Cautérisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la médecine
Cet article est une ébauche concernant la médecine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

La cautérisation est une technique médicale basée sur l’utilisation de la chaleur ou de produit chimique (comme le nitrate d'argent, l'acide chromique ou l'acide trichloracétique) pour détruire des cellules anormales (par exemple des cellules cancéreuses) ou obturer des vaisseaux sanguins (par exemple dans le cas de saignements de nez à répétition).

Contenu de la trousse d'instruments de cautérisation par la chaleur, d'Ambroise Paré (1624)

Améliorée et diffusée par Ambroise Paré au XVIe siècle, elle se fait généralement par application d'un fer chauffé à blanc sur la plaie, pour stopper l'hémorragie. Auparavant, au Moyen Âge, Abulcassis dans son ouvrage Al-Tasrif promouvait des cautères pour l'hémostase.

Historiquement, la cautérisation était considérée comme un moyen de prévention des infections, mais la recherche actuelle montre qu'en réalité, elle en augmente le risque en causant des dommages supplémentaires aux tissus, procurant ainsi un environnement plus hospitalier au développement des bactéries[1].

Exemples de cautérisations médicales[modifier | modifier le code]

  • La cautérisation du nez est indiquée chez des patients présentant des hémorragies à répétition secondaires à une tâche vasculaire. Le traitement consiste à cautériser les vaisseaux responsables.
  • Le Kératocône utilise la cautérisation chimique pour reformer une cornée
  • Nitrate d'argent : ingrédient actif de la caustique lunaire. Le procédé consiste à entourer une sorte d'aiguille de coton et de tremper celle-ci dans la solution de nitrate d'argent, pour ensuite l'appliquer quelque temps sur les parois de la muqueuse afin de la cautériser.

Cautérisés célèbres[modifier | modifier le code]

  • Louis XIV : cautérisé au palais après qu'il eut été déchiré par l'extraction d'une dent.

Cautérisation chimique[modifier | modifier le code]

Cette expression désigne les formes de brûlures externes ou internes induites par des substances acides ou alcalines, ou des produits tels que le ciment ou les phénols[2].

  • Les acides causent des nécroses, une coagulation et une décoloration des tissus.
  • Les brûlures alcalines (fréquentes dans l'industrie) se traduisent par des protéinates, graisses saponacées avec des lésions parfois profondes. S'agenouiller dans le ciment peut causer des crevasses qui se développent en profondeur et nécessitent parfois une excision suivie d'une greffe de peau[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Peter W Soballe, Narayan V Nimbkar, Isaac Hayward, Thor B Nielsen et William R Drucker, « Electric Cautery Lowers the Contamination Threshold for Infection of Laparotomies », The American Journal of Surgery, vol. 175, no 4,‎ , p. 263–6 (PMID 9568648, DOI 10.1016/S0002-9610(98)00020-8)
  2. a et b Définition et illustrations sur la base de donnée dermatologique DERMIS

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]