Catherine Samba-Panza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Samba.
Catherine Samba-Panza
Catherine Samba-Panza en septembre 2014.
Catherine Samba-Panza en septembre 2014.
Fonctions
Chef de l'État de transition
de la République centrafricaine

(8e chef de l'État centrafricain)
En fonction depuis le
(1 an, 3 mois et 3 jours)
Élection
(par le Conseil national de transition)
Premier ministre André Nzapayeké
Mahamat Kamoun
Prédécesseur Alexandre-Ferdinand N'Guendet (intérim)
Michel Djotodia
Maire de Bangui

(7 mois et 9 jours)
Prédécesseur Nazaire Yalanga
Successeur Hyacinthe Wodobodé
Biographie
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Fort-Lamy (Afrique-Équatoriale française)
Nationalité centrafricaine
Conjoint Cyriaque Samba-Panza
Diplômé de Université Panthéon-Assas (Paris II)
Profession Avocate[1]

Catherine Samba-Panza
Chefs de l'État centrafricains

Catherine Samba-Panza, née le [2] à Fort-Lamy (aujourd'hui N'Djamena) au Tchad[1], est une femme politique centrafricaine, chef de l'État de transition depuis le 23 janvier 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse entre trois pays[modifier | modifier le code]

Née au Tchad, d'un père camerounais et d'une mère centrafricaine, Catherine Samba-Panza grandit à Bangui où son oncle maternel, un diplomate, est son tuteur[3]. De confession chrétienne, elle parle français et arabe[4]. Elle entame des études de droit en France.

Diplômes et retour en Centrafrique[modifier | modifier le code]

Elle obtient divers diplômes : une licence en sciences de l’information et de la communication, ainsi qu'un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en droit des assurances obtenus à l’université Panthéon-Assas (Paris II)[1]. Dans les années 1990, elle revient à Bangui pour intégrer la filiale en Centrafrique du groupe Allianz. Avant d'entamer sa carrière politique, elle a fondé et dirigé une société de courtage en assurance[3].

Une militante des droits des femmes[modifier | modifier le code]

Elle milite au sein de l'association des femmes juristes de Centrafrique (AFJC), association spécialisée dans la lutte contre les mutilations génitales et toutes les autres formes de violence que subissent les femmes centrafricaines. Elle est également formatrice en droits de l'homme au sein du programme Afrique d'Amnesty International, ce qui l'amène à rencontrer de nombreuses organisations non gouvernementales dans la région des Grands Lacs[1].

En 2003, peu après le coup d'État de François Bozizé, Catherine Samba-Panza co-préside le dialogue national puis est élue présidente du comité chargé de suivre et d'évaluer régulièrement les recommandations issues de ce dialogue[1].

Maire de Bangui[modifier | modifier le code]

Deux mois après que la Séléka a renversé le régime du président François Bozizé, en mai 2013, elle est nommée maire de Bangui par le nouveau régime[5]. Elle n'est affiliée à aucun grand parti politique[1].

Chef de l'État de transition[modifier | modifier le code]

En pleine crise en Centrafrique, le président Michel Djotodia est poussé à la démission le 10 janvier 2014. Un président de transition doit être alors élu par le Conseil national de transition (CNT), le Parlement provisoire centrafricain, avant la tenue d'élections nationales envisagées en 2015.

Catherine Samba-Panza fait partie des huit candidats retenus par le CNT parmi vingt-quatre déclarés et est l'une des favoris. Poussée par les associations féministes, non marquée politiquement par un camp, elle a le soutien de nombreux diplomates étrangers[6]. Frôlant l’élection dès le premier tour avec 64 voix, soit une de moins pour obtenir la majorité absolue[6], elle l'emporte au second tour sur Désiré Kolingba, le fils de l'ancien président André Kolingba[7]. Elle obtient 75 voix contre 53.

Aussitôt après son élection, elle appelle les miliciens de l'ex-Seleka et anti-balaka à déposer les armes[8]. Elle prête serment le [9] et devient la première femme centrafricaine à accéder au rang de chef de l'État ; elle est également la deuxième femme chef de l'État en Afrique francophone après Rose Rogombé, présidente par intérim de la République gabonaise de juin à octobre 2009.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est mariée à Cyriaque Samba-Panza, un homme politique centrafricain. Ce dernier a été plusieurs fois ministre, notamment sous les présidences d'André Kolingba et de François Bozizé. Ils n'ont pas d'enfants ensemble, mais Catherine Samba-Panza a eu trois enfants de son premier mariage.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Vincent Duhem, « Crise centrafricaine : 5 choses à savoir sur Catherine Samba Panza, la nouvelle présidente de transition », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  2. La présidente de transition en Centrafrique, Huffington Post du 22/01/2014
  3. a et b Olivier Tallès, « En Centrafrique, une maire courage », La Croix,‎
  4. « Catherine Samba-Panza, l'espoir de la Centrafrique », lemonde.fr, le 22 janvier 2014.
  5. Anne Courter, « À Tourcoing, la maire de Bangui témoigne sur la situation centrafricaine », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  6. a et b « La Centrafrique élit ce lundi un nouveau président de transition », RFI, 20 janvier 2014.
  7. « Centrafrique: l'élection de la nouvelle présidente de transition saluée par Hollande », lexpress.fr, le 20 janvier 2014.
  8. http://www.rfi.fr/afrique/20140120-centrafrique-catherine-samba-panza-femme-dialogue « Catherine Samba-Panza, nouvelle présidente de Centrafrique: pourquoi elle », rfi.fr, le 20 janvier 2014.
  9. « Centrafrique : la nouvelle présidente de transition, Catherine Samba-Panza, a prêté serment », jeuneafrique.com, le 23 janvier 2014.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]