Caton d'Utique (Le Pérugin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caton d'Utique
Pietro Perugino - Cato - WGA17247.jpg
Artiste
Date
Technique
Fresque
Dimensions (H × L)
214 × 123 cm
Mouvement
Collection
Localisation

La Caton d'Utique est une peinture du Pérugin et ses aides, une fresque (214 × 123 cm) datant de 1497, conservée dans la Sala delle Udienze del Collegio del Cambio à Pérouse (Italie).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Arte del Cambio avait reçu l'autorisation de s'établir dans des locaux à l'extrémité du Palazzo dei Priori à partir 1452. Jusqu'en 1457 eurent lieu les travaux d'architecture et de fonctionnalité des pièces.

En 1496 fut prise la décision de faire décorer, par Le Pérugin, la Sala delle Udienze, endroit où avaient lieu les réunions et centre des activités commerciales de la corporation.

Le choix du Pérugin était motivé par le fait que l'artiste était à ce moment-là parmi les plus demandés d'Italie, responsable d'un atelier à Florence et d'un autre à Pérouse et présent en ville quand il réalisa le Polyptyque de San Pietro.

Le contrat fut signé le , Le Pérugin travailla surtout en 1498 et termina le cycle en 1500.

Thème[modifier | modifier le code]

Le thème du cycle des fresques du Collegio del Cambio est la concordance entre le savoir païen et le savoir chrétien, élaboré par l'humaniste Francesco Maturanzio. Une des figures invoquées est celle de Caton d'Utique, symbole d'incorruptibilité, représentée seule sur la paroi de droite.

Description[modifier | modifier le code]

La fresque est entourée d'une frise illusionniste à torsades portée par deux colonnes carrées encadrant une niche au haut cintrée. Sur un fond paysagé stylisé (ligne de crête et ciel dégradé de blanc à bleu vers le haut) Caton est représenté jeune, debout, la tête orientée et penchée vers la gauche, le visage rond, les lèvres fines, portant un casque ouvragé.

En léger contrapposto, la main droite appuyée sur la hanche, il tient de sa main gauche le pommeau d'une canne pointée au sol près de son pied.

Il porte un habit bleu couvert d'une cape rouge qui, revenant en avant sur ses jambes, est bloquée par sa main droite en appui sur sa hanche. Cette cape est bordée d'un liseré brodé et est fermée au cou par une broche.

Sous ses pieds s'étale une inscription commençant par CATO, suivi d'une phrase philosophique en latin dont le sens est « Peu importe qui tu sois, qui t'apprêtes à faire un discours, ou que tu rends la justice au peuple, laisse de côté les passions personnelles. Celui qui porte en son cœur amour ou haine ne peut suivre une juste voie ».

Analyse[modifier | modifier le code]

Le dessin est clair et bien défini, les lignes liantes, la composition sereine et plaisante caractérisée par la monumentalité marquée par la pureté des volumes des vêtements aux couleurs délicates et apaisantes, aux larges plis dans lesquels joue la lumière.

La figure possède une idéalisation parfaite issue de l'esthétique des développements artistiques du XVIe siècle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vittoria Garibaldi, Perugino, in Pittori del Rinascimento, Scala, Florence, 2004 (ISBN 88-8117-099-X)
  • Baldassarre Orsini, Vita, elogio e memorie dell' egregio pittore Pietro Perugino e degli scolari ..., Stamperia Badueliana, Pérouse, 1804, p. 89, 90 Books.google

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]