Cavillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cavillon
L'entrée nord du village.
L'entrée nord du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Ailly-sur-Somme
Intercommunalité Communauté de communes Nièvre et Somme
Maire
Mandat
Jean-Philippe Delfosse
2014-2020
Code postal 80310
Code commune 80180
Démographie
Gentilé Cavillonnais
Population
municipale
102 hab. (2014 en diminution de 6,42 % par rapport à 2009)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 55′ 23″ nord, 2° 05′ 05″ est
Altitude Min. 40 m
Max. 126 m
Superficie 5,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Cavillon

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Cavillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cavillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cavillon

Cavillon est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à 6 kilomètres de l'ancien chef-lieu de canton Picquigny et à 22 kilomètres à l'ouest de la capitale picarde, Amiens, Cavillon est un petit village fleuri, entouré de champs et de bois, traversé du nord au sud par la départementale 95.

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • L'important bois de Cavillon, dit Bois de Tenfol, prolonge le parc du château.
  • La Briqueterie, à proximité, garde des traces d'une villa gallo-romaine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous la graphie « Cavellon » dès 1166, ce village fut mentionné « Caveillon » en 1301, pour apparaître sous son nom actuel de « Cavillon » en 1567.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de Cavillon existe depuis l'époque gallo-romaine. À la période de labours, des archéologues fouillent encore le sol entre le village et le lieu-dit la Briqueterie, où était construite une villa gallo-romaine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Léonard Obœuf   Agriculteur
mars 1995 mars 2008 Louis Leroy   Agriculteur retraité
mars 2008 en cours
(au 6 mai 2014)
Jean-Philippe Delfosse   Électricien
Réélu pour le mandat 2014-2020[1]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2014, la commune comptait 102 habitants[Note 1], en diminution de 6,42 % par rapport à 2009 (Somme : +0,33 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
226 224 226 238 255 254 243 253 254
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
274 275 274 253 221 200 208 186 182
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
159 145 149 119 104 100 116 104 114
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
94 111 117 116 112 94 108 104 102
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

  • Au centre du village, en face de la place récemment aménagée avec plantations, des terrains pour la pratique de la pétanque et des bancs ont pris place. La plus grande des trois mares dont dispose Cavillon est ombragée de tilleuls et abrite dans ses berges fleuries des nids de poules d'eau et de canes.
  • L'agrément de la commune de Cavillon (bien entretenue malgré un employé municipal partagé avec des communes voisines) est le fruit notamment de l'impulsion fournie par madame Leroy, épouse de l'ancien maire, soucieuse de l'image que reflète le village et à laquelle contribuent les habitants par l'entretien et le fleurissement de leurs propriétés.
  • Classement des villes et villages fleuris : une fleur récompense les efforts locaux en faveur de l'environnement[6]. En 2015, une deuxième fleur est attribuée au village[7].

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • L’école communale étant fermée depuis 1960, les enfants d’âge scolaire, maternelle et primaire, sont désormais scolarisés, selon le choix des parents, soit à Picquigny soit dans le regroupement pédagogique de Fourdrinoy-Oissy-Cavillon avec des services de garderie, restauration scolaire et ramassage scolaire.
  • Le collège de rattachement est celui d’Ailly-sur-Somme.

Loisirs, activités associatives, culturelles et touristiques[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs circuits de randonnée passent sur le territoire de Cavillon (descriptif établi sous forme de panneau par la C.C.O.A.).
  • Bibliothèque communale, tenue par des bénévoles les deuxième et quatrième samedis de chaque mois.
  • Association Vivre à Cavillon.
  • Soirée crêpes en février.
  • La fête locale a lieu en mai. Des concours de pétanque sont alors organisés le samedi et des attractions foraines sont à disposition tout le week-end.
  • Des animations en période de fête de Noël ont lieu le dimanche avant le 25 décembre : un goûter avec les enfants (distribution de jouets par le Père Noël qui apporte également un colis aux aînés) et toute la population est organisé chaque année.
  • Au centre du village, en face de la place récemment aménagée avec plantations, des terrains pour la pratique de la pétanque et des bancs ont pris place. La plus grande des trois mares dont dispose Cavillon est ombragée de tilleuls et abrite dans ses berges fleuries des nids de poules et de canes.

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Pour le culte catholique, la commune dépend de la paroisse Saint-Simon du Molliénois.

Activités économiques et équipements collectifs[modifier | modifier le code]

  • L'employé municipal travaillant à l'entretien des rues du village est un cantonnier commun à plusieurs communes.
  • Typiquement agricole, le village compte sept exploitations agricoles dont un G.A.E.C. de trois membres et une société de quatre agriculteurs.

Leur production concerne la polyculture et l'élevage : nombreuses vaches laitières, deux élevages de porcs, un poulailler de poules pondeuses de plein air.

À la suite de l’application de l’arrêté préfectoral du 2 mai 2007, il sera procédé à la demande du G.A.E.C Caffin, dont le siège social est à Cavillon même, à une enquête publique en vue d’obtenir l’autorisation d’exploitation d’une porcherie (naissance et engraissement) d’une capacité de 16 296 places équivalent porc sur la parcelle ZB 74 B au lieudit le Gaugrez, au milieu d’un triangle composé des communes de Cavillon, Le Mesge, Riencourt.
Sont particulièrement concernées par les risques et inconvénients d’un tel projet les communes de Amiens, Boves, Breilly, Briquemesnil-Floxicourt, Cagny, Crouy-Saint-Pierre, Dreuil-lès-Amiens, Fluy, Fourdrinoy, Le Mesge, Molliens-Dreuil, Oissy, Picquigny, Pissy, Revelles, Riencourt, Saisseval, Seux, Soues, entre autres.
Dès la troisième semaine de juin 2007, près de 3 000 signatures ont été réunies afin de s'opposer à ce projet, qui fut l'objet de plusieurs titres et articles dans la presse locale (Le Courrier picard, en particulier). L'émoi prit soudain une telle ampleur que des médias nationaux (Europe 1, par exemple) firent parfois état de ce mouvement de fronde régionale, qui n'est aux yeux de certains pas sans rappeler la levée protestataire face au projet du troisième aéroport envisagé dans le Santerre, il y a peu.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

A la sortie Sud du village.
  • L’église, dédiée à saint Nicolas, est en pierres avec clocher bas, couvert d'ardoise. Sur l'abside, on peut lire la date de 1781, mais la nef serait de la fin du XVIe siècle. Les fenêtres quant à elles sont en anse de panier. Au-dessus de la petite porte latérale, un cadran solaire très sobre est gravé. Pour le culte catholique, la commune dépend de la paroisse Saint-Simon du Molliénois.

L'intérieur est couvert d'une voûte en bois plafonnée avec sablières sculptées de motifs végétaux et géométriques. Les blochets sont ornés de têtes humaines (comme dans la plupart des édifices religieux de la région, antérieurs au XIXe siècle, par exemple l'église de Saveuse ou la chapelle de Bovelles), malheureusement empâtés d'un badigeon de chaux blanche. De belles statues en bois polychrome du XVIe siècle voisinent avec d'autres en plâtre polychrome du XIXe siècle. Un christ en Croix en bois polychrome, style art naïf du XVIe siècle, est classé à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques de même qu'une statuette de saint Antoine du XVIe et une statue d'évêque, peut-être saint Nicolas.

  • Le Château de Cavillon : Près de l'église, dans un beau parc planté d'arbres séculaires, le château de Cavillon en brique et pierre, se compose d'un corps de logis construit en 1648 et de deux ailes plus basses mais non saillantes, l'une de 1698, l'autre de 1830. Au début des années 1950, il fut la propriété des Auxiliaires du Clergé de l’abbaye du Gard (sur la rive gauche de la Somme, en aval de Picquigny).
  • À côté, l’ancienne école-mairie, bâtie en 1868 (école fermée en 1960), a été restaurée et aménagée en salle de réunion et bureau du secrétariat de mairie en 1996.
  • De l’autre côté de la départementale 95, qui traverse le village, dans le cimetière ancien, entouré d’un mur de brique, repose le précédent maire du village, Léonard Oboeuf, aux côtés de cinq soldats du Commonwealth.
  • La Chapelle Notre-Dame-des-Victoires, à la sortie du village, en direction de Oissy. Infirmerie pendant la dernière guerre, c'est une chapelle funéraire. Une rosace en fronton et deux "quadrilobes" lui donnent du caractère[8].

Cavillon et le cinéma[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Activités économiques et équipements collectifs[modifier | modifier le code]

  • L'employé municipal travaillant à l'entretien des rues du village est un cantonnier commun à plusieurs communes.
  • Typiquement agricole, le village compte sept exploitations agricoles dont un G.A.E.C. de trois membres et une société de quatre agriculteurs.

Leur production concerne la polyculture et l'élevage : nombreuses vaches laitières, deux élevages de porcs, un poulailler de poules pondeuses de plein air.

À la suite de l’application de l’arrêté préfectoral du 2 mai 2007, il sera procédé à la demande du G.A.E.C Caffin, dont le siège social est à Cavillon même, à une enquête publique en vue d’obtenir l’autorisation d’exploitation d’une porcherie (naissance et engraissement) d’une capacité de 16 296 places équivalent porc sur la parcelle ZB 74 B au lieudit le Gaugrez, au milieu d’un triangle composé des communes de Cavillon, Le Mesge, Riencourt.
Sont particulièrement concernées par les risques et inconvénients d’un tel projet les communes de Amiens, Boves, Breilly, Briquemesnil-Floxicourt, Cagny, Crouy-Saint-Pierre, Dreuil-lès-Amiens, Fluy, Fourdrinoy, Le Mesge, Molliens-Dreuil, Oissy, Picquigny, Pissy, Revelles, Riencourt, Saisseval, Seux, Soues, entre autres.
Dès la troisième semaine de juin 2007, près de 3 000 signatures ont été réunies afin de s'opposer à ce projet, qui fut l'objet de plusieurs titres et articles dans la presse locale (Le Courrier picard, en particulier). L'émoi prit soudain une telle ampleur que des médias nationaux (Europe 1, par exemple) firent parfois état de ce mouvement de fronde régionale, qui n'est aux yeux de certains pas sans rappeler la levée protestataire face au projet du troisième aéroport envisagé dans le Santerre, il y a peu.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 11 avril 2014, p. 20.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  6. Liste des localités figurant au palmarès des villes et villages fleuris.
  7. « La commune distinguée par une deuxième fleur », Courrier picard, vol. édition d'Amiens,‎ , p. 25 (lire en ligne).
  8. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 128 (ASIN B000WR15W8).