Caveat emptor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Caveat emptor est une expression latine signifiant « que l'acheteur soit vigilant ».

Dans certaines juridictions, l'acheteur n'avait aucune garantie sur la qualité des produits. Au XXIe siècle, les lois de plusieurs pays occidentaux exigent que le produit respecte ce pour quoi il est vendu. Cependant, cette garantie implicite peut être difficile à faire respecter, sans compter qu'elle ne s'applique pas à tous les biens. En conséquence, les acheteurs doivent se montrer vigilants.

En plus de la qualité, cette expression s'applique à la politique de retour des marchandises. Dans la plupart des pays, il n'y a pas de contraintes légales qui obligent le vendeur à rembourser ou à échanger. Cependant, plusieurs vendeurs offrent un avoir à la place du remboursement. Dans le cas de logiciels, de films et d'autres produits venant avec un droit d'auteur, plusieurs vendeurs feront un échange pour un produit ayant le même titre. La plupart des magasins exigent un reçu et imposent un délai pour profiter de l'échange ou de l'avoir.

En common law[modifier | modifier le code]

En common law, ce principe est particulièrement important dans les contrats de vente. Car contrairement au droit romano-germanique (Belgique, Pays-Bas, Allemagne, France...) il n'existe pas de système de lésion et la protection du vendeur ainsi que de l'acheteur est faible.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Dans la série télévisée Star Trek : La Nouvelle Génération, Data rapporte que Caveat emptor est considéré comme une devise Ferengi.
  • Dans le roman Ubik, Pat a cette devise tatouée sur l'avant-bras droit.
  • Dans le roman Bazaar, de Stephen King, cette devise est inscrite sur le chariot de Gaunt.
  • Dans Autant en emporte le vent, Rhett Butler conseille à Scarlett de rebaptiser son magasin "Caveat emporium", d'après l'expression "caveat emptor" et le terme également d'origine latine "emporium" (magasin). Ce jeu de mot railleur insinue que Scarlett n'est pas une marchande digne de confiance.

Articles connexes[modifier | modifier le code]