-Lévescault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Celle-Lévescault
Celle-Lévescault
Église de Celle-Lévescault
Blason de Celle-Lévescault
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Poitiers
Intercommunalité Communauté urbaine du Grand Poitiers
Maire
Mandat
Frédéric Leonet
2020-2026
Code postal 86600
Code commune 86045
Démographie
Gentilé Célestins
Population
municipale
1 356 hab. (2017 en augmentation de 1,42 % par rapport à 2012)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 25′ 28″ nord, 0° 11′ 18″ est
Altitude Min. 90 m
Max. 159 m
Superficie 42,67 km2
Élections
Départementales Canton de Lusignan
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Celle-Lévescault
Géolocalisation sur la carte : Vienne
Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Celle-Lévescault
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Celle-Lévescault
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Celle-Lévescault
Liens
Site web cc-paysmelusin.fr/Celle-l-Evescault.html

Celle-Lévescault[1], également nommée localement Celle-l'Évescault[2] est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à quelques kilomètres de Lusignan, dans le département de la Vienne. Le bourg est situé aussi à 8 km, à l'ouest, de Vivonne par les routes départementales D 742 et D 141.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La région de Celle-L'évescault présente un paysage de plaines vallonnées plus ou moins boisées, de bocages et de vallées.

Le terroir se compose[3] :

  • d'argile à silex peu profonde pour 43 % sur les plateaux du seuil du Poitou,
  • de calcaires pour 4 % dans les vallées et les terrasses alluviales,
  • de Terres Rouges (ce sont des sols couleur acajou, siliceux, dérivés d’argiles ferrugineuses à silex provenant d’épandages superficiels du Massif Central) pour 38 % sur les plateaux,
  • de groies profondes pour 14 % sur les plaines; les groies sont des terres du sud-ouest de la France, argilo-calcaires, peu profondes - en général de moins de 50 cm d’épaisseur – et plus ou moins riches en cailloux. Elles sont fertiles et saines et donc, propices à la polyculture céréalière mais elles s’assèchent vite.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par 12 km de cours d'eau dont le principal est la Vonne sur une longueur de 7 km. Comme pour l'ensemble de la région Poitou-Charentes, la commune a vu la qualité de son eau se dégrader ces dernières années. Au déficit récurrent s'ajoute une pollution engendrée par les diverses activités humaines, notamment agricoles. Ainsi, la commune se situe en zone de répartition des eaux, où l'on observe une insuffisance chronique des ressources en eau par rapport aux besoins. Par ailleurs, elle est concernée par le classement en zones sensibles, où une élimination plus poussée des paramètres azote et/ou phosphore présents dans les eaux usées est nécessaire pour lutter contre les phénomènes d’eutrophisation[réf. nécessaire].

131 mares ont été répertoriées sur l’ensemble du territoire communal (30 000 recensées dans la région de Poitou-Charentes). Les mares de Poitou-Charentes ont été créées par l'homme, notamment pour répondre aux besoins en eau des habitants (mares communautaires), du cheptel ou à la suite d'activités extractives (argile, marne, pierres meulières). Très riches au niveau botanique, elles jouent un rôle majeur pour les batraciens (tritons, grenouilles), les reptiles (couleuvres) et les libellules. Elles sont un élément symbolique du patrimoine rural et du maintien de la biodiversité en zone de plaine et de bocage[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est formé sur Cella, l'église, et episcopia, appartenant à l'évêque[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Appelé sous les Romains Sellense Castrum, ils y auraient fondé un temple en l'honneur de Vénus, sur un ancien site sacré gaulois pendant la Gaule romaine. Ce site a été révélé lors de fouilles au château de la Grange[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 mars 2008 Marcel Hubert-Venault[7] DVD  
2008 mai 2020 Patrick Bouffard[8]    
2020 En cours Frédéric Léonet[9]    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune a été labellisée « une fleur » par le Conseil national de villes et villages fleuris de France[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Célestins[11].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2017, la commune comptait 1 356 habitants[Note 1], en augmentation de 1,42 % par rapport à 2012 (Vienne : +1,59 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3551 4051 3561 4101 5471 4901 4581 5331 558
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6191 5831 5221 5321 5501 5791 5941 6281 590
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6011 5681 5381 3721 2701 2111 2151 1051 120
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 0829928791 0351 0781 0601 2561 2841 337
2017 - - - - - - - -
1 356--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Celle-Lévescault compte deux acteurs économiques principaux : la CEREP dans le domaine de la recherche pharmaceutique, et l’entreprise SOCARI, spécialisée dans la fabrication de bennes de camions.

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes, il y a 41 exploitations agricoles en 2010 contre 42 en 2000[16].

Les surfaces agricoles utilisées ont diminué et sont passées de 2 939 hectares en 2000 à 2 870 hectares en 2010. 45 % sont destinées à la culture des céréales (majoritairement du blé tendre mais aussi orges et maïs), 26 % pour les oléagineux (colza et tournesol), 14 % pour le fourrage et 9 % reste en herbes. En 2010, 2 hectares (1 en 2000) sont consacrés à la vigne. Le vignoble, en 2010, est exploité par 9 fermes (4 en 2000)[16].

15 exploitations en 2010 (contre 20 en 2000) abritent un élevage de bovins (2 139 têtes en 2010 contre 2 094 têtes en 2000)[16]. C’est un des troupeaux de bovins les plus importants de la Vienne qui rassemblent 48 000 têtes en 2011[17].

11 exploitations en 2010 (contre 13 en 2000) abritent un élevage d'ovins (935 têtes en 2010 contre 407 têtes en 2000). L'élevage de volailles a connu une petite baisse: 266 têtes en 2000 répartis sur 18 fermes contre 148 têtes en 2010 répartis sur 12 fermes[16].

L'élevage de chèvres est le plus important et est largement dominant: 6 389 têtes en 2010 répartis sur 5 exploitations (4 763 têtes en 2000 sur 7 fermes)[16]. La vocation laitière du troupeau est très forte. Moins de 2 % des élevages caprins sont non laitiers en 2000. La quasi-totalité de la production laitière, en constante augmentation (de 2000 à 2011 : + 44 %[18]) est livrée à l’industrie agro-alimentaire soit 96 % des 485 000 hectolitres récoltés dans l’ensemble du département de la Vienne en 2004. La production de fromage à la ferme reste très marginale et ne représente que 1 % de la production de lait et 6 % des fermes. 75 % des élevages sont basés sur un système de production de type hors sol, la surface agricole étant destinée essentiellement dans ce cas, à la production de fourrage. 75 % de ces exploitations n’élèvent que des chèvres. Le dynamisme de cet élevage, l’accent porté sur la qualité des produits a permis d’obtenir les AOC « chabichou du Poitou » et « Sainte Maure de Touraine » pour les fromages produits[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

L'arbre de la liberté[modifier | modifier le code]
  • Un arbre de la liberté planté en 1989 est arraché en 2009, et le bocal contenant le nom des enfants qui l’ont planté est retrouvé dans ses racines[7].

Arbre remarquable[modifier | modifier le code]

Selon l'Inventaire des arbres remarquables de Poitou-Charentes[20], il y a un arbre remarquable sur la commune qui est chêne rouvre.

La forêt de Saint-Sauvant[modifier | modifier le code]

À quelques kilomètres au sud de Lusignan, la forêt de Saint-Sauvant est une vaste chênaie de 800 ha qui couvre 9 % du territoire communal. Elle fait partie d’un espace de 2 000 ha classé comme zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)[21]. Elle occupe un vaste plateau dont l’altitude moyenne est de 140 mètres. Ce plateau appartient à une entité géologique originale qui s’étend sur une vaste zone à cheval sur le sud-est du département des Deux-Sèvres, le nord du département de la Charente et le sud-ouest du département de la Vienne. Ce sont les «Terres Rouges à châtaigniers ». Sur ce type de sol et dans le contexte climatique local caractérisé par une pluviométrie assez forte (jusqu’à 900 mm/an) pour la région, la forêt est surtout caractérisée par la présence d'une chênaie où le chêne sessile est dominant. Il est généralement accompagné du chêne pédonculé et du hêtre. Le châtaignier autrefois introduit par l’homme est de nos jours totalement naturalisé. Avec quelques plantations de conifères, ils apportent un peu de diversité à la forêt de Saint-Sauvant.

La forêt abrite une riche avifaune dominée par les rapaces comme c’est souvent dans les forêts de surface importante. Il est ainsi possible d’observer :

La flore présente un intérêt moindre que l’avifaune. Toutefois, il est possible de découvrir certaines espèces rares telles que :

  • Le Blechnum piquant.
  • Le hêtre d’Europe : C’est une essence plutôt montagnarde rare dans les plaines de Poitou-Charentes.
  • La Scille printanière : c’est une petite liliacée des régions atlantiques, proche ici de sa limite orientale de distribution dans la région.

La forêt est gérée par l'Office National des Forêts.

La forêt est exploitée pour la production de bois d'œuvre.

Plusieurs sentiers pédestres balisés ont été aménagés: un parcours du souvenir (guerre de 39-45), et des circuits équestre et VTT. La forêt est, aussi, traversée par le GR 364 qui rejoint les bois du Grand Parc de Lusignan à ceux de Rom dans le département des Deux-Sèvres. Un sentier de découverte permet d'agrémenter la balade familiale dans la nouvelle aire d'accueil de la partie sud de la forêt. Dans la partie nord, le sentier des mares permet de découvrir une faune et une flore très caractéristiques des milieux humides.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Étienne est un témoignage médiéval de style angevin : en partie romane, avec un chœur à chevet plat du XIIIe siècle, elle serait contemporaine du château épiscopal et du prieuré, aujourd'hui disparus. Cet édifice est formé d'une nef unique et d'un chœur carré ; le clocher-porche a été rajouté au XVe siècle. L'église est classée monument historique depuis 1914.
  • La source Saint-Macoux a fait l'objet, jusqu'à la fin du XIXe siècle, d'une dévotion populaire en raison de ses vertus curatives. Saint Macou (ou Maclou ou Malo) a laissé son nom à de nombreuses fontaines dans le Poitou ; le saint était invoqué pour la guérison des enfants malades, plus particulièrement les enfants rachitiques et fragiles, appelés les macouins. La pratique consistait à immerger le petit malade quelques secondes dans la fontaine. Le culte de saint Macou était très répandu dans la région Poitou-Charentes.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Pont médiéval sur la Vonne.
  • Château de la Livraie : c'est une grande maison bourgeoise, construite au milieu d'un parc arboré traversé par une rivière.
  • La tour du guet est le seul vestige de l'ancien château épiscopal.
  • Le château de Lavau, dont la porte est inscrite comme monument historique depuis 1935.
  • Le château de La Grange, ayant appartenu à l'illustre famille Babinet entre 1866 et 1872. Plus récemment, lors de travaux d'écoulement d'eau, trois fragments de colonnes provenant d'un temple gallo-romain ont été trouvés à environ 1,5 m de profondeur[22]. Selon l'abbé Jarlit, écrivain du XIXe siècle, un temple de Vénus est resté dans la tradition à cet endroit, construit sur un ancien lieu sacré gaulois[6]
  • Le logis de la Tiffanelière est inscrit comme monument historique depuis 2002 pour le logis, les communs, le portail, l'enclos, le cimetière, la remise, le hangar, l'écurie, l'étable et le four à pain.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Georges Thenault est né le 15 décembre 1887 à Celle-Lévescault et mort le 19 décembre 1948 à Paris. C'est un aviateur militaire français de la Première Guerre Mondiale. Il fut le commandant de l'Escadrille La Fayette, célèbre unité aérienne française, entre avril 1916 et janvier 1918. Décoré de la Légion d'Honneur en 1916, de la Croix de Guerre à 4 palmes de bronze, de la Distinguished Service Cross britannique et Officier de l'Ordre de Léopold II de Belgique.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Celle-Lévescault Blason
Parti d'un coupé de ??? au pont du lieu de ??? maçonné de ??? sur une champagne ondée de ???, et de ??? à un chevron de ??? accompagné de trois étoiles de six rais de ??? flamboyantes et percées ; et de ??? à un évêque de ???[23].
Détails
Coats of arms of None.svg Une couleur n'est pas précisée dans le blasonnement ci-dessus.
Veuillez faire apparaître la couleur inconnue en blanc (table d'attente) et l'argent en gris
.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • abbé Jarlit, érudit du XIXe siècle, Austrapius et le « Sellense castrum » de Grégoire de tours, t. 8, 71-96 p.[24], « Le Sellense Castrum désignerait ce que nous appelons aujourd’hui Celle-L’Evescault »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune de Celle-Lévescault (86045) », sur le site du Code officiel géographique.
  2. « Celle-l'Évescault », sur le site de la Communauté de communes.
  3. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charentes - 2007
  4. Mares répertoriées par maille, d’après cartes IGN, dans l’Inventaire des mares de Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature 2003.
  5. Géraud Lavergne, « Les noms de lieux d'origine ecclésiastique » (sic), Revue d'histoire de l'Église de France, Tome 15, no 68, 1929, p. 324.
  6. a et b « Celle-L’Evescault ou le Sellense Castrum », sur Émergence — Art & science
  7. a et b Denys Fretier, « L’Arbre arraché crée la polémique », Centre-Presse, samedi 25-dimanche 26 avril 2009, p 4
  8. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  9. [1]
  10. Site des villes et villages fleuris, consulté le 24 décembre 2017.
  11. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  16. a b c d et e Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  17. Agreste – Bulletin no 12 de mai 2013
  18. Panorama de l’Agriculture en Vienne – juin 2012 – Chambre d’Agriculture de la Vienne
  19. Agreste – Bulletin no 11 de décembre 2005
  20. Poitou-Charentes Nature, 2000
  21. Secrétariat scientifique de l'inventaire des ZNIEFF, DREAL Poitou-Charentes , 2011
  22. Le château de la Grange sur le site de la communauté de commune du Pays Mélusin
  23. « 86045 Celle-Lévescault (Vienne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 13 décembre 2019)
  24. « Austrapius et le « Sellense castrum » de Grégoire de tours », « Celle-L’Evescault ou le Sellense Castrum »