Cecilia Krieger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Krieger.

Cypra Cecilia Krieger Dunaij (9 avril 1894 à Jasło- ) est une mathématicienne polonaise. Elle nait à Jasło en Galicie, dans l'empire autrichien, aujourd'hui ville polonaise. Ses parents, Moses et Sarah Krieger, étaient négociants. Cécila a été élevée dans une famille de cinq enfants; elle avait, en effet, deux frères et deux sœurs. Cecilia Krieger a fréquenté l'école en Pologne jusqu'en 1919, puis a intégré l'université de Vienne pour y étudier la physique mathématique.

Biographie[modifier | modifier le code]

La persécution des juifs a transformé la vie de la famille Krieger en un enfer, ce qui a conduit son frère Samuel à envoyer sa mère et ses sœurs au Canada. En 1920, quand la famille est arrivée dans ce pays, Cecilia intègre l'université de Toronto. Ce n'est pas simple pour elle, car elle ne parle qu'à peine anglais, à cela s'ajoute le fait qu'elle doit travailler dans une auberge pour payer ses études. Malgré ces difficultés, elle obtient son bachelor en 1924 et son master en 1925.

Elle reste ensuite à l'université pour continuer des recherches sous la direction de W J Webber. Sa thèse de doctorat a pour thème la sommabilité des suites trigonométriques avec des propriétés localisées - sur des constantes de Fourier et des facteurs de convergence doubles séries de Fourier. Cette thèse a été éditée en deux parties, la première en 1928 et la seconde en 1930. Quand elle fut faite docteure de l'université de Toronto, Krieger fut la troisième femme titulaire d'un doctorat dans tout le Canada et la première en mathématiques.

Cecilia Krieger a passé une année à l'université de Göttingen au cours de laquelle elle a travaillé pour soutenir financièrement ses sœurs, leur père étant décédé dans un accident de voiture. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a pris soin d'une famille de juifs réfugiés au Canada.

En 1942, elle a été promue professeur assistant et a continué à enseigner à l'université dans les départements de mathématiques et de technologie jusqu'en 1962. Elle s'était mariée en 1953 avec Zygmund Dunaij, un survivant juif des camps nazis, expatrié au Canada. Après sa retraite officielle, Cecilia Krieger a continué à enseigner à l'université de Toronto, jusqu'au décès de son mari en 1968. Après quoi, elle a enseigné à Upper Canada College jusqu'à sa mort, à l'âge de 80 ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Cecilia Krieger est surtout connue pour sa traduction anglaise de l'introduction de Sierpinski à la topologie générale (1934 et 1952). Dans ce dernier livre, elle a écrit une annexe de 30 pages sur la théorie des cardinaux et des ordinaux infinis. On doit également mentionner son travail pour la Fédération canadienne des femmes diplômées des universités. Elle a fortement soutenu des femmes pouvant réussir en mathématiques, mais quand on lui demandait la véritable chance qu'avait une femme de réussir, elle répondait : « Ca dépend d'elle! ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]