Causes perdues et musiques tropicales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Causes perdues et musiques tropicales
Album de Bernard Lavilliers
Sortie
Durée 41:55
Genre Chanson française
Producteur Sylvain Taillet
Label Barclay

Albums de Bernard Lavilliers

Causes perdues et musiques tropicales est le dix-neuvième album studio de Bernard Lavilliers, sorti le . Pour la chanson d’ouverture du disque, Lavilliers retrouve Bonga Kuenda, importante figure de la musique angolaise avec qui il a déjà travaillé en 1988. Le titre de l'album vient d'une discussion avec François Mitterrand dans les années 1980. Alors invité au ministère de la Culture en compagnie d'autres artistes, Lavilliers se voit demander par le Président de la République ce qu'il fait de ses journées. Il répond à cela « comme toujours, je chante des causes perdues sur des musiques tropicales » [1].

Pistes[modifier | modifier le code]

  1. Angola, en duo avec Bonga Kuenda dit « Bonga » — (Bonga Kuenda - Bernard Lavilliers / Bonga Kuenda) — 4:05
  2. L'Exilé — (Bernard Lavilliers / Bonga Kuenda - Bernard Lavilliers) — 3:14
  3. Causes perdues, avec Spanish Harlem Orchestra — (Bernard Lavilliers / Bernard Lavilliers - Xavier Tribolet, arrangement de Oscar Hernández) — 5:26
  4. Je cours — (Bernard Lavilliers, arrangement Fred Pallem) — 4:31
  5. Sourire en coin — (Bernard Lavilliers / Alain Antonelli) — 4:04
  6. Possession — (Adaptation : Bernard Lavilliers sur les motifs de Alfonsina y el mar (Ariel Ramirez / Félix Luna) — 3:07
  7. La nuit nous appartient — (Bernard Lavilliers / Teofilo Chantre) — 3:21
  8. Coupeurs de cannes — (Bernard Lavilliers / Mino Cinelu) — 3:23
  9. Identité nationale — (Bernard Lavilliers / Mino Cinelu - Bernard Lavilliers, arrangement Fred Pallem) — 2:42
  10. La Côte des squelettes — (Bernard Lavilliers) — 3:49
  11. Cafard, avec Spanish Harlem Orchestra — (Adaptation Bernard Lavilliers sur une musique de Ruben Blades, arrangement de Oscar Hernández) — 4:07

La version Coffret collector Disque-Livre inclus une version Bonus inédite de :

  1. On the Road Again — (Bernard Lavilliers / Sebastian Santa Maria) — 5:13 avec Afro-Cuban All-Stars

Réception critique[modifier | modifier le code]

Sylvain Siclier, dans le quotidien Le Monde, estime que « la voix chaude, très présente, de Lavilliers donne une vie arc-en-ciel à ses textes »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie sur rfimusique.
  2. Sylvain Siclier, entrefilet « Un chant de caresses », Le Monde, 19 novembre 2010 (no 20474, daté du samedi 20 novembre 2010), en accompagnement d'un entretien accordé par l'artiste à Véronique Mortaigne, et publié sous le titre « Enfin ! La lutte des classes est de retour. ».