Cecília Meireles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cecília Meireles
Naissance
Rio de Janeiro
Brésil
Décès
Rio de Janeiro
Brésil
Nationalité Drapeau du Brésil Brésil
Activité principale
Auteur
Mouvement Modernisme
Genres

Cecília Benevides de Carvalho Meireles (Rio de Janeiro, 7 novembre 1901 — Rio de Janeiro, 9 novembre 1964) est une poétesse, professeur et journaliste brésilienne. Elle est considérée comme l'une des poétesses des plus importantes de la langue portugaise et l'un des grands noms du modernisme brésilien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cecília Meireles est née le 7 novembre 1901 dans le quartier de Tijuca, à Rio de Janeiro (Brésil). Elle est la fille du fonctionnaire Carlos Alberto de Carvalho Meireles et de la professeur Matilde Benavides Meireles. Cecília Meireles est élevée par sa grand-mère maternelle Jacinta García Benavides en raison du décès de ses parents alors qu'elle est encore très jeune. Elle commence à écrire de la poésie dès l'âge de 9 ans.

En 1919, âgée de 18 ans, Cecília Meireles publie son premier recueil de poésie, Espectros. Entre 1919 et 1927, elle écrit pour les magazines Arvore Nova et Terra do Sol.

En 1922, elle se marie avec l'artiste plasticien portugais Fernando Correia Dias avec qui elle aura trois filles, Maria Elvira, Maria Matilde et Maria Fernanda. La plus connue d'entre elles est Maria Fernanda Meireles Correia Dias, qui deviendra actrice.

En 1935, Fernando Correia Dias se suicide à la suite d'une dépression. Cecília Meireles se marie à nouveau en 1940 au professeur et ingénieur agronome Heitor Vinícius Da Silveira Grilo[1].

Cecília Meireles se distingue par ses nombreuses publications relatives à l'éducation. Elle écrit également de nombreux poèmes pour enfants. En 1934, elle crée la première bibliothèque pour enfants du Brésil.

Elle participe à la fin des années 1930 à plusieurs conférences sur la littérature brésilienne au Portugal. Durant cette même période, elle participe activement à la rédaction du journal A Manhã et du magazine Observador Econômico.

En 1940, elle donne des cours de littérature et culture brésilienne à l'Université du Texas à Austin (États-Unis). Cecília Meireles voyage beaucoup en Amérique dans les années 1940, notamment aux États-Unis, en Uruguay, au Mexique, en Argentine et au Chili. En 1953, elle participe à un colloque sur l’œuvre de Gandhi à Goa (Inde). Elle apprend le sanskrit et le hindi et obtient le titre de Docteur honoris causa pour ses traductions des livres de Rabindranath Tagore. Elle traduit également plusieurs œuvres de Federico García Lorca, Virginia Woolf, Alexander Pushkin et Rainer Maria Rilke, entre autres[2].

L'œuvre de Cecília Meireles est influencée par de nombreux mouvements littéraires mais est tout de même considérée comme étant très personnelle.

Cecília Meireles meurt d'un cancer le 9 novembre 1964 à Rio de Janeiro, à l'âge de 63 ans.

Hommages et distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Espectros, 1919
  • Criança, meu amor, 1923
  • Nunca mais, 1923
  • Poema dos Poemas, 1923
  • Baladas para El-Rei, 1925
  • O Espírito Vitorioso, 1929
  • Saudação à menina de Portugal, 1930
  • Batuque, samba e Macumba, 1933
  • A Festa das Letras, 1937
  • Viagem, 1939
  • Vaga Música, 1942
  • Poetas Novos de Portugal, 1944
  • Mar Absoluto, 1945
  • Rute e Alberto, 1945
  • Rui — Pequena História de uma Grande Vida, 1948
  • Retrato Natural, 1949
  • Problemas de Literatura Infantil, 1950
  • Amor em Leonoreta, 1952
  • Doze Noturnos de Holanda e o Aeronauta, 1952
  • Romanceiro da Inconfidência, 1953
  • Poemas Escritos na Índia, 1953
  • Batuque, 1953
  • Pequeno Oratório de Santa Clara, 1955
  • Pistoia, Cemitério Militar Brasileiro, 1955
  • Panorama Folclórico de Açores, 1955
  • Canções, 1956
  • Giroflê, Giroflá, 1956
  • Romance de Santa Cecília, 1957
  • A Bíblia na Literatura Brasileira, 1957
  • A Rosa, 1957
  • Obra Poética,1958
  • Metal Rosicler, 1960
  • Poemas de Israel, 1963
  • Antologia Poética, 1963
  • Solombra, 1963
  • Ou isto ou Aquilo, 1964
  • Escolha o Seu Sonho, 1964

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Cecilia Meireles: biografía y obra - AlohaCriticón », sur AlohaCriticón (consulté le 15 mars 2016)
  2. « Cecilia Meireles - Poetry & Biography of the Famous poet - All Poetry », sur allpoetry.com (consulté le 15 mars 2016)