Ceinture de feu du Pacifique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte de la ceinture de feu du Pacifique (en rouge) correspondant aux régions de forte densité de volcans ; les traits bleus sont les principales fosses océaniques.

La ceinture de feu du Pacifique, appelée aussi ceinture circum-pacifique, est une expression employée pour désigner l'alignement de volcans qui borde l'océan Pacifique sur la majorité de son pourtour, soit environ 40 000 kilomètres[1].

Cet alignement de volcans coniques tous situés exclusivement sur les côtes ou les îles, coïncide avec un ensemble de limites de plaques tectoniques et de failles. Ces limites sont également marquées par les principales fosses océaniques de la planète.

Description[modifier | modifier le code]

Les volcans de subduction font partie de la ceinture sismique péripacifique.

La ceinture de feu compte 452 volcans, soit 75 % des volcans émergés de la planète, qu'ils soient actifs ou éteints[1]. Cette concentration s'explique par la subduction de plaques océaniques (principalement les plaques Nazca, Cocos, Juan de Fuca et Pacifique) sous des plaques moins denses (principalement sud-américaine, caraïbe, nord-américaine, d'Okhotsk, philippine et australienne). Le volcanisme de subduction donne le plus souvent naissance à des volcans gris.

Le jeu de ces plaques tectoniques est aussi à l'origine de fréquents séismes (90 % des tremblements de terre et 80 % des plus grands tremblements dans le monde)[1].

Les volcans de la ceinture de feu du Pacifique sont donc principalement des volcans de subduction, qui s'organisent en arcs volcaniques continentaux (chaînes ou cordillères volcaniques) pour les volcans de marge continentale (Amérique), ou en arcs volcaniques insulaires.

La ceinture de feu du Pacifique fait partie des trois zones d'activité sismique les plus importantes de la planète, avec la dorsale médio-atlantique et la ceinture alpine.

Dans le sens anti-horaire, de la pointe méridionale de l'Amérique du Sud à la Nouvelle-Zélande, ces arcs continentaux et arcs insulaires sont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Michael Allaby, A Dictionary of Geology and Earth Sciences, OUP Oxford, (lire en ligne), p. 499.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :