Catherine de Rougé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Innocente-Catherine de Rougé
Titre duchesse d'Elbeuf, princesse de Lorraine et du Saint-Empire
Autres titres dame du Fay, de Bougligny, de Lavau, Glomel, Kerjean, du Crosco, de Rostrenen, Kerjean, Moreuil, Vienne le Châtel
Biographie
Dynastie Famille de Rougé
Surnom La Mère des Pauvres
Naissance
Décès
Paris
Père Jean Gilles de Rougé du Plessis-Bellière
Mère Florimonde de Lantivy de Crosco
Conjoint Emmanuel Maurice d'Elbeuf

Blason de Innocente-Catherine de Rougé

Innocente Catherine de Rougé du Plessis-Bellière ( - ) est la fille de Jean Gilles de Rougé, dit le marquis du « Plessis-Bellière » et de Florimonde de Lantivy de Crosco [1].

Elle était dame du Fay, de Bougligny, de Lavau (en Gâtinais), Glomel, Kerjean, du Crosco, de Rostrenen, Kerjean, Moreuil, Vienne le Châtel...

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Catherine de Rougé épouse en premières noces, par contrat passé le , et par célébration dans la chapelle de l'hôtel de Créquy, à Paris, rue Saint-Nicaise, le , Jean Sébastien de Kerhoent de Kergournadech, marquis de Coëtanfao, brigadier des armées du Roi, gouverneur de Morlaix.

Il est le fils de Sébastien de Kerhoënt, marquis de Coetenfao, et de Renée de Kergoët,

Par contrat passé le 2 avril 1743, il achète la terre et seigneurie de Montoire, que le Roi Louis XV érige le 10 août 1743 en marquisat de Kerhoent. Sans enfant, il meurt le . Il est inhumé à Paris, dans l'église des Jacobins Saint Honoré [2].

Par contrat passé à Vienne le Châtel le 6 juin 1747, Innocente Catherine de Rougé se remarie avec Emmanuel Maurice de Lorraine, duc d'Elbeuf. Elle est à nouveau veuve le 14 août 1763.

Immensément fortunée, et sans descendance, elle adopte ses neveux Bonabes Alexis de Rougé (mort en 1783 au retour de la guerre d'indépendance américaine) et les deux fils de celui-ci Bonabes-Louis-Victurnien-Alexis de Rougé et Adrien de Rougé (qui deviendront tous deux pairs de France), ainsi que François-Pierre-Olivier de Rougé, auquel elle transmet son marquisat de Faÿ-lès-Nemours, auquel était attaché le titre de Plessis-Bellière.

Dans la tourmente révolutionnaire[modifier | modifier le code]

La duchesse d'Elbeuf vécut notamment au château de Moreuil, en Picardie, aujourd'hui dans le département de la Somme, et s'impliqua dans les affaires locales ; elle séjournait aussi régulièrement dans son château de Rostrenen[3],[4].

Elle était réputée pour sa bienveillance à l'égard des habitants de ses domaines et cela contribua à lui assurer une relative tranquillité au début de la Révolution.

Par peur d'une invasion de la France par les alliés, et d'une fermeture des frontières, elle émigra en septembre 1791 à Tournai, mais regagna Paris en mars 1792.

Elle passe la fin de sa vie à Paris, en dernier lieu place du Carrousel [5].

Elle est emprisonnée, puis libérée à plusieurs reprises, et meurt dans un grand dénuement, sans laisser de descendance.

Elle rédigea une correspondance dans laquelle elle relatait les événements de son temps[6],[7].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. gallica.bnf.fr, Étude historique & biographique sur la Bretagne à la veille de la Révolution - à propos d'une correspondance inédite (1782-1790). Tome 1, par J. Baudry, Éditeur Honoré Champion, P.229
  2. Abbé Paul Brisset, Histoire de Montoire, tome 1, Montoire, Ferré, Imprimeur-Editeur, , 268-270 p.
  3. infobretagne.com
  4. in La baronnie de Rostrenen par la comtesse du Laz Gallica, P.72 et suivantes
  5. Vicomte Olivier de Rougé, Histoire généalogique de la Maison de Rougé, Vendôme, Henri Chartier, , 524 p., p. 329
  6. Sur une copie manuscrite de cette correspondance, voir Catalogue de la librairie Clavreuil, 1700-1800, mai 2015, p. 48, n° 429.
  7. Cette correspondance est analysée dans l'ouvrage du vicomte Olivier de Rougé, p. 329-349.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Pages connexes[modifier | modifier le code]